#Rugby – Fed1 / P.Sardella (USSS) : «Le village est en manque de rugby! »

Sur les bords de la Lèze, l’US Saint-Sulpicienne et son co-président, Pierre Sardella vivent le déconfinement avec la joie de pouvoir à nouveau pratiquer le rugby. Mais les tombeurs d’Albi ou Narbonne durant les deux saisons de fédérale 1 brassant professionnels et amateurs , appréhende cette nouvelle formule de compétition plus homogène sociologiquement avec appétit. Saint-Sulpice dans cette « poule 3 midi Toulousain – Méditerranée » , ne pourra plus revendiquer son statut d’outsiders et va devoir avancer avec la stature de favoris au vue du classement de la saison passée. Mais Pierre Sardella et tout le village haut-garonnais n’attendent qu’une chose maintenant, que les joutes de fédérale 1 ré-embrasent Gaston Saurat et le peuple de la Léze, pour que continue de s’écrire « la stories USSS ».

 

 

Pierre pour Saint-Sulpice, cette saison va être un peu un changement de dogmes puisqu’avec les gros calibres qui émaillaient les poules de Fédérale 1, vous étiez cachés dans le peloton et sortiez en outsider. Là, vous allez être pointésdans le peloton, voire même en tête de peloton, puisque vu les résultats obtenus par l’US Saint-Sulpicienne, vous allez avoir un statut de favori dans cette poule 3 avec Hyères-Carqueiranne et La Seyne ? 

 

Disons que, lorsque la poule Nationale a été votée, j’avais dit à Bernard Laporte que nous avions trouvé notre place dans cette fédérale là pour que les gros clubs soient un petit peu embêtés. D’ailleurs, nous les battions quelques fois et donc, ça nous enlevait quelques affiches.  Et à la sortie de la Nationale, alors qu’on nous avait dit un petit peu officieusement que nous devions avoir une poule beaucoup plus régionale, nous avons vu que nous avions trois clubs un petit peu dans le sud, Hyères, la Seyne et Berre l’Etang. C’est vrai qu’en parlant avec les entraîneurs, mathématiquement, si on fait la même saison que l’an dernier, sans les trois gros clubs, nous finissions seconds au Covid. Mais ça, ça n’est que mathématique (rires). Il est sûr que nous allons aborder cette saison le plus sérieusement possible car maintenant, comme je l’ai dit aux entraîneurs, nous aurons la pression. 

 

Vous ne pourrez plus vous cacher derrière votre statut de  » village d’Astérix  » ? 

 

Voilà, on le fera encore face à des clubs qui ont d’autres moyens que nous financièrement. Il y en a quelques-uns dans la poule, presque tous au-dessus puisqu’il n’y a plus Mauléon. C’est vrai que, sportivement, ça ne sera plus des surprises (rires). 

 

Il faut voir le verre à moitié plein, c’est la consécration d’entendre tous les clubs prendre Saint-Sulpice en référence et dire qu’à Saint-Sulpice, c’est magnifique. Mr Cazeneuve, du FCTT; vous a pris en référence la semaine dernière. C’est quand même une consécration pour l’équipe dirigeante de voir les autres clubs vous citer en exemple ? 

 

Oui, pour les dirigeants, pour les éducateurs, c’est très, très important. Par rapport à la fin du championnat  et au Covid, nous étions à un demi-point ou un point dans les comptes qu’ils avaient fait pour qu’ils nous proposent la Nationale. On ne l’aurait bien entendu pas accepté mais ça aussi, c’est une fierté d’être dans ce chapeau-là. Vu les clubs qu’il y a, nous allons attaquer ce qui ressemble à une Fédérale 2 améliorée mais je pense que ça peut faire un championnat très intéressant. Nous avons combattu depuis quelques années, à notre niveau à nous, pour que les espoirs réintègrent le giron des seniors, c’était notre volonté. Le fait que cela soit le cas maintenant est un gros plus. 

 

Ça va avec la philosophie du club qui aime bien avoir une identité forte. Le fait que les seniors et les espoirs soient jumelés va encore dans ce sens-là ? 

 

Oui parce qu’en plus, quand nous l’avons appris et que nous avons été sûrs que ça allait se faire, ça a été un grand soulagement y compris pour les joueurs de l’équipe une quand nous l’avons annoncé. Ils étaient très, très, très contents. Et je ne parle pas du public du village qui va pouvoir venir à 13h30 le dimanche pour encourager les espoirs qui joueront contre les mêmes clubs. 

 

La jeunesse triomphante comme on dit

 

Voilà. Et là encore, au niveau espoir, grâce au travail qui a été fait par les éducateurs, on a vraiment une équipe qui tient la route. C’était la première qu’on se qualifiait pour les play-offsl’an dernier mais après, nous sommes tombés sur des Carcassonne ou des Blagnac, des clubs qui étaient bien au-dessus de nous. Mais eux-aussi, dans cette poule-là, ont quelque chose à jouer. 

 

Nous allons aussi parler du registre financier, qui fait aussi partie du travail d’un président ou d’un co-président. Après cette crise sanitaire Covid et la crise économique qui en découle, où en est-on financièrement à Saint-Sulpice-sur-Lèze ? Est-ce que le contrecoup a été évacué ou bien êtes-vous en plein dedans ? 

 

Le contrecoup est en train d’être absorbé petit à petit. On a eu une fin de saison difficile, ce qui est normal; puisque plus de match, plus d’entrée ce qui était important et également l’annulation de toutes ces festivités qui nous ramènent quand même des recettes énormes. Si nous avions fait un ou deux tours en play-off, ça nous aurait quand même amené pas mal de recettes donc nous avons eu des aides. Il y a certains partenaires qui devaient nous verser des sommes dans ces mois-là qui l’ont fait, car ils étaient moins en difficulté que d’autres. Donc, tant bien que mal, on arrive à clôturer sainement cette saison. Le paiement des joueurs s’étant arrêté mi-mars, tout ça nous a quand même pas mal aidés

 

L’un a un peu compensé l’autre ? 

 

Voilà, l’un a compensé l’autre donc maintenant, nous sommes plus dans la discussion avec les partenaires pour savoir s’ils continuent à nous suivre et comment. Je pense qu’on n’aura pas les réponses maintenant mais beaucoup en Septembre / Octobre parce-que, quand on parle de deuxième vague du Covid, je pense qu’il y en aura une assez importante au niveau économique en Septembre / Octobre. Donc, c’est là qu’on saura vraiment, vraiment où on en est pour la prochaine saison. 

 

Concernant le recrutement, malgré ces conditions économiques compliquées pour tout le monde, avez-vous réussi à faire un recrutement qui permette encore à Saint-Sulpice de franchir les étapes pas à pas comme vous savez bien le faire ?

 

Oui, on a été un petit peu aidé par le nombre de départs qui a été vraiment très, très minime. Nous avions 4 / 5 départs au niveau du groupe de 30 des seniors donc, en fait, le recrutement a plus porté sur les jeunes espoirs et on a un petit peu colmaté les manques de ces 4 ou 5 départs mais avec quand même des gens du cru. Nous avons un ouvreur qui vient de l’Isle-Jourdain, un seconde ligne qui vient de Villefranche-de-Lauragais. 

 

Toujours dans le local, c’est aussi la marque de fabrique de Saint-Sulpice-sur-Lèze.  Et toujours avec le duo Argentin / Labat ? 

 

Oui, au niveau de l’entraînement, c’est toujours le duo Argentin / Labat et en équipe espoirs, il y aura toujours Michel Rieux et nous allons être aidés par Franck Ayella. Il y a très peu de changements dans le staff et chez les joueurs, on a la chance cette année d’être tombé là-dessus. L’année dernière, il y avait eu un grand  chamboulement puisque 26 joueurs avaient arrêté plus ou moins et 25 / 26 étaient arrivés. Cette année, on avait un peu plus les mains libres et heureusement que nous avons eu très, très peu de départs et l’ossature est quasiment la même que l’équipe de l’an dernier. 

 

Avec une pause comme ça, les automatismes chez les équipes qui vont avoir de la stabilité sont quasiment un point de plus sur le début de saison ? 

 

Normalement oui mais ce sont aussi des joueurs qui n’ont plus joué depuis le 8 Mars. Donc oui, ils devraient se retrouver plus facilement sur le terrain, c’est certain. On a commencé à les récupérer car depuis Juin, en respectant les 10 par groupe, on fait du physique tranquillement deux jours par semaine. 

 

Et puis ça y est, vous pouvez repartir sur les entraînements avec contacts ? Ça, c’est aussi une bonne nouvelle

 

J’attends la déclaration de la FFR et la marche à suivre parce-que, oui, ils réouvrent les terrains, ce qui était déjà un peu le cas avec les groupes de 10. Chacun doit se rapprocher de sa mairie mais ils disent qu’il faut respecter les règles sanitaires et qu’on doit continuer à envoyer la liste des joueurs. Donc, je pense qu’il y a des règles et on attend vraiment le powerpointde la FFR qui va nous expliquer ce qu’on peut ou ne peut pas faire. 

 

Surtout que ce n’est pas le même protocole dans le rugby amateur que dans le rugby professionnel. Les professionnels sont testés tous les jours alors que dans le rugby amateur, vous vous débrouillez comme vous pouvez, comme d’habitude (rires)

 

Oui, je dirai comme d’habitude (rires). Les éducateurs jouent le jeu donc, c’est 9 joueurs avec un éducateur sur des terrains différents avec plusieurs groupes de 45 minutes et des listes de présence que les éducateurs envoient au bureau le vendredi avec tous ceux qui ont participé pendant la semaine et que nous, nous envoyons ensuite à la FFR. Pour l’instant, on suit cette règle et là, on attend vraiment la validation de la FFR et la marche à suivre : qu’est-ce qu’on peut faire ou non, est-ce qu’on peut ouvrir les douches ou pas, est-ce que le contact est vraiment autorisé ? Donc, nous allons reprendre l’entraînement normalement, même si on va quand même laisser quelques vacances à nos joueurs (rires). Nous avons commencé à prévoir des matches amicaux pour la 2e quinzaine d’Août. 

 

Contre qui ? 

 

Le 22 Août, et je crois qu’il n’y a que les seniors, ce sera face à Lannemezan à Saint Lary .

 

Sur terrain neutre

 

Oui parce-que qu’il y a une petite festivité rugbystique là-bas le vendredi. Ensuite, il y a aura le 28 Août, et c’est quelque chose d’un petit peu ancestral avant les fêtes de Saint-Sulpice, où nous aurons la joie et l’honneur d’accueillir le club d’Auch, espoirs et seniors et là, nous sommes très, très contents. 

 

Une grande fête de rugby avec ce magnifique club de Auch qui fait son come-back en Fédérale 1 mais que vous n’aurez malheureusement pas dans la poule

 

La poule, on la connaît, on connaît Hyères aussi parce-que nous étions tombés en 8e l’année d’avant contre eux. Mais c’est vrai que d’avoir Auch, le retour de Lombez-Samatan aussi avec qui nous avons eu de nombreuses joutes en Fédérale 2 et Fédérale 3 et même en Fédérale 1 quand ils étaient un petit peu montés, ça nous aurait fait plaisir mais nous n’avons pas le Gers. 

 

Le Gers est un territoire de rugby et un territoire très attachant. On va parler des objectifs parce qu’on sait qu’à Saint-Sulpice, pour vivre heureux, vivons cachés. Mais quand même, il faut avoir des objectifs mais les play-offssont des objectifs indéniables pour cette saison. Là, vous n’allez pas me dire que vous jouez le maintien ? 

 

Non, si nous sommes dans la lignée de ces 2 / 3 dernières saisons que nous avons effectuées, bien entendu que nous allons jouer la qualif. Après, à quel niveau … C’est vrai qu’avec le changement de règles, on s’évite un tour en étant dans les deux premiers.  Mais oui, bien entendu que l’on vise ça. 

 

Pour vous, est-ce que Hyères et La Seyne font office d’épouvantails et d’outsiders dans cette poule ? 

 

Oui, c’est certain mais tous les autres clubs aussi parce-que quand on écoute un petit peu Radio Albigès, beaucoup de clubs recrutent. Il y a des noms qui fusent par ci, par là sur Pamiers, Graulhet, Mazamet, Castanet qui se remplume fortement  donc, nous allons quand même rester vigilants. Mais c’est vrai que La Seyne qui remonte … 

 

Qui remonte mais qui est quand même un club historique en Fédérale 1 ? 

 

Oui et qui, dès la première année de leur remontée, voulaient déjà la Nationale. C’est un club armé et c’est sûr que c’est le plus gros club. 

 

Avec des Laurent Magnaval, des Marc Andreu, il est certain que ça aide pas mal 

 

Oui, il y a un recrutement qui fait qu’ils ont des ambitions et c’est vrai qu’on va vite voir les clubs qui vont avoir l’ambition dans ces poules de Fédérale 1 de monter dans la poule intermédiaire. 

 

Pour Saint-Sulpice, la poule Nationale n’est actuellement pas un objectif ? 

 

Non, non, non (rires)

 

Sportivement, comme vous avez récemment accroché les scalps d’Albi et de Narbonne, ça pourrait être envisageable ? 

 

Sur toute une saison non, cela fait bien trop de gros, c’est impossible (rires)

 

Cela ferait une overdose de  » gros  » ? 

 

On veut bien en épingler un ou deux dans la saison mais au niveau de la poule Nationale, et même au niveau budget car on regarde un petit peu les budgets pour cette poule, on est vraiment très, très loin. Il y a beaucoup de clubs qui sont devant nous en Fédérale 1 avec des budgets plus importants qui peuvent y prétendre. 

 

Ce club de Saint-Sulpice est toujours dans la raison et n’essaie jamais de faire la grenouille qui se veut plus grosse que le bœuf. Vous préférez rester au chaud en Fédérale 1 à épingler des gros calibres plutôt qu’aller vous époumoner dans une division où vous estimez, en clair, ne pas avoir votre place ? 

 

Nous préférons rester lucides parce qu’on voit ces confrontations depuis maintenant 6 ans qui sont quand même du haut-niveau. Mais nous-mêmes, dirigeants, nos joueurs continuent à nous surprendre à tous les matches donc, on n’a rien d’acquis. 

 

On va finir en parlant de la ferveur populaire qu’il y a dans votre magnifique stade. Il y a quelque chose qui a dû vous réjouir, ce sont les nouvelles dispositions sanitaires. 5 000 personnes sont autorisées dans les stades donc, pour vous, pas de problème, tout le monde pourra venir à Saint-Sulpice ? 

 

Voilà, même sur les gros derbys et les grosses affiches. On n’a quand même jamais atteint les 5 000 donc, nous sommes bien dans la lignée et nous sommes contents de cette réglementation et de ne pas à avoir à compter les gens à l’entrée comme il y aurait normalement eu à la fin de la saison, avant qu’elle ne s’arrête. Les gens sont en manque de rugby donc, nous attendons quand même pas mal de public sur les premiers matches. Ils sont vraiment en manque de rugby dans le village et en plus, avec les espoirs qui suivent l’équipe une, ça devrait encore nous faire gagner du public. 

 

Un stade Sauret qui devrait encore être bouillant et incandescent pour cette saison 2020 / 2021 ? 

 

Absolument ! Et en bon état parce qu’il a été préservé depuis quelques mois

 

Et le magnifique club-house que vous avez qui va pouvoir re-fonctionner à plein et être à nouveau le cœur et le poumon de ce club ? 

 

Exactement, on l’a agrandi un peu donc ça sera parfait pour la réglementation actuelle. Mais même agrandi, il reste sur le même principe donc, il n’y a pas de souci. 

 

Si vous deviez l’agrandir au nombre de supporters que vous avez, le club-house ferait quasiment la longueur du stade

 

Oui, pratiquement (rires). Mais non, ça ne sera pas autant. Il y a quelques mètres carré en plus mais ça va un petit peu nous aider. 

 

C’est toujours ça de gagné. On vous remercie et on vous souhaite une très bonne saison 2020 / 2021 avec ce come-back de la Fédérale 1 à l’ancienne, dépourvue des clubs professionnels et qui sait, peut-être qu’on vous retrouvera en play-off face à une équipe tarnaise. Ça serait un beau clin d’œil

 

Oui, ça serait super

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

https://hearthis.at/radio.albiges/magsport-23-juin-2020/

Retrouvez l’intégralité de l’itw de Pierre Sardella lors de l’émission le #MagSport du 23 juin 2020.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s