#Rugby – Fed1 / J.Wanin (Albi) : «Ce serait humainement catastrophique!»

Jérémy Wanin, le coach des lignes arrières du Sporting Club Albigeois, et fidèle lieutenant d’Arnaud Mela, est revenu dans nos colonnes sur les mesures de confinement liées au Covid 19. Au delà du bienfait de se ressourcer dans le lot en famille, l’ex joueur de Gourdon n’en oublie pas l’objectif et le souhait du SC Albi : remonter en ProD2. Focus sur un coach qui reconnaît que la situation sanitaire actuelle, oblige tout un chacun à mettre les interêt sportifs de côté, mais qui ne cache pas qu’un gel de la saison serait une catastrophe humaine et sportive pour le club de la préfecture du Tarn.

Jérémy, première question de mise en cette période de crise de coronavirus, bonjour et comment vas-tu ? 

 

Bonjour et merci de poser cette question. Tout va bien pour moi. Quand on voit la situation actuelle de certaines personnes, je ne suis pas à plaindre. Je suis juste en train d’essayer de respecter au maximum les consignes qui sont données par le gouvernement. On reste donc un peu confiné en famille mais au niveau de la santé, tout va très bien. 

 

On va te demander comment tu as vécu les dernières heures parce qu’on t’avait laissé jeudi en conférence de presse. Tout le monde parlait déjà du coronavirus mais il y avait un petit recul par rapport à cette crise sanitaire. On ne l’avait pas encore prise de plein fouet, tout le monde parlait encore de sport, de match. Et puis, tout s’est un peu emballé un peu après, dans les heures qui ont suivi. Comment tu as vécu tout cet enchaînement de décision et maintenant, le confinement ? 

 

Comme tout le monde, tout est allé très vite. Le jeudi, on s’était vu en conférence de presse pour préparer le match de Blagnac. Le matin, dans la voiture avec Arnaud, on évoquait le fait qu’il y ait peut-être des mesures du gouvernement qui viennent à arrêter peut-être un peu de sport, peut-être un peu de confinement. On en parlait un peu mais il n’y avait encore rien d’officiel donc on avait commencé à évoquer ces choses-là en se disant  » on a le temps d’y réfléchir « . On avait commencé à en parler et à évoquer quelques pistes mais on avait dit qu’on avait le temps d’y réfléchir. Et puis, en rentrant le soir, toujours avec Arnaud dans la voiture, on a écouté les annonces présidentielles de 20h qui se sont enchaînées avec l’annonce du samedi soir. Vendredi, on avait un peu pris les choses en main pour que les joueurs puissent continuer à avoir au moins une activité physique. Donc, on avait fait des réservations dans les différentes salles de sport d’Albi pour travailler en groupes de 7 à 8 jours, pour que ce soit toujours les mêmes groupes pour pas qu’il n’y ait de problème. Ce sont les prépas physiques, Thomas et Louis, qui avaient travaillé là-dessus. Ce même vendredi, on avait aussi mis en place un protocole sanitaire avec le médecin Nicolas Michaud pour qu’il y ait au moins les gestes importants sanitaires qui soient exécutés, tous les gestes barrières qu’on devait mettre en place et les recommandations du gouvernement. Une fois qu’on a réussi à caler tout ça avec les salles de sport d’Albi, le samedi soir, on a eu l’annonce du renforcement et du Stade 3. Donc, les salles de sport nous ont contactés pour nous dire qu’ils allaient fermer. On a respecté à la lettre les consignes du gouvernement, les joueurs sont restés chez eux, il y a eu une mise en place de chômage partiel qui a été faite avec le club donc il faudra voir avec les dirigeants du club pour savoir un peu exactement les conditions et les statuts dans lesquels sont les joueurs. 

 

Joueurs et staff compris bien sûr ? Toi aussi, tu es dans le même cas ? 

 

Joueurs et staff compris, oui, on est tous dans le même cas. En parallèle de ça, comme il est possible de par le gouvernement d’aller faire des activités physiques mais seul à proximité de chez soi, ils ont un petit programme d’entretien qui a été mis en place. Maintenant, aujourd’hui, on vit à l’instant T, on ne sait pas trop à quelle sauce on va être mangé. Après, la priorité reste quand même que la santé des Français soit la moins impactée, qu’on arrive à combattre cette épidémie et qu’on arrive à retrouver une vie à peu plus normale que celle qu’on a actuellement. Notre priorité est là à l’heure actuelle, le rugby et la compétition sont secondaires mais on y pense quand même un petit peu. 

 

Comme tu le dis, on y pense, il y aura un après épidémie. On espère que cette guerre contre le coronavirus sera gagnée le plus rapidement  et le plus tôt possible. Cet après pose beaucoup de questions pour les clubs pros, pour les clubs amateurs, pour la Fédérale 1, on ne sait pas encore à quelle sauce on va être mangé. On parlait dans nos colonnes sur le Mag Sport de trois scénarios. Maintenant, il y aurait plutôt plus que deux scénarios : une reprise avec des phases finales allégées ou une annulation. Ce sont des algorithmes que vous prenez en compte avec Arnaud Méla, avec les joueurs ? Il y a une discussion un peu collective pour savoir à quelle sauce vous allez être mangés au retour ? 

 

On en discute avec Arnaud. Arnaud a fait passer le message aux joueurs, on fait passer beaucoup d’informations par le groupe Whats’App et par les moyens de communication qu’on peut avoir pour leur dire de rester concentrés et qu’il fallait qu’on reste actif et en éveil parce qu’il y avait quand même un possible retour à la compétition qui était envisageable, sachant qu’il y a aussi comme hypothèse qu’il n’y ait pas de retour à la compétition. Mais nous, on est bien sûr parti sur le retour à la compétition envisageable donc les joueurs sont au courant de ça. Après, on les tient un peu informés au jour le jour mais comme nous, il n’y a rien d’officiel. Ce qu’il faut, c’est qu’on laisse passer un peu de temps. Cette semaine-là, on attend de voir un peu comment ça va se passer et j’espère qu’on aura des nouvelles d’ici 15 jours, quand je l’espère, l’épidémie aura réduit et qu’il y aura un petit peu plus de clarté sur la suite. 

 

Faisons un peu de fiction. S’il y avait une annulation des compétitions et, comme on le craint, un report de la compétition à l’année prochaine, ça serait une catastrophe, je ne parle même pas économiquement, je parle humainement et sportivement. Ce serait horrible pour Albi qui, l’année dernière, dans un contexte qu’on ne va pas rappeler, loupe la montée d’un cheveu voire d’un coup de sifflet. Et là, une épidémie mondiale comme ça qui vient arrêter la marche en avant des jaunes et noirs, ce serait quand même pour les joueurs quelque chose de très dur à assimiler, même pour toi et tout le staff ? 

 

Oui, bien sûr, ce serait humainement catastrophique. Après, si c’est le cas, ça voudrait dire que l’épidémie aura continué à grandir et qu’on sera quand même dans un état assez avancé au niveau sanitaire en France donc ça permet aussi de relativiser sur certaines choses. Mais, il est clair et évident que ça fait 2 ans 1/2, presque 3 ans qu’on travaille sur un projet commun pour essayer de remonter le club mais ça ne peut que devenir accessoire par rapport à l’état de la France actuel. On l’a quand même dans un petit coin de la tête puisque c’est quand même notre passion, notre objectif et des choses sur lesquelles on se bat depuis trois ans. Après, c’est important dans notre discours de relativiser. Il y a des personnes qui meurt de cette épidémie, il y a des familles qui sont impactées et touchées, il y a des mises en quarantaine donc, c’est quand même important de relativiser tout ça. 

 

Toi, comment organises-tu tes journées ? Tu prends un peu l’air, tu bricoles, histoire d’avoir un peu le ton d’un Lotois en confinement ? 

 

Il fait très beau aujourd’hui, je suis dans mon jardin à l’heure actuelle. C’est une alternance avec un peu de bricolage, des rapports, je me tiens informé avec Arnaud de ce qui se passe. J’en profite aussi pour formaliser certaines choses sur l’ordinateur qu’on n’avait pas forcément formalisé au niveau du projet. Je fais un peu d’école aux enfants le matin, on se passe une petite heure, heure et demi pour travailler sur les contenus pédagogiques pour que les enfants gardent quand même un certain rythme au niveau des apprentissages. Donc, c’est une alternance de tout ça et puis, on se ressource en famille, on est tous les 4. Ma compagne continue à travailler, elle est assistante maternelle, donc elle continue à travailler parce qu’il y a des enfants dont les parents sont dans le milieu médical qui doivent être gardés donc, avec des précautions aussi. C’est un peu particulier mais je pense qu’il faut vraiment se plier à ce qui est demandé par le gouvernement, c’est important donc, on s’adapte. On peut choisir d’être optimiste ou pessimiste, on essaye d’être au maximum optimiste pour s’adapter et retirer quelque chose de cette expérience. 

 

On sait que le rugby a de multiples valeurs. Certaines sont parfois fantasmagorées, d’autres un peu moins. Quelles valeurs du rugby seraient le plus utile dans cette situation de guerre sanitaire ? 

 

C’est clairement la solidarité mais la solidarité en s’adaptant aux consignes départementales. C’est cette solidarité qui va permettre d’aller aider le voisin parce qu’il a besoin, de s’accompagner, de prendre des nouvelles des anciens parce qu’ils en ont besoin, parce qu’on ne peut pas passer les voir. Donc, c’est tout cet aspect de solidarité qui va être important et puis après, il faut aussi qu’on essaie de garder une certaine dose d’optimisme pour sortir de là plus fort et de repartir ensuite sur de bonnes bases avec toute notre société. 

 

Si on a compris ton message et si on suit tes conseils, il faut faire pack avec le sourire mais avec distance ? 

 

Exactement (rires). Et je souhaite bon courage à tout le monde, qu’ils prennent soin d’eux et de leurs proches. 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s