#Basket – Tarn / C.Sudre (BC Rabastens) : «On est un club familial qui a plein d’envies.»

Vendredi dernier nous sommes partis à la rencontre de Carine Sudre, dirigeante au Basket Club Rabestinois. Focus sur un club familial et qui renaît de ses cendres depuis une décennie, en essayant de proposer une pratique du basket de qualité pour ses licenciés, avec comme point d’orgue cette saison : l’organisation d’un  » camp 100% en Anglais » avec des joueurs universitaires venus tout droit de chez « l’oncle Sam ».

 

 

Carine, pour commencer, combien le Basket Club Rabestinois représente-t-il de licenciés et d’équipes engagées ? J’imagine que c’est un club qui n’est pas née de la dernière pluie ? 

 

Non, tout à fait. A l’heure actuelle, le Basket Club de Rabastens a pas loin de 190 licenciés. Nous avons toutes les catégories sauf les seniors filles pour l’instant. On verra peut-être d’ici à l’année prochaine mais, pour l’instant, nous n’avons pas de seniors filles. On part des tous petits en mini-basket jusqu’aux seniors garçons et nous avons également une équipe loisir. 

 

Vous parlez des seniors filles. Quand vous voyez ce qui se passe à Carmaux, ça doit quand même faire envie de voir une ville comme Carmaux, un peu plus grande que Rabastens mais pas non plus beaucoup plus, qui arrive à hisser le sport féminin et le basket féminin en haut de l’affiche ? 

 

Oui, tout à fait. Nous, c’est justement une volonté du club de favoriser le sport féminin mais là, à l’instant T, le club est encore un peu récent. C’est à dire que la reconstruction du club a 10 ans et fait partie, à la base, d’un des plus anciens clubs du Tarn. Mais, faute de repreneur il y a quelques années de ça, il est resté en sommeil et notre président l’a remonté il y a 10 ans avec l’aide de quelques bonnes âmes, on va dire. 

 

Comme souvent dans le milieu sportif. Avec un peu d’huile de coude et de bonnes volontés, un club repart ? 

 

Exactement. Vu que Rabastens a quand même une vie associative très, très dynamique, c’était un souhait de sa part de réintégrer le basket qui n’avait plus rien. 

 

Vous nous parliez de l’existence d’un ancien club de basket. La genèse du basket rabastinois date de quand ? Et de combien de temps ce club est resté en sommeil pour que nos lecteurs se fassent un peu une idée ? 

 

Je n’ai pas les informations mais je sais qu’il est resté à peu près 10 ans en sommeil. Depuis quand il existait ? Depuis de longues années, je crois que ça date même des années 50 et peut-être même avant. 

 

D’après-guerre alors ? 

 

Oui, tout à fait. Je n’ai pas l’année exacte. 

 

C’est un club qui s’inscrit durablement dans le territoire tarnais ? 

 

Oui, c’est ça. 

 

On va aussi parler d’un évènement qu’organise le club pendant les prochaines vacances scolaires d’hiver. Il va y avoir un stage bien particulier. Vous pouvez nous en donner les tenants et les aboutissants ? 

 

Nous organisons du 10 au 14 Février pendant la première semaine des vacances un camp de basket,  » Le Frenchy US Camp « . C’est un camp de basket qui va s’organiser 100% en anglais. C’est à dire que nous aurons des intervenants américains à l’issue du cursus universitaire. 

 

Qui est une référence mondiale ? 

 

Oui, bien évidemment. Il y aura également un intervenant issu de STAPS en France pour faire un petit peu le lien entre ces américains et nos joueurs et joueuses qui peuvent notamment être jeunes. Donc, on organise ça et pas mal de nos licenciés sont déjà inscrits à l’heure actuelle et on est très content. 

 

Est-ce qu’il reste des places pour des joueurs hors club ? 

 

Tout à fait. On ouvre les inscriptions aux clubs extérieurs. Pour s’inscrire, il faut se connecter au site de l’organisateur qui est «  Frenchy associate  » (https://www.frenchyassociate.com/). Le coût de ce stage est de 215 € la semaine. 

 

Vous nous parlez d’un stage exclusivement en anglais. Est-ce qu’il y aura quand même des interprètes ou quelqu’un pour faire passer le message au cas où il y aurait la barrière de la langue ? 

 

Oui, justement, il y a l’étudiant STAPS qui fera le lien entre les américains et les enfants. 

 

Comment un club comme Rabastens a découvert ce genre de stage et l’a fait venir en terres tarnaises ? 

 

En fait, ça vient de mon expérience personnelle. Ma fille a déjà fait ce camp l’année dernière dans le 31 et ça a été une très belle expérience. Donc, j’ai voulu la mettre en place chez nous pour en faire profiter tout le monde. 

 

C’est une expérience qui est utilisée par beaucoup de clubs ou c’est assez rare de voir ces camps ? 

 

Dans le Tarn, il me semble qu’il n’y a eu qu’un évènement de ce type il y a quelques temps, sur Villemur mais à confirmer. C’est surtout organisé sur le 31 et, à mon sens, ça manquait un petit peu sur le Tarn. 

 

Ca amène une réelle plus-value technique aux enfants après avoir fait ce stage ? 

 

Oui, tout à fait. En 5 jours de stage, ils apprennent beaucoup de choses d’un point de vue technique. C’est une méthode répétitive où ils rabâchent des exercices mais que du coup, ils intègrent vraiment. Moi, j’ai senti la différence avec ma fille notamment qui a fait de nets progrès suite à cette semaine-là. 

 

Pour terminer, on va aussi parler des bénévoles du club car, on le sait, c’est le poumon des associations sportives ou autres. Combien êtes-vous de bénévoles à Rabastens pour faire vivre ce club de basket ? 

 

Nous sommes une quinzaine de bénévoles mais on aimerait être plus nombreux (rires). Comme tous les clubs à mon avis car c’est le nerf de la guerre. 

 

Comme partout, Rabastens vit un peu la crise du bénévolat ? 

 

Ah oui, c’est dans tous les clubs, dans tous les sports et dans toutes les villes ! Il y a un manque important donc, on essaie de recruter petit à petit des parents qui sont investis. Mais, cela ne se fait pas du jour au lendemain et il faut également se former sur plein de choses et avoir cette fibre un petit peu associative. 

 

Pour conclure en quelques mots, quel est l’ADN de ce Basket Club Rabastinois ? 

 

C’est un club familial qui a plein d’envies. On a 10 ans cette année et on aimerait vraiment donner un gros coup de boost à ce club qu’on aime tous. On vous invite à venir visiter le site «  Frenchy Associate  » pour voir ce qu’on a mis en place et notre dynamisme. 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s