#Rugby – Fed1 / P.Oro (Graulhet) : «On a les armes pour battre Bagnères!»

Le coach adjoint du Sporting Club Graulhetois, Philippe Oro nous a accordé une interview pour faire le point sur la situation des mégissiers et nous parler de ce début d’année 2020. A quelques heures du choc pour le maintien face au Stade Bagnèrais , dans un duel entre bastion en péril au Stade Pelissou, le technicien originaire de Carmaux nous a livré ses convictions. Quoi qu’il en soit , même si Graulhet joue sa peau lors des prochaines semaines (avec un déplacement à Oloron dimanche prochain.) Philipe Oro et les rouges et noirs restent emplit d’un esprit conquérant et guerrier apanage séculaire des « Mégissiers« .

Philippe , on imagine que l’objectif est toujours invariablement le même pour le Sporting Club Graulhetois, le maintien, le maintien et le maintien ? 

 

C’est effectivement le maintien, même si on a laissé des points en route et qu’à l’heure actuelle, à la fin de la phase aller, nous sommes en position de relégable puisque les deux derniers sont amenés à descendre. Alors, c’est vrai que ce n’est pas très loin devant, que ce soit Pamiers ou Bagnères qui sont à 3 points mais il est sûr qu’il faut vite engranger des points. 

 

On sait que, dans l’année 2019, il y a deux matchs qui laissent beaucoup de regrets, des matchs à Pélissou, le dernier et surtout le match face à Mauléon. Cela s’est joué les deux fois à un cheveu, à vraiment une bricole ? 

 

Oui, c’est exact. C’est sûr qu’on les perd tous les deux, surtout Mauléon qu’on perd sur le gong en prenant un essai de pénalité à la dernière seconde. On avait la possession de balle juste avant et on avait la possibilité de sortir proprement de notre camp. On était à +5 et forcément, en prenant cet essai de pénalité, ils passent devant à la dernière seconde. 

 

Comme face à Saint-Sulpice

 

Face à Saint-Sulpice, c’est nous qui avions la possibilité de le gagner à la dernière seconde avec la pénalité, même si elle est lointaine, à 50 mètres. Mais, on n’a pas réussi à la transformer et du coup, on le perd aussi, d’un point mais on le perd.  

 

Ca fait deux fois que la pièce retombe sur la tranche mais du mauvais côté. La chance va sourire à Graulhet . Parce qu’on sait que la chance sourit aux audacieux et, au Sporting Club Graulhetois, vous ne manquez pas d’audace ? 

 

Oui, bien sûr. Mais après, c’est aussi toujours porteur d’espoirs même si on les perd. C’est aussi porteur d’espoirs de se dire qu’on est capable de tout, d’aller aussi chercher un ou deux points. Parce-que, c’est ce qui nous faudra malgré tout. Je pense que, même avec des victoires, on a encore quelques rencontres compliquées à la maison, que ce soit Albi ou Blagnac. En espérant qu’on gagne les clubs avec lesquels on est en compétition pour le maintien à la maison, il faudra malgré tout allez faire aussi, je crois, quelques exploits à l’extérieur. Au moins gratter quelques points de bonus mais cela ne suffira pas qu’avec des points de bonus. Effectivement, il faudra que çà tourne bientôt de notre côté. 

 

On parle d’Albi. Ce week-end, ils reçoivent Oloron, le week-end d’après, c’est vous qui allez défier les Oloronais. J’imagine qu’il va y avoir des émissaires graulhetois au Stadium ? 

 

Maintenant, on a la possibilité de visionner les matchs par le biais de la vidéo sans forcément se déplacer mais effectivement, il y en aura quand même malgré tout. C’est vrai qu’on a l’avantage de pouvoir avoir des informations. Avec quasiment toutes les équipes de la poule, on a dès le lundi suivant les matchs la possibilité de visionner les rencontres qui ont lieu les week-end donc, bien sûr qu’on a toujours un œil sur nos futurs adversaires. On en tire toujours quelques enseignements même si parfois, d’un match à l’autre, cela ne se ressemble pas toujours mais il y a quand même quelques informations et quelques indices à en tirer. 

 

Et puis, rien ne vaut de venir sur le pré, sur le terrain voir de par soi–même que par la vidéo. Parce-que, la vidéo, c’est bien mais cela ne donne peut-être pas la même vision que quand on voit le match en direct ? 

 

C’est sûr mais, une fois de plus, je ne suis pas persuadé que ce soit le match d’Oloron contre Albi qui va nous donner quelques enseignements sur Oloron. Parce-que si Albi confirme sa phase aller à la maison, avec notamment toujours des scores toujours un peu fleuve, et je pense malheureusement que ça va être le cas pour Oloron à Albi, on n’en tirera pas beaucoup d’enseignements. L’équipe que nous avons vu nous évoluer à Albi le jour où on en prend 77, il n’y a pas énormément d’enseignements à tirer de notre prestation. Je ne dis pas qu’on en retire pas toujours quelques leçons mais ce n’est pas forcément à Albi qu’on a le plus d’informations sur l’équipe qu’on va rencontrer. 

 

On sait que, quand on joue le maintien, ça se joue souvent sur 3, 4 matchs clé. Pour toi Philippe, quels seront les matchs clé qui attendent Graulhet ? Oloron, bien sûr ? 

 

Ils arrivent. Déjà, on a Bagnères qui est un concurrent direct qui arrive. Ils sont à 3 points devant nous. On avait eu par bonheur, ou par malheur aussi parce qu’on pouvait faire quelque chose sur le match de début de championnat, le point de bonus défensif là-bas. Mais, on avait aussi la possibilité, parce qu’on a évolué à 14 quasiment toute la partie car on a eu un carton rouge et un carton jaune dans la foulée donc, on s’est retrouvé à 13, d’y faire quelque chose. Bon, ce qui est important, c’est qu’on ait pu y prendre un point de bonus aussi parce qu’après, en cas d’égalité, les points terrain comptent. Après, on y va dans l’intention de faire quelque chose puis on reçoit Lavaur. Si on n’est pas capable de faire quelque chose, notamment à la maison … L’important pour nous, c’est de rester en vie le plus longtemps, d’être là et d’être encore à portée. L’idéal, ce serait presque qu’on soit encore dans la possibilité de se maintenir lors du dernier match contre Lannemezan à la maison. Même si ce sera compliqué, le plus important est de rester le plus longtemps possible à portée des fusils et prêts à faire un coup jusqu’à la dernière journée. C’est sûr qui si on perd rapidement à la maison, ce qu’on n’envisage pas de toute façon, mais si on y arrive, les cartes ne seront malheureusement plus les mêmes. 

 

Albi avait fait souffrir Bagnères avant la trêve en prenant les intervalles sur le terrain entre le 10 et le centre. Graulhet a les armes pour refaire la même et essayer d’appuyer sur le point faible des Bagnèrais ? 

 

Oui, bien sûr que Graulhet a les armes. De toute façon, quand on voit qu’Albi avait souffert face à Saint-Sulpice et y avait même perdu puisque c’est leur seule défaite, et que nous, on avait malgré tout inquiété Saint-Sulpice puisqu’au niveau des essais, on arrive à gagner 3 essais à 1. Donc, ça veut dire qu’on a été dans la partie malgré tout. Bien sûr qu’on a les armes pour battre Bagnères, on l’espère. De ce côté, je n’ai pas de doute qu’on ait les armes. Après, le problème, c’est que quand on est dans une situation aussi inconfortable qu’on l’est actuellement, le moindre essai en contre, la moindre pénalité, si on n’arrive pas à prendre le score rapidement, ça nous met un petit peu le doute et parfois, on n’arrive pas à se libérer. Donc, ce qu’il faut, c’est ne pas se poser de question. On essaye aujourd’hui de mettre un petit peu plus d’intentions offensives dans notre façon de pratiquer le rugby, de ne pas être fragiles, de ne pas se restreindre à un jeu qui ne serait pas conforme à nos ambitions. 

 

Pour finir avec une question humour, récemment, le manager du Sporting Club Graulhetois, Jean-Christophe Bacca, s’est essayé au micro et aux commentaires sur nos ondes pour un match du Sporting Club Albigeois, SCA VS Lannemezan. Qu’est-ce que tu en as pensé ? Et, est-ce qu’un jour, on pourrait voir aussi Philippe Oro derrière un micro ? 

 

Tout est envisageable (rires). J’avais trouvé la prestation de Jean-Christophe très bien. 

 

Un puit de science

 

Déjà, il maîtrisait bien le sujet et il est relativement à l’aise au micro et même dans la façon de parler. Donc forcément, il était égal à lui-même et il n’a pas surjoué. Il connaît suffisamment les rudiments et les fondamentaux du rugby pour avoir une analyse assez pointue sur le jeu et sur les actions. De ce côté-là, on n’a pas été déçu. 

 

Philippe, on espère qu’à l’issue du match dimanche, on aura une bonne nouvelle qui nous parviendra de Graulhet et que le Sporting Club Graulhetois entamera 2020 sur les chapeaux de roue. 

 

C’est gentil, merci. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s