#Rugby – Fed1 / SC Albi: La conf de presse A.Mela et J.Wanin

A l’aube d’affronter lors de la 7eme journée de Fédérale 1 , l’US Saint Sulpicienne, Arnaud Méla et Jeremy Wanin nous ont donné leurs sentiments sur les clés de la rencontre. Ce déplacement dans la vallée de la Lèze, va inaugurer un bloc 3 primordial pour les jaunes et noirs , que les deux coachs albigeois comptent aborder avec tout le sérieux et l’implication de mise en de telles circonstances. Retrouvez en fin d’article , la composition des albigeois pour défier l’USSS.

Arnaud, une semaine en mode reprise, comment tu as trouvé tes joueurs après cette pause automnale

 

AM : On a commencé par un lundi plutôt physique, un lundi et mardi assez intenses pour réveiller un peu tout le monde. Les joueurs avaient aussi besoin de souffler un peu, ils ont passé un bloc positif. Il était important qu’ils passent un peu de temps en famille, qu’ils revoient tout le monde. Ils sont revenus peut-être un brin émoussés physiquement parce-que la reprise était compliquée mais en tous cas, dans l’implication et la concentration, c’était bien. 

 

Et au niveau des blessés, l’infirmerie désemplit

 

AM : Au niveau des blessés, le positif approche. Lucas Vaccaro et Sabri El Ghoul sont vraiment très proches de la reprise, Mathieu André va aussi pouvoir renquiller d’ici peu, Tunu Talavea va pouvoir repostuler, Paul Farret en a encore pour 15 jours. L’infirmerie se vide et c’est bien parce qu’on a quand même passé deux, trois matches compliqués. On a pété pas mal de joueurs au même poste, plutôt en seconde ligne, donc, on est en train de recharger. 

 

Et Gianni Gaillard est-il disponible, ou cela sera encore trop juste ? 

 

AM : Gianni, pour le moment, est la seule blessure qui n’est encore prêt de revenir. Il lui reste encore un peu de convalescence, au moins trois semaines voire un mois, je pense. 

 

C’est l’avant-dernier bloc des phases aller mais c’est vraiment un bloc charnière parce qu’il est casse-gueule. Saint-Sulpice-sur-Lèze est une équipe vaillante avec un gros public, Blagnac va venir au Stadium pour se tester entre deux favoris de la poule 3. Ce bloc-là a tout du bloc piège avec, en plus, le temps d’hiver qui arrive ? 

 

AM : Oui, bien sûr, c’est un bloc piège mais, on est avertis. On en a vécu des situations compliquées donc, on sait à quoi s’attendre. Les joueurs se sont préparés au mieux pour attaquer ce bloc. Maintenant, on sait très bien que Saint-Sulpice chez eux, c’est difficile. L’an dernier, ROVAL avait gagné mais ça avait été compliqué. C’est une équipe qui ne lâche rien chez eux, il y a un public très hostile, une ambiance, pas à la Nafarroa mais qui s’en rapproche un peu. 

 

Tout le monde derrière les talenquères avec une toute petite tribune qui pousse, qui met vraiment son rôle de 16eme homme au cœur du match ?

 

AM : Voilà. Il va être important que l’arbitre du match soit présent et qu’il le montre très vite, dès le début du match, pour calmer les ardeurs, qu’on puisse jouer au rugby et que le meilleur gagne. 

 

Vu le temps qu’il va y avoir, comment avez-vous modifié l’équipe car ça va coller un peu plus ? 

 

AM : On va faire quelques changements. On va essayer aussi d’adapter un peu notre équipe à la météo donc, on va voir si c’est payant. Oui, on y a réfléchi mais comme eux. On aura sûrement un peu moins de ballons, ça sera moins spectaculaire que ça a pu être. Mais, pareil, parce-que c’est une équipe qui joue derrière sur terrain sec et ballons secs, qui joue très, très bien au rugby, sûrement celle qui joue le mieux dans les ordres de la poule. Je les ai même trouvés peut-être encore meilleurs que Blagnac dans le jeu. Maintenant, ça va être un match d’hiver avec de la flotte et il faudra qu’on soit propres et disciplinés, qu’on soit réalistes et qu’on fasse un match d’hommes à l’extérieur. 

 

Jérémy, contre Pamiers, on avait vu un jeu des lignes arrières du Sporting Club Albigeois qui avait été un peu défaillant. C’est un match qui sera un peu un copié/collé de Pamiers. Tu as révisé la copie, tu as trouvé des solutions, des alternatives pour ne pas que se reproduise le petit trou d’air qu’avait connu les lignes arrières du Sporting Club Albigeois ? 

 

JW : Depuis Pamiers, on avait déjà fait évoluer des choses sur les matches à domicile qui ont suivi ce match-là. Tu dis que c’est similaire mais les conditions ne seront certainement pas les mêmes qu’à Pamiers. Là-bas, on n’avait pas réussi à déplacer le ballon comme on l’avait souhaité. Là, ça va être des conditions qui seront particulières et, stratégiquement, on a préparé l’équipe à ces conditions. Mais, ce ne sont pas que les conditions météo et la stratégie qui feront la différence, ce sera aussi l’implication totale de l’équipe et l’état d’esprit ainsi que la discipline qui va être capitale dimanche après-midi. On a travaillé dans ce sens-là toute la semaine, les joueurs sont impliqués et on verra bien. On est quand même en recherche d’un match référence à l’extérieur, c’est peut-être l’occasion de le faire face à une très belle équipe de Saint-Sulpice. 

 

Arnaud nous parlait du retour de Lucas Vaccaro. Tu vas devoir te gratter la tête au centre parce-que tu as l’embarras du choix. Tu as vraiment pléthore de profils et de personnes ? 

 

JW : Oui mais après, on aura besoin de tout le monde. La saison est longue et on voit qu’à l’heure actuelle, on a plutôt de la casse devant et on essaie de combler ça. Derrière, on est quasiment au complet mais ce sont des bonnes choses parce-que ça crée de l’émulation, ça crée de la concurrence à l’entraînement et c’est très positif pour tout le monde. Ce qu’il faut juste, c’est arriver à manager les joueurs pour qu’ils soient les meilleurs à l’instant T quand on les met sur le terrain. C’est ce qu’on s’efforce de faire en espérant que ça paye dès ce week-end.

 

On a vous a vu tester la solution Jérémy Russel à l’ouverture, Kevin Boulogne. Ca ne vous dirait pas de tenter un jour Kevin Boulogne à l’ouverture et Jérémy Russel au centre, un peu à l’anglaise. Ca pourrait être une nouvelle solution pour le Sporting Club Albigeois ? 

 A.M : (Léger hochement de tête)

JW : Si c’est toi qui nous donne les options, c’est pas mal (rires). 

 

Ah mais, je demande (rires) ! 

 

JW : Il faut savoir qu’au centre, on a des joueurs aguerris et expérimentés à ce poste-là. On n’est pas du tout en manque d’effectifs et de joueurs sur ce poste-là. Après, on a travaillé avec Jérémy et Kevin sur le terrain en même temps contre Graulhet. Kevin sera indisponible sur ce match-là pour des petits soucis de santé au niveau de son dos. Mais, on sait que ça ouvre d’autres opportunités d’équipe et c’est très bien comme ça. On a des mecs qui font le boulot au centre du terrain et on en a d’autres derrière qui sont capables de le faire aussi donc, on travaille avec ces joueurs-là. Ce qu’il faut, pour nous, c’est que les joueurs soient les meilleurs à l’instant T sur le terrain par rapport aux choix qu’on valide avec Arnaud. 

 

Arnaud, tu nous parlais du retour imminent de Sabri El Ghoul. C’est un joueur qu’on n’a pas vu sur le terrain depuis le début de la saison. Tu peux nous rebriefer un peu sur ses qualités et sur ce qu’il va amener à l’effectif du SCA ? 

 

AM : La reprise de Sabri va être idéale parce qu’elle va tomber dans des matches plus fermés, où son poste de seconde ligne côté droit va être mis en valeur. C’est à dire qu’il y aura beaucoup de nettoyage, beaucoup de zones combat, de zones de confrontation. C’est son point fort, lui, il aime ferrailler, il aime plaquer, se relever. Donc, il ne faudra pas s’attendre à de grandes sautées de sa part dans les trois premiers mois mais, en tous cas, ça va nous faire du bien et nous permettre aussi de faire souffler quelques joueurs. On a Lucas Guillaume, qui m’avait demandé du temps de jeu en venant d’Espagne et bien, il en a eu beaucoup et il est un peu sur les rotules. Il est temps de faire souffler un ou deux joueurs devant donc le retour de Sabri va être important dans les matches à venir. 

 

Tu es quasiment prêt à faire un retour vers le futur ? Parce qu’on a eu le président de Saint-Sulpice nous parlait d’un public quasi rural, à l’ancienne. Il me disait qu’on allait découvrir un public à la sauce des années 90. C’est un rugby qui te parle, c’est le rugby de tes débuts ? 

 

AM : Oui, j’ai joué en Fédérale 1, c’était tendu, c’était hostile. Après, il faut qu’on passe au-dessus de tout ça, il faut qu’on soit exemplaires, disciplinés, patients et l’arbitre fera le reste. Il y a 15 joueurs, il y a un mec au milieu qui gère tout ça. Bien sûr que le public est important mais il ne faudra pas qu’il prenne le dessus sur les décisions arbitrales. Sur des matches comme ça, quand tu es jeune, tu peux être intimidé mais on a quand même aujourd’hui sur le terrain des joueurs qui ont de l’expérience, on n’a pas mis trop de joueurs qui ont 20 ans. Mais, ça transcende aussi quand tu es adversaire et que tu as un public comme ça. Parfois, ça fait du bien aussi. 

 

On a vu à un moment donné contre Graulhet qu’il y avait eu un petit coup de chauffe. Les joueurs ont failli vaciller, retomber un peu dans les travers comme l’année dernière contre Anglet à l’extérieur. Tu les as briefés pendant cette pause pour ne pas que ça se réitère et qu’ils gardent leur self-control ? 

 

AM : Nous, on a rien à y gagner, on a des objectifs à atteindre. Si j’ai des joueurs qui passent du temps à s’accrocher sur le terrain, à prendre des cartons et à ne pas jouer et bien, ils perdent du temps dans leur jeu et ils font perdre du temps à l’équipe. Ils perdent des points personnellement parce qu’en attendant, quand tu n’es pas sur le terrain, c’est un copain qui y est et, s’il est bon deux fois, c’est dur de reprendre sa place. Nous, on n’a pas d’intérêt à aller se prendre la tête, il faut qu’on joue au rugby, qu’on soit propres et qu’on puisse mettre notre jeu en place. Ce n’est plus comme il y a 10 ou 15 ans où on aurait pu se dire  » s’il faut y aller, on va y aller « . Non, nous, on ne peut pas perdre de temps là-dessus, on est pros donc, il faut qu’on le prouve. 

 

Jérémy, dans ta carrière de joueur de Fédérale, tu as déjà joué contre Saint-Sulpice-sur-Lèze 

 

JW : Non, jamais Saint-Sulpice. J’ai déjà joué dans des contextes un peu équivalents, avec le public qui pousse fort derrière et puis, la capacité des joueurs à garder le contrôle, comme on le disait, et surtout la capacité de l’arbitre à rester impartial dans ses décisions. C’est certainement ce qui fera la différence ce week-end. 

 

Il faut aussi commencer à préparer la rencontre contre Blagnac qui va aussi être un carrefour de la saison ? 

 

JW : Oui, une phrase un peu bateau, on prend les matches les uns après les autres. On est aussi en pleine préparation de Blagnac, qui sera un match différent à domicile face à une équipe qu’on a déjà affrontée en match amical mais qui était complètement décalée dans son temps de préparation par rapport à nous. Donc, ce sera un match complètement différent. Il faudra bien négocier le virage de ce week-end pour rentrer dans les meilleures conditions sur la préparation de ce choc des deux premiers de poule la semaine prochaine. C’est l’objectif qui nous attend. 

 

Pour conclure, la clé du match, les maîtres mots ? 

 

JW : Les maîtres mots, ce sera la discipline, l’état d’esprit collectif dans la difficulté. 

 

Composition SC Albi:

Jean Jacques – Feltrin – Nevers – Guillaume – Whetton – Calas – Essid – Pardakhty – Magnaval – Russel – Sicart – Bertrand – Petre – Decrop – Caminati

Entrants :

Escur – Casals – Veyrac – Tavalea- Doan – Vasuinubu – Mafi – Chocou

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s