#Rugby – Fed1 / A.Poujol (Graulhet) : «La Fédé, quand ils verront ces scores-là, si eux çà les fait rire, nous pas.»

Anthony Poujol le demi de mêlée du Sporting Club Graulhetois, à l’issue d’un match totalement déséquilibré (77-0), qui n’a ravi aucun des acteurs (joueurs des 2 équipes, supporters, staffs ou encore suiveurs) a tenu à pousser un coup de gueule sur l’incohérence d’un championnat, la fédérale 1 , qui mixe pros et amateurs.

Crédit photo Arnaud Bertrand

Anthony, un peu dur ce score (défaite 77-0 face au Sporting Club Albigeois)? 

 

Oui, dur, même si on savait qu’ici, c’est un peu le tarif pour chaque équipe. On a essayé de se battre avec nos armes mais après, il y a tout : la dimension physique, ça va plus vite, c’est plus costaud. Nous, physiquement, on explose et on n’a pas su assez garder le ballon pour rivaliser. On sait que, dès que ça perce ou qu’on perd le ballon, ça fait quille derrière. 

 

En fait, pour ne pas prendre trop cher, la clé était la possession ? 

 

Oui, je pense que c’était ça, que c’était la possession. On a été pas trop mal sur nos mêlées, on a eu quand même quelques ballons sur nos touches. On a rectifié le tir par rapport à la semaine dernière mais après, on a eu beaucoup d’imprécisions dans le jeu au pied, on monte mal et voilà. Eux, dès que ça perce, ça va au bout. Je pense qu’il aurait fallu qu’on garde un peu plus le ballon mais, est-ce qu’on en avait la possibilité ? Je n’en suis pas certain non plus. 

 

Toi qui a connu ce niveau, qui est quand même un ancien d’Albi , comment peux-tu trouver les mots pour ces jeunes joueurs ? Parce qu’aujourd’hui, il y avait beaucoup de jeunes joueurs côté graulhetois donc, comment les faire évoluer vers le haut ? 

 

Il faut prendre des notes, il faut regarder, ce sont des matches où on apprend. 77 à 0, c’est énorme mais ce sont des matches où on apprend. Pour ces jeunes, il faut leur dire que ce n’est rien, que ça arrive, que c’est comme ça. Malheureusement, tant qu’il y aura des équipes comme ça dans les poules, ça sera compliqué pour tout le monde. Et là, ça sera un petit mot pour la Fédé, quand ils verront ces scores-là, si eux çà les fait rire, nous pas. 

 

C’est sûr. Tu nous as fait quelques petites spéciales au ras du ruck mais tu t’es fait croquer la plupart du temps ? 

 

Oui (rires). C’est parce-que je crois qu’il y avait Sébastien Pagès dans les tribunes alors je voulais lui faire plaisir. Je voulais faire le coup de l’élastique mais ça n’a pas marché. Il le faisait mieux que moi, c’est sa spéciale à lui. 

 

Propos recueillis par Didier Revellat

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s