#Rugby – Fed1 / L.Dossat (Niort) : «Il y a des points à prendre partout »

Laurent Dossat, l’entraîneur des avants du Niort Rugby Club, nous a formulé ses ambitions et ses espoirs, lors d’une interview accordée à notre consultant Didier Revellat. Le club Niortais, qui a loupé le coche du « Du Manoir » lors de l’ exercice précédent, aborde cette nouvelle saison avec des nouvelles armes. Fort d’un recrutement ambitieux, le NRC va tenter de faire vibrer les Deux-Sèvres au gré de leurs exploits. Coup de projecteur sur un club émergent de la fédérale 1, qui pourrait bien être un des troubles fêtes de aux accessits en Jean Prat.

 

On va faire un petit rappel de la saison passée. Vous avez terminé 7es pour votre deuxième année en Fédérale 1. Avez-vous des regrets pour la qualification en Du Manoir ? 

 

Oui, on a un peu de regrets parce qu’en plus, sur la dernière journée, on devait gagner avec le bonus offensif contre Bergerac et pendant ce temps-là, il fallait que Rennes perde à Nantes et c’était la qualification et Rennes est allé faire un exploit. C’est vrai qu’à la fin du match, on avait la satisfaction du devoir accompli et avec un coup de téléphone, c’est vrai qu’il y a eu une certaine déception. Après, je pense qu’il faut être cohérents. Est-ce que, sur l’année, on a tout fait, est-ce qu’on a tout vraiment mis pour être dans les 6 premiers ? On a eu aussi à certains moments des absences qui nous ont été préjudiciables. La régularité était importante, on a perdu des matches importants à l’extérieur avant la trêve donc, oui, quelques regrets, mais on sait que sur une saison, il faut être très régulier. On ne l’a peut-être pas été assez l’an dernier donc peut-être que Rennes le méritait plus que nous. 

 

La poule n’était pas facile. Il y avait quand même des ogres comme Rouen, Cognac. 

 

Oui, il y avait vraiment une poule très difficile. On dit que, cette année, la poule l’est. C’est vrai qu’elle l’est énormément mais déjà, la poule de l’an dernier, on a vraiment dû se frotter à de grosses équipes et tous les matches ont vraiment été âpres et rugueux. 

 

Cette année, vous avez quand même pas mal d’arrivées et notamment une recrue de choix, Antoine Lescalmel. Vous avez aussi quelqu’un qu’on connaît bien à Albi, Benoît Sevestre, qui a fait quelques feuilles de matches en équipe 1. Un recrutement qualitatif ? 

 

Oui, vraiment, un recrutement qualitatif comme on voulait qu’il le soit avec des garçons comme Antoine, comme Benoît et plein d’autres donc, on est ravis de ça. Je dirai qualitatif mais aussi qui permettra vraiment de challenger tout le monde et quantitatif également. On a réussi sur le recrutement en fait à mettre tout le monde  » sous pression  » et sur chaque poste, il n’y aura pas vraiment ni un titulaire, ni un remplaçant ni sur la feuille de match. Dès le premier match, personne ne sait vraiment s’il sera sur la feuille de match, s’il sera titulaire ou remplaçant. Et ça, quelque part, je dirai que c’est bien pour maintenir vraiment tout le monde. Donc, recrutement qualitatif mais qui nous permet aussi d’avoir une bonne profondeur de banc pour cette saison qui sera très, très longue et où chaque match aura son importance. 

 

Vous installez en fait une concurrence à tous les postes ? 

 

Oui, voilà, absolument. Les joueurs qui ont fait la saison 2018-2019 ont vraiment répondu à nos attentes mais c’est vrai que certains, à un moment donné, ont été fatigués parce qu’on vraiment beaucoup tiré sur les mêmes. 

 

Il y a eu de l’usure

 

Oui, il y a eu un peu d’usure et c’est vrai qu’on l’a vu sur certains matches. Là, par contre, ce ne sera pas le cas. A chaque poste, il y a aura vraiment une homogénéité entre les garçons et certains le seront au moment 1 mais certains le seront au moment N+1. Donc voilà, chacun a vraiment sa pierre a apporter à l’édifice et aura l’occasion, sur les 22 rencontres, de pouvoir faire ses preuves. 

 

Pour cette saison, avec ce recrutement, quels sont les objectifs que vous a fixé le président Gilbert Nasarre 

 

Le président et les dirigeants nous ont fixé l’objectif de finir dans les 4 premiers. Bien évidemment, l’objectif que fixe un président est toujours l’objectif le plus haut possible. Ce ne sont pas des personnes qui veulent fixer un objectif mineur. Nous, de notre côté, bien sûr qu’on va tout faire pour répondre à leurs attentes mais disons qu’une place dans les six en Du Manoir serait déjà pour nous une satisfaction. Après, bien évidemment, si on pouvait terminer dans les 4 premiers, c’est quoi qu’il arrive une réception en match retour en Du Manoir donc ça fera bien sûr partie de nos objectifs. Mais très sincèrement, ce qu’on a dit aux joueurs avec Sébastien, c’est qu’on vraiment faire de ces 22 matches, je dirai presque 22 matches de phases finales parce-que, quand on voit la qualité de la poule, aucun match ne sera facile à la maison. Mais, de notre côté, on ne demandera jamais aux garçons d’aller lâcher un match à l’extérieur. Il y a des points à prendre partout et il y a une grosse vigilance à avoir à la maison sur n’importe quel match. Donc vraiment, terminer dans les 6 premiers, on le veut, et dans les 4, encore plus mais disons que, dans un premier temps, on va vraiment prendre les matches un à un et de répondre aux exigences de cette poule qui l’est beaucoup, exigeante. 

 

On va citer Sébastien Morel, qui est le manager et l’entraîneur des lignes arrière, avec qui vous faîtes la paire. 

 

C’est ça. 

 

Vous aviez concocté pas plus de deux matches de préparation, tous les remportés, l’un contre Limoges et l’autre contre les espoirs du Stade Rochelais. Cela ne vous paraît pas un peu court comme préparation ou bien aviez-vous préparé autre chose, comme peut-être du foncier ? 

 

Disons qu’on a travaillé différemment. Mais on avait initialement un 3e match de prévu mais il y a eu une fête dans notre club qui a engendré un petit changement de calendrier. Elle n’a finalement pas eu lieu et on a donc perdu un 3e match amical mais on l’a remplacé par de la qualité avec une opposition entre, je dirai, les possibles et les probables et également une opposition contre nos amis espoirs du Stade Rochelais. Ca a donc quand même fait du bon travail et je dirai que, quelque part, il y a une certaine fraîcheur physique et mentale qui sera intéressante aussi. On sait à quoi s’attendre, je ne crois pas qu’on est forcément besoin de prendre des  » cachous  » supplémentaires comme on dit chez nous pour savoir ce qu’il faut qu’on fasse contre Dax. Ca ne nous pose pas de problème, ça ne pose pas de problème aux joueurs. On est prêts et on sera prêts. 

 

Vous me tendez la perche. Vous allez jouer Dax en première journée. Vous allez déjà rentrer dans le vif du sujet, ça va être un gros match et une grosse rencontre ? 

 

Oui, grosse rencontre. C’est vrai que, si les 12 équipes ont un très bon niveau, on aurait peut-être espérer prendre une autre équipe pour un premier match, surtout à la maison. Mais voilà, c’est comme ça, le calendrier est exigeant. Ca nous met directement dans le vif du sujet et on est enthousiastes. On restera remplis d’humilité quant à la réception de l’ogre dacquois, n’ayons pas peur des mots, parce-que c’est vraiment une équipe qui envisage de remonter en Pro D2 et dès cette année je pense. Donc, très, très, très humbles mais après, il faut qu’on ait de la confiance comme on sait faire et on fera preuve d’abnégation et d’un gros mental pour faire tomber les dacquois. Si on peut le faire, ce sera vraiment un exploit, pas un énorme exploit parce qu’on l’a fait l’an dernier mais déjà un exploit. Après, il ne faut pas non plus tout mettre sur ce match-là. En tous cas, ne pas jouer avec la crainte, avoir confiance en nous, en notre jeu et surtout dans le mental de nos garçons. 

 

Ne pas mettre toutes les cartouches sur ce match. Le gagner bien sûr mais, au même titre que Dax, il y a Cognac-Saint-Jean d’Angély, il y a Saint-Jean-de-Luz et la poule est très homogène. Il n’y a pas de promu. 

 

Quand vous faites un rapide détail de la poule, vous avez 7 équipes qui se sont qualifiées en Jean-Prat ou en Du Manoir, vous en avez trois dont nous qui ne se sont pas qualifiées à la dernière journée et vous rajoutez Bergerac et Le Bassin d’Arcachon qui sont deux très belles équipes. Donc, ça donne le niveau de la poule. Après, c’est sûr que, par rapport à ce qu’on a vu l’an dernier, on a vraiment les dacquois, les angloys, les luziens et les cognacais qui font vraiment partie des grosses équipes. Et ce ne sera pas facile d’aller à Nantes, d’aller à Rennes et même de les recevoir, on l’a su l’an dernier. 

 

Merci pour votre disponibilité, bonne chance pour cette saison et à bientôt

 

Merci beaucoup, c’est très gentil. Bonne saison à tous, à tous les coaches et dirigeants. 

Propos recueillis par Didier Revellat

Article rédigé par Loïc Colombié

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s