#Rugby – Fed1 / A.Méron (Tarbes) : «Quand on joue à Tarbes, on est dans l’obligation de viser le haut-niveau. »

Albain Meron, 3eme ligne du Stado Tarbes Pyrénées Rugby Nous a accordé une interview pour faire le point sur cette saison 2019-2020 en Fédérale 1 qui s’annonce comme celle du rebond. Après un exercice précédent qui fit passer les hauts pyrénéens par toutes les émotions, entre soucis administrativo – financier et parcours héroïque en Du Manoir, du côté du Stade Trelut on espère avoir finit de manger son « pain noir ». Pour l’ex dacquois qui a prolongé l’aventure au Stado, malgré une pléiade de départs, cette nouvelle cuvée dans l’élite amateur doit tendre vers des objectifs élevés teintés d’une humilité certaine. Entretien avec un joueur qui veut avec ses coéquipiers porter un club mythique vers l’excellence et le Jean Prat.

 

 

Albain, vous êtes un des 3es lignes du Stado Tarbes Pyrénées Rugby après être passé par le Stade Rochelais, Chambéry et Dax. Vous avez connu des fortunes diverses puisqu’à Chambéry, vous avez failli tutoyer la Pro D2 tandis qu’avec Dax, vous avez connu la relégation. Déjà premièrement, qu’est-ce qui vous amené au Stado Tarbes Pyrénées Rugby après cette déconvenue avec l’US Dacquoise ? 


Comme vous l’avez dit, avec l’US Dax, on a été rétrogradé en Fédérale 1. Le club et la ville me plaisaient vraiment mas, au moment où la saison prochaine allait débuter, il fallait que moi, je prenne une décision. C’est pour cela que j’avais rencontré les dirigeants de Dax. Le club ne s’était pas trop préparé à sa descente et moi, au moment où je devais prendre ma décision, ils n’étaient pas vraiment en mesure de me proposer quelque chose de concret. Et en même temps, j’avais Tarbes qui, par l’intermédiaire de Yannick Vignette, m’ont rappelé plusieurs fois pour savoir ce que je voulais faire, mon choix, etc. Donc, j’ai préféré faire le choix de la sûreté si je puis dire, avec une proposition qui était écrite sur la table à Tarbes alors qu’à Dax, je n’avais encore aucune certitude au moment où j’ai dû faire un choix. 


Vous arrivez au Stado Tarbes Pyrénées Rugby l’année dernière pour une saison qui est un peu à double visage : un début de saison où vous tutoyez les deux premières places avec Albi et Saint-Jean-de-Luz dans un mano à mano à trois et puis un cœur de l’hiver où ça commence à s’effondrer, on va dire, du fait de problèmes administratifs. Comment avez-vous vécu cette sanction extra-sportive ? 


C’est sûr, saison pas évidente. On la démarre avec un maximum d’envie avec le match qu’on gagne contre Albi à la maison. Après, la constante qu’il y a eu sur toute la saison, c’était les défaites à l’extérieur. On gagnait à la maison mais on perdait à l’extérieur. Puis sont venus les problèmes financiers, les articles de presse qui sortaient, pas forcément faciles à gérer dans le groupe, mais on s’est accrochés tant bien que mal. Donc, la saison n’a pas été forcément très belle sportivement. On a mieux fini sur les phases finales mais il était trop tard pour accrocher les deux premières places et en plus de cela, avec les 8 points qui nous ont été enlevés au cours de la saison, c’était mission impossible. 


Par contre, on a vu qu’à la fin du printemps/début de l’été, il y a eu de nouveaux petits soucis financiers. Ce coup-ci, on a eu l’impression qu’en phases finales Du Manoir, ça vous a galvanisé puisque Tarbes a fait une très, très belle phase finale Du Manoir. Vous avez loupé le coche pour la finale de très peu ? 


Oui, peut-être qu’avec les soucis qu’on avait rencontré quelques mois avant, nous avons peut-être omis les derniers articles de presse. On les a enlevés et on s’est concentrés sur ce qu’il pouvait arriver de beau pour finir la saison, c’est à dire les phases finales. 


Ca a resserré le groupe ? 


Oui, ça a peut-être resserré le groupe mais on s’est surtout tous engagés à fond dans les phases finales sans penser un peu à l’extra-sportif. Je pense que c’était la meilleure chose à faire.


Une fois les phases finales finies, il a malheureusement fallu revenir à l’extra-sportif. Il y avait des soucis financiers, il y a eu pas mal de départs. Pour un joueur comme vous, comment appréhende-t-on ce genre de situation ? Parce-que ce doit être une situation où, passez-moi l’expression,  » on a un peu le cul entre deux chaises  » ? 


C’est ça, exactement. C’est une situation pas évidente à gérer parce-que, quand on a un minimum d’ambitions dans ce rugby, on se dit  » est-ce qu’on fait le bon choix ? Est-ce qu’on doit rester ? Est-ce qu’on doit partir ? Est-ce qu’on va rester dans un club qui va s’effondrer dans quelques semaines ? « . Pas évident à gérer donc j’ai pesé le pour et le contre et j’ai finalement décidé de poursuivre l’aventure avec dire. 


Le rugby pyrénéen, une fois qu’on y goûte on va dire, on a du mal à s’en défaire ? 


C’est sûr qu’après, en parlant plus largement sur tout la région du sud-ouest, c’est une région que moi, personnellement, j’affectionne particulièrement, que ce soit pour le rugby ou la vie privée. Mais c’est sûr que c’est un endroit de la région qui est agréable à vivre. 


On l’a vu, du fait de ces soubresauts qu’il y eu en coulisses, le groupe a beaucoup changé. Il y a eu une grosse diaspora de joueurs. Qu’en est-il à l’heure actuelle, à une semaine de la reprise du championnat ? Avec quelles armes s’avancent Tarbes ? 


C’est clair que l’effectif a été énormément remanié, notamment devant avec 75% de nouveaux joueurs dans le pack de Tarbes cette saison. Au début, on attendait de voir où on allait mettre les pieds parce-que ce n’est pas évident. On ne sait pas avec qui on part, avec quoi on part, quel niveau on va avoir. Pour l’instant, on avait 4 matches amicaux de prévus. Les 3 premiers ont été gagnés, il nous en reste un vendredi soir (le 30.08) contre Lavaur (gagné 17-15). Et puis après, on attaque la saison contre Graulhet le week-end prochain. Je ne dirais pas qu’on l’aborde avec certitudes, on ne va pas se prendre pour d’autres mais on part avec quelques forces. On a réussi à mettre en place sur les matches amicaux des actions et des matches plutôt corrects donc on va s’appuyer là-dessus et on va découvrir ensemble, avec cette nouvelle équipe, ce championnat de Fédérale 1. 


Tous les suiveurs et toute la presse vous catégorisent dans les favoris pour le Jean-Prat, dans les 3 équipes qui ambitionnent clairement être dans le Jean-Prat à la fin de la saison. Pour vous, le groupe et même les dirigeants, est-ce un objectif qui a été posé sur table ? 


Ecoutez, oui. Quand on joue à Tarbes, qu’on soit dirigeant ou joueur, on est quasiment dans l’obligation de viser le haut-niveau. Maintenant, l’année dernière, on nous annonçait aussi dans les premiers et au final, ça n’a pas été le cas. Donc, je crois qu’il faut en garder un petit peu, comme je pourrais dire, et attendre que la saison se passe. Mais, on va défendre nos couleurs au maximum et on verra où on se trouvera à la fin de la saison. 


On va passer un peu à l’image d’Epinal, on aime bien ça aussi à Radio Albigès et au Mag Sport. Qu’est ce qui caractérise ce club de Tarbes ? Quelle en est l’âme ? 


Quelle est l’âme de club ? Je dirai que c’est un club qui essaie de s’appuyer au maximum sur ses valeurs, sur ce qui s’est passé auparavant dans ce club. On nous parle souvent des anciens, que les Bigourdans sont des personnes et des joueurs qui se donnent à 200% sur le terrain. Peu importe d’où l’on vient, il faut qu’on défende ces valeurs et cette façon de jouer. 


Pour vous, qui êtes issu de la formation en Touraine et qui n’êtes pas un produit pur souche des Pyrénées, ces derbys des Hautes-Pyrénées, voire même plus large avec les derbys pyrénéens, ça vous parle ces matches contre Lannemezan, contre Bagnères-de-Bigorre ? Est-ce que ça a un enjeu bien particulier pour vous même si vous n’êtes pas issu de la formation pyrénéenne ? 

Très honnêtement, oui. Même par chez moi, ça existe les derbys mais quand je sais que le week-end, on va jouer un Tarbes/Lannemezan ou un Tarbes/Albi, pour moi, personnellement, c’est le même match et je me prépare de la même façon. Je ne crois qu’il y ait de saveur particulière sur le terrain. Après, c’est plus dans les tribunes, dans l’engouement qu’on peut rencontrer par rapport aux supporters et au public. Je dirai qu’il y a vraiment une différence avec les matches lambda à ce niveau-là. Mais, à titre personnel, j’aborde tous les matches de la même manière. 


On a eu quelques présidents pyrénéens. Il y en a certains qui voient ça un peu comme un championnat dans le championnat, ces derbys. 


Bien sûr. Après, quand on est tarbais depuis toujours, comme notre président, comme beaucoup ici, c’est sûr que pour eux, quand on gagne contre Lannemezan ou contre Bagnères, ça compte double. Pour eux, c’est un match trois fois plus important que les autres mais ce qu’il faut, c’est rester concentrés, rester appliqués. C’est sûr qu’il est plutôt favorable de gagner les derbys, ça se passe forcément mieux au club après. 

 

Pour finir, quel va être le mot d’ordre pour cette saison ? Quel va être l’état d’esprit de ce groupe que j’imagine assez revanchard ? 

 

Oui, revanchard, c’est sûr. Après, Tarbes fait plus parler de lui en ce moment sur les problèmes financiers que sur les résultats sportifs. Je crois que cette saison, notre équipe va avoir à cœur de faire parler d’elle par nos performances sur le terrain. Je pense qu’on ne se prend pas pour d’autres, on est une équipe très jeune mais on va défendre au maximum nos couleurs et essayer de faire parler de cette équipe du mieux possible. 

 

Et c’est souvent dans l’adversité qu’on se construit au rugby, qu’on construit les plus belles aventures humaines ? 

 

Exactement. Je pense que ce sont dans ces moments-là que ça peut souder les mecs et c’est comme ça aussi qu’on se connaît, dans la difficulté. L’avenir nous en dira plus. 

 

Merci Albain. On vous souhaite le meilleur pour cette saison 2019-2020 avec le Stado Tarbais et à très bientôt à l’antenne de Radio Albigès

 

Merci beaucoup, au revoir. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s