#Rugby – Fed1 / F.Tauzin (US Dax) : «Rester sur la dynamique de la saison passée »

Nous sommes allés à la rencontre de Frédéric Tauzin, coach de l’US Dax Rugby Landes, à quelques jours du début de cette saison 2019-2020 de fédérale 1. Ce club mythique de l’ovalie française, aborde cette nouvelle année dans l’élite fédérale avec l’ambition de se qualifier en Jean Prat, et qui sait de retrouver la ProD2. A l’instar du stade Maurice Boyaux qui a fait peau neuve , l’organigramme du club landais a vu un vent de nouveauté poindre, avec l’arrivée à sa tête de Benoît August. Mais malgré un discours humble, le club landais compte bien faire de cette saison le nouveau départ, d’un cycle vertueux avec l’accession dans un coin de tête. Pour cet An II en fédérale 1, les dacquois pourront dans une poule 4, ne manquant pas de prétendants aux accessits en playoffs, goûter aux joies d’un bouillant derby landais face à l’US Tyrosse. Focus sur Fred Tauzin et un club historique, qui après une première saison d’adaptation et re-constructrice, va tenter dès le 7 septembre de réenchanter la magie et les lustres d’un club à l’aura éternelle.

 

 

Frédéric, avant de parler de cette nouvelle saison 2019-2020, on va quand même parler de la fin de saison dacquoise l’année dernière en Jean-Prat, avec une qualification en quart de finale en play-off et une double confrontation contre le Rouen Normandie Rugby, qui est monté à l’issue de ces play-offs, qui a été plus serrée que prévue ? Les Dacquois ont vendu chèrement leur peau ? 

 

Oui, tout à fait. Un premier match aller où, je crois, on meurt à 4 points si mes souvenirs sont bons à domicile, où on prend des points en fin de match. Et puis, un match retour où, malgré un carton rouge à la 20e qui est plus que discutable puisque le corps arbitral a avoué s’être trompé, et à la 60e, on est quand même à une pénalité de la qualification. Oui, on a existé sur ce quart de finale mais, sur la saison régulière, Rouen a montré de belles choses et mérite d’être passé, sur ce quart de finale en tous cas. 

 

Quand on voit le quart de finale et la demi-finale, on voit quand même que cette équipe de Rouen, qui était un mastodonte, c’était quand même un colosse aux pieds d’argile parce qu’il y avait moyen de les déstabiliser ? 

 

Oui, bien sûr, il y avait moyen. Ils ont des matches relativement faciles toute la saison et ce n’est pas facile pour une équipe qui survole un petit peu le championnat de se retrouver sur des matches accrochés, d’enchaîner des matches accrochés en tous cas. Je crois qu’être au-dessus, ça ne prépare pas forcément pour les phases finales. 

 

Cette année, l’ogre rouennais a été évacué, direction la Pro D2. Vous vous retrouvez dans une poule qui ressemble quasiment trait pour trait à celle de l’année dernière avec en plus, un petit bonus track, un derby contre l’US Tyrosse. Ça, ça va être un grand moment de la saison dacquoise ? 

 

Oui, tout à fait, ça va être un grand moment mais je crois qu’on se concentre surtout sur bien débuter la saison parce-que forcément, ça va engendrer une suite positive au moins plus facile on va dire. Le derby est au mois de Novembre, on a quand même pas mal de matches à jouer avant. Surtout que, sur cette phase aller, sur 11 matches, on se déplace 7 fois et on reçoit 4 fois donc on est très concentrés pour bien débuter la saison. Il faut prendre les journées les unes après les autres, prendre la première, c’est le détonateur, et on a un petit peu de temps pour réfléchir au derby. 

 

Bien sûr de fait, Dax, de son histoire, de son effectif, de sa saison dernière est un des favoris pour la qualification en Jean-Prat mais, pas que, parce-que derrière, ça se bouscule au portillon. On voit des équipes comme Cognac, Niort ou Nantes qui sont en train de s’armer et puis bien sûr Saint-Jean-de-Luz, le trublion de la saison passée, qui voudra aussi avoir son mot à dire ? 

 

Oui, tout à fait mais il ne faut pas oublier aussi Anglet qui progresse d’année en année, qui s’est qualifié 4e l’année dernière, qui a encore fait un bon recrutement. Je crois qu’il n’y a pas d’équipe facile dans cette poule. On n’a pas de promu, on a des équipes qui sont aguerries à la Fédérale 1, toutes ambitieuses. Je crois que ça va être accroché tous les dimanches. C’est bien pour rester compétitifs toute la saison mais ça peut être dangereux aussi. 

 

Vous parliez d’un fait assez cocasse. Dans la poule grand-ouest, il n’y a pas de promu. Comment l’avez-vous vécu ? Vous trouvez que c’est quelque chose de légitime ou plutôt d’injuste ? 

 

 Je ne vais pas trop perdre d’énergie là-dessus, on va faire avec on va dire. Ca nous oblige à être plus réguliers et à se bagarrer tous les dimanches. Il faut s’y préparer, tout simplement. Je ne vais pas me lamenter, je ne sais pas comment ça a été fait ni comment ça a été réfléchi. Voilà, on ne peut que constater que nous n’avons pas de promu dans notre poule. 

 

On dira pour résumer que les voies de la Fédération sont impénétrables

 

Exactement

 

On va passer un peu sur la vie interne de l’US Dacquoise. On a vu qu’il y avait eu un changement de président mais ça a été cocasse puisque Benoît August venait au début vous épauler en tant que coach puis après, il est devenu président du club. Grosso modo, on avait fait une boutade à Radio Albigès en disant  » Benoît August, on l’invite dans la salle à manger, on le retrouve au bout de 5 minutes dans la cuisine quasiment « . 

 

(rires). Oui, peut-être. Benoît est quelqu’un qui connaît bien le rugby, qui connaît bien le club aussi. Les gens ont eu besoin de lui au niveau des dirigeants, ont fait appel à lui, il a accepté la mission même si c’est quelqu’un qui aime le terrain. Ce n’était pas forcément prévu, je pense, dans son programme mais maintenant, c’est comme ça. On s’est adaptés et on est contents aussi d’avoir Benoît en tant qu’interlocuteur dirigeant qui connaît aussi le terrain. 

 

Et puis, on va dire comme au rugby, il a su saisir le rebond au vol ? 

 

Tout à fait

 

Ça change quoi dans la pratique le fait que Benoît August soit devenu le président du club ? 

 

Ça ne change pas grand-chose. Si, ça quand même qu’il y ait eu du coup l’arrivée de Stéphane Barbéréna au sein du staff, qui va se partager la tâche avec Manu Maignien sur les avants. Ça, ça rajoute des compétences au niveau du staff. Et puis voilà, comme je vous disais aussi, un interlocuteur pour nous privilégié en la personne de Benoît pour faire passer les messages quand on a besoin de les faire passer au niveau des dirigeants. 

 

Et pour le mercato ? C’était ma prochaine question, ça aide d’avoir un Benoît August dans son staff pour aller chercher des noms un peu ronflants pour le mercato 

 

Des noms ronflants, ce n’était pas forcément la cible. Ce sont des joueurs qui avaient une attache plus ou moins proches du club, on va dire, de jeunes joueurs à potentiel qui avaient envie de venir à Dax. Des noms, oui, il y a le retour de Thibaud Dréan

 

On a vu Polutélé de Bayonne aussi venir

 

Polutélé Maka de Bayonne et aussi Mathis Dumain. Après, j’en oublie certainement. La cible était plus sur des joueurs à potentiel qui n’ont pas forcément eu l’opportunité en Pro D2. 

 

J’imagine que les profils ont été ciblés par rapport aux besoins qui ont émergé de la saison passée. Quels étaient un peu les profils recherchés à Dax ? 

 

En première ligne, il a d’abord fallu palier au départ de Faitotoa Asa donc c’est  pour ça qu’on s’est renforcés à ce niveau-là. En 3e ligne, Maka Polutélé repositionne un petit peu Nemia Soqueta en seconde ligne donc peut-être aussi un manque à ce niveau-là. Et puis, on a récupéré aussi Simon Gatuingt au poste de demi-de-mêlée qui va amener un peu de concurrence. On a essayé de rééquilibrer un petit peu l’effectif en tous cas. 

 

On savait aussi l’année dernière qu’il y a avait un dossier qui était en cours, c’était la réfection du stade Boyau. Où en est-on pour l’instant ? 

 

La tribune risque d’être livrée pour le 3e match de championnat donc c’est pour ça qu’on se déplace deux fois d’entrée. On espère que la tribune sera opérationnelle pour la réception de Trélissac pour la 3e journée. 

 

Alors ce coup-ci, la chaîne l’Equipe pourra venir sans avoir de mauvaises surprises parce qu’ils ne s’étaient pas aperçus qu’elle était en travaux l’année dernière et ils vous avaient fait avancer un match contre le Stade Nantais pour après annuler la diffusion ? 

 

Tout à fait, il n’y aura plus d’excuse. (Rires)

 

Vous pourrez accueillir l’Equipe a bras ouverts et qu’ils fassent un focus grand angle sur l’US Dacquoise ? 

 

Avec grand plaisir (Rires)

 

On va finir sur les objectifs de cette saison. On imagine que vous avez goûté au Jean-Prat l’année dernière, vous descendez de Pro D2 il y a à peine deux saisons. L’objectif de l’US Dax, c’est d’aller toucher ce Jean-Prat puis qui sait, si l’aventure est belle, aller remonter pour tutoyer de nouveau les joutes de Pro D2 ? 

 

Oui, tout à fait. Je crois que l’objectif est faire mieux que la saison passée, en tous cas sur la phase régulière, essayer de se qualifier un petit mieux pour s’aménager un quart de finale peut-être un peu plus favorable. Ça veut dire essayer de finir premier ou dans les meilleurs seconds pour avoir un quart de finale favorable. Et après, pourquoi pas disputer un match de montée, oui. Ça serait bien. 

 

Pour vous, au petit jeu des pronostics, quels seront les 4, 5, 6 qui accompagneront Dax et l’autre pensionnaire de la poule 4 ? 

 

Je crois qu’il y a pas mal de candidats. On parle de Massy, Bourg-en-Bresse, déjà, ça va être épais. Narbonne aussi, qui apparemment fait fort sur l’intersaison. Albi bien sûr qui est revanchard par rapport à la saison qu’ils ont vécu et notamment la demi-finale par rapport à l’année dernière. Mâcon aussi qui, on a vu sur la finale, a un bon niveau. Cognac bien sûr va vouloir s’améliorer aussi. Il ne faut pas oublier Nantes, Rennes pareil, ça construit. Niort a des ambitions et ils l’ont affiché. Il y a quand même beaucoup, beaucoup de prétendants. 

 

On a l’impression que c’est quand même beaucoup plus ramassé que l’année dernière ? L’année dernière, il y avait Rouen et Valence Romans bien au-dessus, Albi qui suivait un peu derrière et après une flopée de clubs. Là, cette année, on a l’impression que tous les clubs que vous avez cités sont à peu près sur un pied d’égalité avec quasiment les mêmes forces et les mêmes faiblesses ? 

 

Oui, tout à fait, avec un point d’interrogation sur Massy et Bourg-en-Bresse, on va voir comment ça va évoluer. Après une descente, ce n’est jamais facile mais Massy est quand même habitué à cet exercice-là. Ils se relancent généralement bien donc à voir comment ces deux clubs vont réagir à la Fédérale 1. 

 

Allez, pour conclure, l’état d’esprit de l’US Dacquoise Rugby Landes pour cette saison 2019-2020 ? 

 

On va essayer de rester sur la dynamique de la saison passée en essayant de faire plaisir encore à notre public, se faire plaisir d’abord. Comme c’est assez communicatif, ça fera plaisir au public aussi, tant au niveau du jeu que des résultats. Mais, ce n’est pas tout le temps évident. 

 

Merci Frédéric Tauzin. On vous souhaite le meilleur avec l’US Dacquoise et qui sait, espérons-le, une petite rencontre entre Dax et Albi en phases finales, ça rappellerait quelques souvenirs de Pro D2 ou de Top 14 ? 

 

Ca serait sympa ! 

Propos recueillis par Loïc Colombié

 

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s