#Rugby – Fed1 / Sabri El Ghoul (SCA) : « Albi c’est un club qui porte ses c….! »

Rencontres avec la recrue qui a lancé de ce mercato jaune et noir et qui a dicté son choix, pour s’engager avec le club tarnais, par l’ADN Rugby que transcende le SCA et le charisme de son entraîneur, Arnaud Méla.
On est avec une des recrues du SCA, Sabri El Ghoul qui nous arrive de Soyaux-Angoulême. Sabri, tu viens de faire tes premiers pas au Stadium Municipal. Qu’est ce qui t’amène en terre albigeoise ? 
Qu’est ce qui m’amène ici ? Je vais pas vous dire, c’est pas le climat. C’est juste pour le jeu, la structure et les projets du club surtout. Les projets du club qui m’intéressent énormément et d’avoir un peu plus de temps de jeu qu’en Pro D2. Et l’entraîneur qui m’a beaucoup plu. 
En parlant d’Arnaud Méla, les valeurs d’Arnaud Méla, le fait qu’il soit 2e ligne comme toi, c’est quelque chose qui t’a motivé dans ta décision ? 
C’est tout à fait ça. C’est ça qui m’a convaincu, qui m’a poussé à vouloir venir ici et à travailler avec un ancien 2e ligne mes points faibles et évoluer sur mes points forts. C’est ça qui m’a beaucoup plus dans ce club du coup, j’ai foncé dans l’aventure. C’est ça et rien d’autre. 
Alors, parlons un peu du SCA. De l’extérieur, qu’est ce qu’il dégage ce club ? Qu’est ce qu’il transcende ? 
Club de famille, de valeurs et de rage un peu, d’un club qui, excusez moi du terme  » porte ses couilles ». Un club qui a envie et qui a besoin et qui mérite tout ce qu’ils ont en fait. Moi qui viens de Toulon, on a aussi un club de fadas, le RCT et j’ai l’impression de retrouver un peu ces mêmes furies qu’il y a ici. Ce quelque chose, tous les autres clubs ne l’ont pas. 
En parlant de furie, tu as du suivre la saison passée du SCA et le malheureux épilogue avec un soutien populaire face, on va dire, à la polémique Cardona. Toi, comme future abeille du SCA, comment tu l’as vécu cet épisode, ce moment où, à un moment donné, on se demandait ce qui allait se passer ? 
J’étais devant le match sur l’Equipe 21 avec toute ma famille. Un peu trahi. Je peux pas mettre en doute la parole de l’arbitre, ce qui s’est passé s’est passé, c’est pas à refaire. Je me suis senti un peu volé, un peu trahi. Même si je n’avais pas encore signé, même si on avait discuté avec le club, je faisais déjà parti du club en fait, si vous voulez savoir. J’étais un peu déçu même. 
Donc, tu as cette motivation comme levier pour aller chercher avec tes copains, tes nouveaux copains, l’objectif Pro D2 qui est maintenant l’objectif qui est ancré dans le SCA. Ca fait trois saisons maintenant qu’ils vont tenter d’aller relever le défi. C’est l’année ou jamais ? 
Oui, c’est ce qu’il faut. Si tous les matins, on se réveille pour venir à l’entraînement, c’est pour avoir une remontée. Après, tous les joueurs ont, je pense, le même esprit. On veut tous monter et c’est quelque chose qu’on se pose pas en fait. C’est un but, c’est pas une question qu’on doit se poser. C’est ça et rien d’autre. 
Alors, après tu nous parlais de Bourg. Pour toi, les favoris à la montée, les concurrents directs avec qui ça va frotter, à part Bourg, tu en vois d’autres ?
Non, très peu. Après, il n’y a pas vraiment besoin de se foutre la pression, concurrents ou quoi que ce soit. C’est un sport, c’est une équipe. On a des très, très, très bon joueurs, on a énormément de joueurs. C’est juste une question de temps, de patience. 
Alors, tu nous as dit que tu es originaire de Toulon. Au SCA, il y a des joueurs issus de la côte méditerranéenne. Je pense à Lucas Vaccaro, à Lolo Magnaval et aussi des anciens du CO comme Louis Decrop. Il y en a quelques uns que tu connais ? 
En fait, je les connais de noms et on s’est croisés. Quand j’étais jeune, j’étais à Toulon au RCT et après j’ai fait Castres en tant qu’espoir. Après, j’ai fait sélection paloise en tant qu’espoir. J’ai atterri à Angoulême en tant qu’espoir aussi. J’ai fait quelques matches en Pro D2. Là actuellement, en tant que pro à Albi, c’est vrai que j’ai fait un peu toute cette côte là. Mais, j’en connais pas mal et je n’en garde que des bons souvenirs, que des très, très bons souvenirs de ma formation partout. 
Allez, dernière question. Ton état d’esprit en arrivant ici à Albi. Tu es là pour tout casser ? 
Oui, je suis là pour tout casser. 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s