Football – D2F / ASPTT FA -GF38 : Le cimetière des regrets !

Le club albigeois recevait Grenoble Foot 38 dimanche dernier, pour le compte de la 20e journée de division 2 féminines. Ce match pouvait propulser l’ASPTT FA dans le quatuor de tête, et relancer une saison, qui sans être catastrophique manque sincèrement d’envergure.

Credit Photo Vincent Cere

Le contexte :

Ce match était un choc entre outsiders, qui ambitionnait bien plus haut à l’aube de la saison. Face au Grenoble F38, qui a fait trembler les galactiques de l’OL ce week-end en coupe de France (défaite 1-0 à la 95eme) les albigeoises devaient faire étalage des vertus aperçues lors de la réception de Saint -Etienne, 15 jours auparavant. Grosse inconnu coté iséroises, comment cette débauche mentale et d’énergie serait assimilé par des joueuses du GF38 qui sont passées à un cheveux de l’exploit de l’année (0-1 face à Lyon)?

Le résumé :

Les Albigeoises à l’image de la réception des leaders stéphanoises, mirent beaucoup d’engagement dans leur début de rencontre, à l’image d’une Manon Cazes, ou d’une Arielle Roy-Petitclerc, qui régnèrent en souveraines sur le terrain. Mais en face, les Iséroises, utilisaient avec brio la vitesse de Mayssa Jbarah qui prît souvent de vitesse l’arrière-garde jaunarde. Sous une pluie agrémentée de vent, le public pu assister à une 1re période fort agréable et rythmée, mais malheureusement dépourvu de but. Au retour des vestiaires, le GF38, amené par sa capitaine et ex Albigeoises Cindy Perault, impériale dans les cages, commença à passer la sur-multipliée. Les Grenobloises encore sur la lancée de leur quasi-exploit du week-end précédent face à l’OL, éteignirent progressivement les intentions albigeoises. Quant aux rouges et jaunes, l’effet surprise, du coup tactique du staff (un 4-4-2 a plat) n’eut plus court lors du second acte. 

Car actuellement, les filles du duo Galien/Garrigues voient le cœur de la seconde période comme un écueil rédhibitoire, qui amorcent souvent l’acre odeur de la défaite. L’ex Albigeoise Angélique Schlep, vit ses anciennes coéquipières relâcher l’étreinte, et les Grenobloises telles des toréadores, après avoir fatigué la bête, placèrent le coup de grâce. Fabre tout juste rentrée, catapultait le ballon au fond des filetssur un centre de l’inévitable Jbarah et Grenoble rendait la monnaie de sa pièce à l’ASPTT, en inversant le scénario du match aller (victoire 1-0 à la 86eme). À l’issue du match, la sémantique était le même que fasse à Saint-Etienne : « On n’était pas loin, il nous manque de la rigueur, cela s’est joué sur des détails ». Des détails qui se provoquent souvent par un supplément d’âme, faisant cruellement défaut à une équipe qui est maintenant officiellement en roue libre dans le ventre mou (7e).

Enfin en roue libre pas totalement, car l’ASPTT étant statistiquement sauvé (aucune équipe n’est descendu avec 27 pts.) mais pas comptablement. Car Nancy (première non relégable) qu’affronte l’ASPTT Albi ce dimanche en Lorraine, est allé arracher au courage une victoire chez les voisines Alsacienne de Strasbourg (0 – 1) et revient à 6 points. Si d’aventure, un mauvais résultat se profilaient dimanche face à l’ASNL, le prisme du maintien pourrait réapparaître et qui sait évacuer les petits soucis de consciences qui grèvent un groupe ; car à l’issue de la saison l’ASPTT ne pourra que se morfondre d’un gâchis monumental au vu de son potentiel indéniable.

Analyses et projections:

Albi redescend à la 7e place et dit adieu à ses rêves estivaux (trio de tête), qui furent bafouer par un manque de rigueur depuis la reprise hivernale couplé à une incapacité a enchaîner les perfs. La seconde mi-temps des Albigeoises, souvent cimetière de leurs intentions louables (Ambilly, ASSE, GF38, ESAP Metz, TFC, Vendenheim ou encore Yzeure) sont à l’image de cette saison : inconstantes.

Pour Grenoble, maintenant 5e, invaincu depuis le mois de novembre et avec 2 matchs de retard, un finish tambour battant pourrait les propulser dans le trio de tête : l’objectif initial ! 

Les jaunardes ont démontré une belle résistance face à l’ASSE. Crédit photo Mike Photographe

Les tops:
Arielle Roy-Petitclerc, replacée dans un rôle de milieu défensif qui n’est pas sa préférence à fait comme on dit dans le jargon « don de son corps pour la science » en se démultipliant, en taclant à tout-va, pour atteindre un abatage rarement atteint par la jeune québécoise. Malgré qu’elle se soit consommée dans les tâches ingrates, elle sut trouver la lucidité et l’énergie pour participer à l’animation offensive, donnant parfois l’impression de se dédoubler. Quant à Manon Cazes, elle fut elle aussi, dans la droite lignée de son match face à l’ASSE: en mode rouleau compresseur. Impériale dans les duels, généreuse dans l’effort, elle retrouve véritablement son statut de moteur de l’équipe à l’aube de la dernière ligne droite. Il est vraiment dommageable, qu’elle s’oublie parfois (voire trop souvent) dans des rushes, certes amenant le sur-nombre, mais pouvant tout aussi bien déséquilibrer le bloc équipe. Avec un brin, plus de rigueur tactique, la native du Tarn, pourrait voir bien plus haut que la D2F. À noter les prestations de Laurie Bezombes, Alexia Burtin et Arnélia Koutoupot, qui dans un math compliqué ont su s’accrocher et se comporter en soldat rouge et jaune. Quant à Carla Portillo, l’électron libre du club albigeois, il est malheureux qu’elle n’ait qu’un petit moteur, car si elle arrivait à produire sur 90 min ce qu’elle produisit pendant 50 min,: elle serait le cauchemar de bien des défenses.

Coté Grenoble comment ne pas citer Maysa Jbarah qui fut la pointe d’une lance grenobloise ayant bien perçu les lacunes en termes de vitesse de la charnière albigeoise. Passeuse décisive sur le but, dans tout les bons coups, cette joueuse est un diamant brut que le staff grenoblois est en train de polir. Mention spéciale à Fabre qui quelques secondes après son entrée débloqua la situation par un but plein de lucidité, et à la capitaine et portière Cindy Perrault qui fut à l’image de son équipe : inébranlable. À noter l’activité de Fortin, la sérénité de Da Cunah et le stakhanovisme de Schlepp.

Les flops:

Manon Rouzies qui est le pale fantôme de ce quel pu être il y a de cela moins d’un an (une des meilleures défenseures centrales de D1F). Amorphe, comptable sur le but encaissée et faisant l’intégralité de son match au petit trot, celle que beaucoup pensaient être une taulière, n’aurait pas fait mieux si elle avait voulu tirer une balle dans le pied de son club. Les entrantes en particulier Marjorie Delonca n’ont pas assez pesé sur le match, pour retourner une situation qui dès le retour des vestiaires commençait à s’obscurcir pour les jaunardes. À noter que Valentine Kirbach, malgré une débauche d’énergie et beaucoup d’activité comme à son habitude, reste malheureusement trop défaillante dans le dernier geste, ce qui dans ces matchs du haut de tableau est un sérieux écueil personnel et collectif.

Fiche technique:

ASPTT FA 0 – 1 GF38

Buts: Fabre (86e) pour Grenoble.

Cartons jaunes : Thivillon (76e) pour Grenoble Foot 38.

Composition ASPTT FA

Olesya Arsenieva, Aïvi Mitchaï, Manon Cazes, Laurie Bezombes, Alexia Burtin , Manon Rouzies (Assia Sidhoum 89e) , Arielle Roy-Petitclerc (Cap), Arnélia Koutoupot (Louane Morin 79e), Valentine Kirbach, Carla Portillo (Marjorie Delonca 70e), Gabriella Morales.

Non utilisées :   Alexandra Renault Frih

Entraîneur : Patrice Garrigues/Clément Galien.

Composition GF38:


Perrault (CAP)– Da Cunah, Navas, Thivillon – Schlepp, Bueno, Neutelers, Fortin, Smaali-Bretigny (Fabre 78e)– Jbarah .

Non utilisée : Pilar Khoury

Blessure(s): Aucune

Entraîneur : Nicolas Bach.

Réactions:

Patrice Garrigues (Coach ASPTT FA) à la mi-temps :

» On a pas assez le ballon je trouve, on leur laisse trop la maîtrise, c’est ce qui peut nous mettre en danger en seconde période . »

Clément Galien (Coach ASPTT FA) :

« On est abasourdi, elles nous ont punies comme on les a punies à l’aller ! On a tendu le bâton pour se faire battre sur la dernière action. Deux défaites d’affilées, c’est mauvais, même très mauvais! »

Hervé Witas (Coach Adj ASPTT FA) :

« On est dans le milieu de tableau, dans le ventre mou ça va être très dur de trouver les ressources et la motivation pour aller jusqu’au bout de la saison. Maintenant à nous les coachs de trouver le levier pour qu’elles jouent à fond jusqu’au bout: ça va être très important! . »

Aïvi Mitchaï (ASPTT ALBI):

« C’étaient des matchs de gala (ASSE et GF38) très enlevés avec un niveau intéressant…. C’est dommage, ça se joue sur des détails, mais c’est le foot, et la dure réalité du haut niveau !  »

Article rédigé par : Loïc Colombié

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s