#Rugby – Fédérale 1 / Arnaud Vercruysse (SRA): « Nos joueurs peuvent se regarder fièrement dans le miroir. »

Ce samedi, se jouait les premières rencontres de fédérale 1, pour le compte de cette journée de « rattrapage ». Le SRA dans son antre de Paul Lignon a tenu la dragée haute au rouleau compresseur du VRDR (20-26). Nous sommes allés à la rencontre du manager du Stade Rodez Aveyron, Arnaud Vercruysse, un entraîneur fier de ses hommes. 


Crédit photo: Centre Presse Aveyron

Arnaud, comment avez vous réussi à faire douter l’ogre VRDR ?

A.V:On a mis beaucoup d’intensité dans l’engagement. On a exercé une défense assez haute pour ne pas leur permettre de prendre de la vitesse et éviter qu’ils jouent dans les intervalles, là où ils excellent. Néanmoins, quand ils ont multiplié les temps de jeu, leur redistribution offensive et leur jeu sans ballon nous ont mis en grande difficulté. Et c’est durant ces phases de jeu qu’ils ont mis des points.

Cette défaite à des parfums de victoire on peut parler de match référence ?

A.V: Une défaite reste une défaite ! Mais l’important était de tout donner. Il y a un proverbe, il me semble Chinois, qui dit « la honte n’est pas d’être inférieur à l’adversaire, c’est d’être inférieur à soi-même ». 
En ce sens, nos joueurs peuvent se regarder fièrement dans le miroir. 
Maintenant, le plus dur étant toujours le match qui arrive, serons nous en mesure de maintenir la même intensité ? Je crois que oui car nos joueurs ont peut être identifié ce qu’était le sens du mot partage et la notion de collectif.

Quel fût votre levier de motivation ? Les soucis traversés par le club vous ont-ils permis de fédérer et resserrer le groupe sur les enjeux sportifs ?

A.V:Dans ce genre de match où tu affrontes une équipe invaincue depuis le début de saison, qui maîtrise totalement son sujet et qui domine outrageusement ses adversaires, il n’est pas forcément nécessaire d’agir sur des leviers motivationnels ou stimulants. L’important était d’insister sur 2 paramètres:
– ne pas être spectateur du match (donc ne pas les regarder jouer avec une forme d’admiration)
– prendre du plaisir
Voilà les éléments importants… noyés au milieu d’un concept qui consistait à convaincre les joueurs que, tôt ou tard, le leader pourrait trébucher. Et qu’ainsi, pourquoi il ne connaîtrait pas sa 1ere défaite à Rodez. 
Mais bon, force est de constater que le VRDR est une mécanique très bien huilées, une organisation qui ne doute que très peu de ses forces et qui peut s’appuyer pour gérer ses temps faibles sur des joueurs d’expérience et de tempérament (Cotte, Souquet, Barrière, Hunt entre autres). 
Pour ce qui est de l’extra sportif, actuellement cela reste dans le domaine de l’extra sportif.

Et maintenant quels sont les prochains Check-points  pour le SRA?

A.V:  Nous allons préparer la réception de Fleurance, une équipe qui joue beaucoup et qui joue plutôt très bien. Nous sommes un peu « au coude à coude » avec cette formation gersoise et connaissons les vertus des joueurs de cette contrée. 
Nous sommes très vigilants et nous aborderons ce match avec l’envie de continuer à mettre dans l’intensité dans l’engagement et de la vitesse dans le jeu. 
Ensuite, nous verrons pour le match suivant.

Arnaud Vercruysse, le Manager du SRA / Crédit photo: Centre Presse Aveyron

Le résumé du match: SRA 20 – 26 VRDR 

Le Stade Rodez Aveyron dans son antre de Paul Lignon, a tenu la dragée haute, au rouleau compresseur du VRDR. Samedi, à 18h, les hommes d’Arnaud Vercruysse voyaient se présenter dans la préfecture aveyronnaise, un monstre insatiable, le VRDR du coach Johann Authier. Leaders incontestés de la poule 3, enfilant les bonus offensifs comme des perles, les Drômois avaient de quoi faire trembler les joueurs du SRA. Mais c’était sans compter avec l’ADN de ce « pays », l’Aveyron, ou le labeur et le don de soi sont érigés en art de vivre. Jusqu’aux ultimes secondes, les rouges et jaunes ont fait douter la machine de guerre drômoise. Joint par téléphone , le manager des damiers, Yoann Authier, n’a pas répondu à nos sollicitations, preuve inéluctable, qu’à Romans-Valence, on ne s’attendait pas à une telle limonade sauce aveyronnaise. Seule l’invincibilité qui perdure pour « Drôme Rugby », viendra mettre du baume au coeur, dans une soirée qui servira de piqûre de rappel. Enfin, ce match restera dans les mémoires du côté de « Lignon « , comme une vraie partie de bravoure.

Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s