#Rugby – Nationale 2 / Cyrille Andreu (Aubenas) : «On est allé gagner à Nîmes mais ça n’est que le début de notre renouveau!»

En amont de la dernière journée des phases aller de Nationale 2 où les Ardéchois du RC Aubenas Vals vont recevoir le Sporting Club Graulhetois, Cyrille Andreu le capitaine des ardéchois nous a fait un point sur la situation des ex pensionnaires de Nationale 1. L’arrière du RCAV qui va retrouver deux têtes biens connus (Jean Christophe Bacca et Kevin Boulogne) lors de sa formation en terre Albigeoise attend ce match avec impatience. Requinqués tant par leur victoire dans le Gard chez le leader Nîmois, que par l’électrochoc créé par le retour de Marc Raynaud, les Albenassiens veulent effacer le départ diesel du début de saison et sortir définitivement de la zone de relégation. Rencontre avec un tarnais devenu un véritable enfant de l’Ardèche au gré de ses 11 saisons passé dans l’antre de Dugradus.

Aubenas VS Graulhet (J12 Nationale) une rencontre à suivre en direct via Le #MagSport et Impakkt Events dès 15h ce dimanche 11 décembre 2022.

Crédit photo RC Aubenas Vals

Ce week-end, le Tarn vient à toi, l’Ardéchois d’adoption ? 

 

Oui, ça fait maintenant 11 ans que je suis au club et il est prévu que j’y termine ma vie donc oui, on peut dire que je suis Ardéchois d’adoption.

Dans ce match face à Graulhet, il y a quelque chose qui va te rappeler ton passé albigeois à savoir le coach du SCG, Jean-Christophe Bacca ? 

 

J’ai connu Jean-Christophe à Albi, il m’a entraîné en espoirs. C’est quelqu’un pour qui j’ai énormément de respect, d’abord parce-que c’est un bon coach, ce qui est le principal et, dans l’humain, c’est quelqu’un que j’ai énormément apprécié. Ça fait longtemps que je suis dans le rugby maintenant et pour moi, à mon goût, c’est l’une des personnes qui n’est pas assez mise en valeur par rapport au travail qu’il fait. Il a connu les bonnes époques d’Albi, aujourd’hui, il fait des choses très, très bien avec Graulhet donc le seul mot que je peux dire est respect pour ce Monsieur. 

On va parler d’Aubenas et de votre début de saison mais aussi de la descente l’année dernière de Nationale à Nationale 2, une descente qui s’est faite dans les dernières secondes, à la dernière minute de la dernière journée. On sait que c’est souvent le scénario adéquat pour ce genre de combat, pour le maintien mais ça doit être très, très dur quand on le vit surtout quand, comme toi, on est ancré dans le club ? 

 

Ça a été un épisode marquant, un vrai traumatisme. On le perd factuellement à la dernière seconde du dernier match mais, à mon avis, on l’a perdu avant avec des points un petit peu oubliés bêtement, quand c’est une descente, c’est sur un ensemble de choses et pas sur le dernier match. Maintenant, c’est passé, on a du mal à rebondir après ça, j’anticipe un peu mais il est clair que notre début de saison n’est pas ce que l’on attendait et c’est peut-être aussi dû à ce traumatisme que l’on a connu en fin de saison, même si on essaye de ne pas se trouver d’excuse. 

Il a fallu repartir sur une nouvelle page pour Aubenas avec un nouveau cycle de joueurs même si quelques anciens comme toi sont venus garder un peu l’épine dorsale. Il a fallu aussi découvrir cette nouvelle Nationale 2 où on voit que Dijon, qui vous a accompagné de Nationale, a, comme vous, eu parfois des moments un peu de mal pour se mettre en diapason de cette division ? 

 

C’est exactement ça. Comme tu l’as dit, il y a eu un changement d’effectif donc beaucoup de turn-over, on avait un statut mais pas forcément non plus l’effectif qu’on avait quand on était en Nationale. Il y a de très bonnes équipes en Nationale 2, on voit qu’il faut batailler tous les week-end, on a fait un mauvais départ où on s’est un petit peu mis le doute et ça fait qu’on a du retard sur notre tableau de route. 

Malgré cela, ce n’est pas un retard rédhibitoire. On voit que vous êtes avant-dernier mais à 7 points de la 5e place et à 6 points de la 6e, rien n’est encore joué ? 

 

Il y a aussi eu un épisode un peu marquant au club avec le retour de Marc Raynaud qui est revenu insuffler un vent un petit peu nouveau avec de l’ancien. C’est quelqu’un que j’avais connu avant, que j’apprécie énormément également au même titre que Jean-Christophe Bacca. Depuis son arrivée, ça va un petit peu mieux, on a pris des points à Dijon, gagné péniblement contre Mâcon et on est allé gagner à Nîmes mais ça n’est que le début de notre renouveau. Il faut continuer à travailler et essayer d’avoir de bons résultats jusqu’à la fin de saison.

Parle-nous un peu de la touche Marc Raynaud ? 

 

C’est un personnage, un meneur d’hommes, il connaît aussi très, très bien le club, c’est un Ardéchois d’adoption également. Je ne vais pas être objectif sur le personnage car je le considère comme mon père spirituel, pour moi, le club avait besoin de quelque chose, d’un électrochoc et il ne pouvait pas faire mieux qu’en choisissant Marc Raynaud. C’est une bonne chose mais ce n’est pas non plus Marc Raynaud qui fait tout, la Nationale 2 est peut-être un niveau auquel on a peut-être été un petit peu surpris au début, il y a eu plus de 20 changements dans le groupe et il a aussi fallu s’adapter mais maintenant, on va dire qu’on n’a plus d’excuse. 

On sait qu’Aubenas est un club avec une grosse adhésion populaire et un fervent public. Quand on était venu avec le #Magsport l’année dernière voir Aubenas à trois journées de la fin, on avait par contre vu que vous étiez un peu  » en panne  » à savoir qu’il y avait un peu une cassure qui s’était faite avec le public. Est-ce que maintenant le public est revenu et est-ce que la ferveur de Dugradus renaît ? 

 

C’est aussi nous qui avons perdu la ferveur, on est un petit peu moins performant sur le terrain et les résultats étaient un petit peu moins là donc ça a amené une sorte de lassitude que l’on comprend mais ça reste toujours une ville de passionnés. C’est une région qui aime le rugby donc ils attendent un petit peu l’étincelle pour raviver la flamme mais ce n’est pas remettre la faute sur eux, c’est notre faute à nous et c’est nous sur le terrain qui avons fait en sorte que cette flamme s’éteigne. J’aime bien comparer avec le football parce-que j’adore aussi le foot et on voit qu’il y également un petit moins de monde chez des peuples comme Saint-Etienne mais ce sont les joueurs qui ont fait que la passion s’est un petit peu atténuée même si je sais qu’il ne manquerait pas grand-chose pour la faire revivre. 

Quelle est ta perception de Graulhet tant en tant qu’ancien tarnais et joueur d’Albi qu’en tant qu’adversaire et joueur d’Aubenas ? 

 

Graulhet est le genre de club et d’équipe contre lesquels il est toujours difficile de jouer, c’est un club qui a des valeurs rugbystiques et un passé énormes. On voit qu’aujourd’hui, ils font un très bon début de championnat, le bassin de joueurs de rugby là-bas est important, je connais un petit peu le Tarn et c’est vrai qu’avec tous les clubs qu’il y a, il y a forcément de bons joueurs de rugby. Chaque année, Graulhet arrive à aller chercher des bons jeunes qui traînent un petit peu dans tous les autres clubs aux alentours et s’épaule aussi en prenant un petit peu d’expérience avec des joueurs comme Kevin Boulogne ou Sionasa Vunisa qui, j’ai vu, est aussi là-bas pour ne citer qu’eux mais il y en a bien sûr plein d’autres. C’est une bonne équipe, complète un peu dans toutes les lignes avec Kevin (Boulogne) qui, on va dire, fait un peu la pluie et le beau temps mais ça, c’est bien connu car il l’a fait un peu partout où il est passé.

On peut dire que, pour Aubenas, c’est un peu un match  » croisée des chemins  » si vous voulez revenir dans le bon wagon et passer un peu Noël au chaud ? Vous êtes un peu obligés de battre Graulhet ce week-end ? 

 

J’ai tendance à te dire que tous les matchs sont importants pour nous car il est clair qu’on a raté notre début de saison, Graulhet ou une autre équipe, ça aurait bien sûr été un match important. On a la chance d’avoir deux réceptions avant Noël pour essayer de continuer à se rassurer comme on l’a fait sur les derniers matchs mais il ne faut vraiment pas s’endormir sur la victoire de Nîmes et, au contraire, continuer à bosser sur ça. Te dire que c’est une obligation, c’est du blabla, aujourd’hui, factuellement, on est avant-dernier, on est en manque de points et si on veut essayer de recoller au Top 6, on se doit d’aller chercher des points d’autant plus que l’on reçoit. 

Cette victoire face au leader à Nîmes a dû vous mettre un peu de carburant dans le moteur et vous faire du bien dans les têtes ?

 

Oui, ça vient aussi récompenser le travail de ces dernières semaines, on avait bien bossé, il y aussi un peu de réussite avec un peu de facteur chance qui a tourné en notre faveur sur ce match-là. Maintenant, comme je te l’ai dit, Nîmes est passé, c’est une bonne performance mais aujourd’hui, Nîmes est derrière nous, c’est Graulhet qui nous attend et on sait très bien que si on ne met pas les ingrédients pour, on va déchanter et vite connaître une désillusion de plus. C’est pour ça qu’il faut être très vigilant et vraiment se concentrer sur nous avant de se concentrer sur les autres. 

Comme d’habitude, une question décalée : est-ce que tu as prévu de mettre une bière bien au frais pour l’oiseau mazouté ?

 

J’ai une bière bien au frais pour l’oiseau mazouté et j’ai tendance à te dire que, s’il ne joue pas, je lui payerai quand même. Bien sûr que c’est toujours un plaisir que de jouer contre Kevin (Boulogne), la bière sera bien fraîche et, en plus, il y a de la bonne bière ardéchoise et il va se régaler.

Tu nous as donné l’eau à la bouche et on te souhaite à toi, l’Ardéchois de cœur, un beau match contre ton ancienne patrie, un beau Aubenas / Graulhet et une bonne saison avec les Ardéchois

 

Merci beaucoup, bonne saison aussi au Sporting Club Graulhetois et à Albi, une pensée également pour les Albigeois en espérant qu’ils arrivent à atteindre leur but qui traine un peu depuis des années et j’espère que ce club remontera en Pro D2.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s