#Foot – R2 / JL.Nurit (FC Sources) « Paradoxalement, nous ne sommes pas satisfaits »

En sa qualité de promu, le FC Sources a su surprendre plus d’un adversaire dans sa poule C de Régional 2. Les Aveyronnais, deuxième meilleure attaque de la poule, sont bien installés dans la première moitié de tableau depuis le début de la saison. Cependant, pour le dernier match de la saison, Jean-Luc Nurit, coach du FCS, et ses troupes auront fort à faire à Aussonne avec un effectif amoindri.

Crédit FCSA

Ce week-end vous vous déplacez à Aussonne pour un match en retard de la neuvième journée de Régional 2. On peut dire que c’est une rencontre compliquée qui s’annonce pour vous contre des Haut-Garonnais qui ont repris du poil de la bête depuis quelques semaines !

Oui d’autant plus qu’il me manque la moitié de l’équipe, donc ça va être un match très compliqué. Ils partent au ski (rires). Ce n’était pas un match programmé, mais c’est un match en retard. Vu que l’année scolaire reprend début janvier, ils avaient pris cette semaine-là. On va faire avec.

Comment allez-vous faire justement pour préparer cette rencontre avec une équipe bis ?

On va faire au mieux. Heureusement, cette année, j’ai un groupe un peu plus costaud que d’habitude quantitativement. Je n’ai pas trop eu de blessés ni de suspendus jusqu’à maintenant. Ça va me permettre de faire jouer ceux qui ne jouent pas souvent. Ça aura cet avantage-là.

Parlons un peu de votre adversaire, Aussonne. Une équipe qui descend de Régional 1. Qu’est-ce que vous pouvez nous en dire ?

J’ai vu leur vidéo qui traînait sur les réseaux. Ils ont un bon attaquant et un bon capitaine en numéro 10. Après c’est une équipe très hargneuse. On m’a rapporté qu’ils étaient assez rugueux. On verra bien.

Aujourd’hui, le FC Sources, qui joue cette saison en tant que promu, c’est la deuxième meilleure attaque de sa poule, 15 points, une place de sixième. On peut dire que c’est un début de saison réussi !

Oui, mais paradoxalement, nous ne sommes pas satisfaits. On a laissé des points, notamment contre Cahors à la maison. Ils nous battent avec beaucoup de chance. A Montauban, on fait un nul, mais on peut espérer mieux. On ne fait que donner et on prend des buts. Ça fait trois matchs où on prend des buts dans les cinq premières minutes. Jamais je n’avais vu ça de ma vie de coach ou de footballeur. On est concentrés pourtant. Ça va tourner sans doute. Mais derrière, il faut que l’on court après le score. Comme ce week-end, on perdait 3-0 contre Rodez. Après ce n’est pas évident. Et encore, on n’a pas mis toutes les occasions qu’on a eu. Après, peut-être qu’on joue un peu trop et qu’on se fait punir. Il y a de bons attaquants en face. Après, contents oui parce qu’on est un peu sorti du trou pour le moment. Mais on a laissé tout de même quelques points en route déjà je trouve.

On peut dire dans un sens, notamment quand on voit le match contre Rodez ce week-end où vous revenez à 4-4 après avoir perdu 3-0, heureusement que vous avez une attaque prolifique !

Oui heureusement. Maintenant si l’attaque marque autant de buts, c’est qu’on leur donne des ballons, ce ne sont pas des chandelles. C’est sûr que ce sont les mêmes qui marquent, mais derrière ce sont aussi souvent les mêmes qui amènent les ballons donc je n’aime pas trop sortir un joueur quand ça marche bien, ou quand ça ne marche pas.

C’est avant tout un bon travail d’équipe en gros. Ce n’est pas juste un attaquant vedette qui serait capable de faire le show à la Messi ou Ronaldo…

Exactement, c’est tout à fait ça. C’est basé sur le collectif comme d’habitude. Mes deux attaquants sont tous les deux à 10 buts chacun. Marque celui qui doit marquer, ce n’est pas un concours, c’est surtout du collectif.

Après le match contre Aussonne viendra pour vous la trêve hivernale qui je pense fera du bien aux organismes, après quatre mois de compétition. A partir de janvier sur quel pied allez-vous danser ? Maintien avant tout ou objectif top 5 ?

Comme je vous avais dit, nous le gros soucis c’est que nous avons beaucoup d’étudiants. La plupart sont en Master donc ils privilégient forcément les études. J’en ai qui changent de rythme. Par exemple mon fils est à Paris, pour le moment, il redescend tous les week-end, ce n’est pas dit qu’il puisse continuer à le faire. Encore une fois nous serons sous la contrainte des absents. Ça fait parti du jeu. On va faire au mieux, ça c’est une certitude.

Propos recueillis par N.Portillo

https://www.debardautomobiles.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s