#Rugby – Nationale / M.Essid (Albi) : «Petit à petit, j’essaye de récupérer mon niveau!»

Retrouvez l’intégralité de la conférence de presse du Sporting Club Albigeois, avec l’intervention de Moshen Essid, le 3eme ligne international Tunisien des tarnais qui se projette sur la réception d’un des épouvantails de Nationale : Soyaux Angoulême XV Charente (#J11 Nationale). Pour celui qui entame sa 4eme saison en terre cathare, il était aussi l’heure d’exprimer sa joie de retrouver les pelouses après plus de 6 mois de blessures (épaules).

Ça fait du bien de rejouer au rugby ?

 

ME : Bien sûr, ça fait toujours du bien de retrouver le terrain et le rugby. Je suis vraiment content après une longue blessure de 6 mois quand même car être arrêté et ne pas faire de rugby, c’est compliqué. J’ai tout le temps essayé de rester positif et il est sûr que j’étais très content au moment où j’ai repris. Petit à petit, j’essaye de récupérer mon niveau, mon rythme, le côté physique, le contact, tout en fait. C’est à moi de travailler, de bosser, d’être sérieux petit à petit.

 

Un retour gagnant avec la victoire pour l’équipe et, à titre personnel, le plaisir de concrétiser le boulot des copains par trois essais ?

 

ME : C’est toujours le boulot des copains, moi, personnellement, j’ai essayé d’être présent jusqu’au bout. Mais il est sûr que j’étais très, très content de retrouver le Stadium et de commencer le match comme titulaire car Mathieu m’a fait confiance. Franchement, je suis ravi de jouer et de retrouver le rugby, oui, je suis vraiment heureux. 

https://debardautomobiles.com

Parlons de ta rééducation. Quelles ont été les étapes pour que tu reviennes en pleine bourre ? 

 

ME : On peut dire que c’était ma première grave blessure depuis que j’ai commencé le rugby et ça a vraiment été long mais, comme je le disais, j’ai essayé d’être positif et de bien me soigner pour vraiment revenir en forme. 

 

Tu es allé dans un centre du genre de Capbreton ? 

 

ME : Non, j’ai travaillé avec Tim (Pierre le Kinésithérapeute du club) mais c’était déjà bien avec lui.

 

Tu as arrêté le rugby en plein huis-clos, sans spectateur, et quand tu reviens, les stades sont pleins. Ça a dû te faire bizarre limite à te dire que tu avais changé de monde ? 

 

ME : Ça a bien sûr fait du bien. On avait arrêté pour reprendre au mois de Janvier quand il n’y avait plus de spectateur et je me suis blessé ensuite, je n’ai pas pu jouer les phases finales où on a vu revenir un peu de public. Là, quand je reprends, ça fait franchement plaisir de retrouver le public et les copains, de retrouver le rugby tout court. 

https://www.eurinvest.fr/sites/prod/files/pdf/plaquette-WP-albi-web.pdf

A quoi as-tu pensé quand tu étais dans le tunnel pour rentrer sur le Stadium, à quelques secondes d’arriver sur le terrain ? 

 

ME : Honnêtement, je me suis dit à moi-même que c’était le moment de retrouver le rugby et de jouer. Je pensais à plein de choses, de revenir, à faire un bon match, d’être sérieux. 

 

On t’a vu parfois regarder les matchs depuis les tribunes et ça, par contre, c’est dur ? 

 

ME : C’est dur évidemment mais ça fait partie des blessures. Comme il y avait d’autres blessés, on regardait le match ensemble en essayant toujours d’être positif et de rester au soutien des copains qui jouaient, de rester avec eux que ce soit sur ou en-dehors du terrain. 

 

Soyaux-Angoulême, l’adversaire de ce week-end, était en Pro D2 l’année dernière. Toi, tu es arrivé de Fédérale 2, tu as connu la Fédérale 1 puis la Nationale, tu montes pas à pas. J’imagine que de jouer une équipe qui, la saison passée, jouait devant les caméras de la télé doit te mettre en appétit ?

ME : Bien sûr c’est toujours excitant quand on joue une équipe costaud qui descend de Pro D2 et dont on sait qu’elle a des joueurs d’expérience. Ils ont été en Pro D2 mais, avec tout mon respect, nous aussi on a notre carte à jouer. On reçoit une grosse équipe mais il faut être sérieux, essayer gagner le match et tout donner.

https://www.eurinvest.fr/sites/prod/files/pdf/plaquette-WP-albi-web.pdf

Après le match contre Aubenas, tu as un peu eu les lumières et les projecteurs sur toi suite à tes deux essais mais ça a été tout un travail collectif pour que tu arrives à faire cette prestation ? 

 

ME : Evidemment, c’est grâce aux joueurs et au coup de pied où je suis arrivé au bon moment. Ces deux essais que j’ai marqués, ils sont collectifs et non pas individuels, je suis arrivé au bon moment pour aplatir après un travail tous ensemble. C’était moi mais avec l’équipe, on a tous travaillé pour arriver à marquer. 

 

Bientôt 4 ans que tu es à Albi, c’est ta seconde ville et ta seconde patrie ? 

 

ME : Depuis que je suis arrivé en France, Albi est la ville où je suis le plus resté. C’est vraiment une ville que j’apprécie beaucoup, c’est joli et sympa, je me sens bien ici. Franchement, c’est très bien, je suis content d’être ici.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

https://www.roux-carrosserie.fr
https://www.les-freres-lecointre.fr
https://debardautomobiles.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s