#Rugby – Nationale / M.Bonello (Albi) : «Je suis très très fier des gars.»

Le manager du Sporting Club Albigeois était bougrement satisfait de la victoire bonifiée (30-19) de ses gars face au SO Chambéry lors de la 6eme journée de Nationale. Devant 2000 albigeois survolté dans les tribunes du Stadium Municipal, les jaunes et noirs ont réussi au bout du suspens à renverser un match haletant entre équipes du haut de tableau. Retrouvez l’intégralité de la réaction de l’ex talonneur du Castres Olympique en conférence de presse d’après match.

Mathieu ton sentiment sur cette victoire ?

Je suis très très fier des gars .

Une mêlée retrouvée, ça doit te donner le sourire. Et qui plus est avec des vivas dans les travées du Stadium qui adore ça la mêlée ?

 

Oui, exactement, quand la mêlée avance, c’est l’équipe qui avance et quand l’équipe avance, c’est le public qui avance. Je suis fier des bonhommes, je suis fier des jeunes, je suis fier de tout le monde mais c’est un travail. J’avais dit que l’on n’était pas nul mais j’avais aussi dit qu’on ne serait pas bon en deux matchs. Ce n’est qu’un match, il y a encore un gros morceau dimanche et on fera le bilan de la mêlée dans six mois mais en tous cas, c’est positif. C’est super pour la confiance des joueurs, pour ce qu’ils donnent à tous les entraînements et on peut s’appuyer là-dessus, une mêlée te donne de l’énergie. 

Dans les réactions, on a entendu beaucoup de joueurs dire qu’ils commençaient à douter d’eux-mêmes à force d’entendre les critiques. Est-ce que tu as dû faire un travail de prépa mental ? 

 

Ils ne reçoivent pas de critiques en termes de points dans le championnat mais ils entendent qu’on n’a pas encore un jeu abouti donc, quand tu es joueur, tu doutes un peu, c’est normal. Mais on a tout changé, on a changé le fonctionnement, le plan de jeu, il faut qu’ils aient un temps d’adaptation et moi, je leur dis qu’on a confiance en eux. Ce que je leur ai dit à la mi-temps, c’est qu’il reste 20 matchs derrière et que même si on le perdait, on ne se ferait pas éliminer. Il faut qu’ils se libèrent, ils ne sont pas moins bons que les autres, au contraire, ils sont bons, ils le méritent mais il faut qu’ils se lâchent. 

 

Tu avais un peu peur de Chambéry sur les extérieurs. Vous les avez bien bloqués là-dessus ? 

 

On avait mis un plan en place et je pense qu’il n’a pas trop, trop mal fonctionné. Encore une fois, c’est une très belle équipe, ils font un super début de saison et ce n’est pas parce qu’on a gagné un match qu’on va croire qu’on est arrivé et qu’on est les meilleurs. Il y a des jours où on gagnera, d’autres où on perdra, c’est comme ça mais en tous cas, c’est bien pour la confiance, pour l’ensemble du club, des supporters et de la ville. Il faut que la ville soit derrière nous, derrière l’équipe et ce sont aussi les joueurs qui vont se la gagner, cette solidarité. 

Par contre, le point négatif est qu’il y a encore de la casse ? 

 

Oui, il y a de la casse derrière alors je me dis qu’on va bien trouver un avant pour jouer derrière. Il n’y a pas d’omelette sans casser des œufs et souvent, quand tu es dans l’engagement, tu casses des mecs mais on ne va pas regarder le côté négatif. 

Un dernier mot pour le public qui était là même dans les moments durs car, à la 60e, quand Chambéry repasse devant, beaucoup de monde commençait à se gratter la tête mais le public a toujours poussé ? 

 

C’était énorme, franchement, c’est la première fois que je vis ça au Stadium. J’ai des souvenirs plus jeune et c’est ça qui te fait te transcender, ça me donne de l’émotion et je pense que ça a aidé les joueurs. Un grand merci à eux et j’espère qu’ils viendront encore plus nombreux, avec des copains, et que ce soit difficile pour les adversaires de se déplacer au Stadium, c’est important. 

Tu t’es cru avec le grand Gaillac de l’époque quand le public tirait ? 

 

Oui, le public à fond derrière. Et même quand je jouais en Top 14 avec Castres ici à Albi, il y avait toujours cette ferveur, c’était dur. Le public était toujours là et ça m’a donné des émotions, des frissons. Je les remercie, je leur dis  » continuez à nous pousser  » et on va essayer de les rendre fiers.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Article en partenariat avec :

Un commentaire sur “#Rugby – Nationale / M.Bonello (Albi) : «Je suis très très fier des gars.»

  1. d’où est venue cette ferveur retrouvée au stadium ? certes d’une deuxième mi temps enfin à la hauteur de nos capacités rugbystiques qui a réveillé tous les supporters albigeois , mais en trés grande partie initiée et prolongée par un jeune homme ( la trentaine, lunette de soleil, cordes vocales de premier ordre …) qui dés le début du match a lancé avec humour ses remarques au trio arbitral , en leur donnant moult conseils ce qui a détendu l’atmosphère et fait rire tout le monde autour. Oui ce jeune homme a été l’étincelle qui a réveillé cette ferveur albigeoise , oubliée depuis quelques temps. Merci à lui , et qu’il revienne le plus souvent possible, nous faire rire et surtout soutenir nos couleurs.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s