#Rugby – Nationale / A.Compan (Suresnes) : «Se dire qu’on va jouer sur Jean Bouin, c’est énorme!»

Focus sur l’intersaison et le début de championnat dans les Hauts de Seine, pour le RC Suresnes et son coach Alexandre Compan. Après une victoire à l’extérieur sur les terres cognaçaises de l’UCS, les altosequanais vont jouer un match face à Dax, délocalisé dans l’antre du Stade Français. Le coach des Suresnois sans cacher sa fierté de jouer à Jean Bouin pour cette seconde journée de Nationale, nous révèle aussi son plan de marché pour cette saison 2021-2022.

 

A la différence de la saison dernière, Suresnes a embrayé en Nationale de plain-pied avec une victoire à Cognac ? 

 

Exactement. Comme je le dis, c’était un peu le copier-coller de l’année dernière sur le début de championnat puisqu’on avait aussi été lutté à Cognac. C’était notre première entrée en matière dans ce championnat de Nationale que l’on découvrait qui s’était soldée par une petite et mince défaite mais défaite quand même. Là, on a réussi à conjurer le sort en allant gagner ce match le week-end dernier à Cognac. 

 

Avant de se projeter dans cette nouvelle année de Nationale, on va regarder dans les rétros et faire le bilan de l’an passé. Quelles sont les erreurs qui ont été identifiées et quel va être l’axe de progression du RC Suresnes ? 

 

C’est assez vaste parce qu’en fait, c’est multifactoriel. Je ne sais pas si aujourd’hui, on peut dire que la coupure Covid nous a fait du mal ou pas, on pourrait le penser. On était parti sur une belle dynamique, on avait enclenché les victoires et on était plutôt dans le haut du tableau, ce qui était même surprenant car on ne nous attendait pas là et nous les premiers, je crois. A la reprise, on n’a pas été sur le même tempo, on n’a pas eu la même carburation, pas mal de blessés ce qui est un peu inexplicable. Quand je dis inexplicable, je ne sais pas si c’est dû à nous, le staff, dans notre gestion des intensités d’entraînement ou si c’est l’intensité des matchs qui ont fait que les mecs ont aussi un petit peu pété au fur et à mesure. Donc, en fait, on a perdu une belle ossature de notre groupe qui nous avait permis d’enclencher cette belle dynamique, ce qui fait partie des explications potentielles. Je crois que c’était également un niveau qui était tout nouveau avec une nouvelle démarche d’entraînement. Il y a plein de choses donc, je pense que le tout réuni explique peut-être cette 2e partie de saison un peu plus compliquée.

Souvent, dans le sport collectif, on dit que c’est l’apanage de la loi des dynamiques et vous en êtes vraiment la quintessence. Un magnifique début de saison avec une dynamique qui vous permettait d’espérer d’aller peut-être glaner les play-offs et puis après, il a suffi de 2 / 3 matchs à la reprise pour que ce soit la dégringolade ? 

 

C’est ça et ça s’est joué à pas grand-chose. On a reçu les joueurs assez tôt dans l’année ce qui n’est pas anodin car c’est aussi une volonté de notre part avec Mathieu, on veut être dans ce fonctionnement de transparence et d’honnêteté vis à vis des joueurs. Donc, en Février, on les a reçus pour leur dire si l’on souhaitait ou pas continuer l’aventure et à partir de ce moment-là, où tu commençais à enchaîner des blessures qui étaient surtout articulaires liés à des contacts et à des chocs, car je reste persuadé qu’on avait un très, très bon travail sur la DP, plus ces entretiens-là, je crois qu’il a été en effet compliqué de maintenir une dynamique positive. Et quand bien même, tu sais qu’on n’a rien pu organiser autour sur la cohésion car, avec Mathieu, nous avons scrupuleusement respecté l’ensemble du club et les directives sanitaires, Donc, pour toutes ces choses-là, oui, on a eu la belle dynamique de départ notamment liée au jeu et à l’aspect du projet de jeu mais ensuite, ça s’est un petit peu éteint. 

 

En parlant de la convivialité, de l’esprit de groupe et de la cohésion qu’il n’y a pas pu avoir l’année dernière avec les huis-clos et le couvre-feu, toutes les vannes sont réouvertes cette année grâce au pass sanitaire et à la vaccination. Est-ce que vous avez pu faire un joli stage de cohésion dans les Pyrénées et est-ce que le fait de retrouver le public, même si c’était celui adverse de Cognac Saint-Jean d’Angély, a été une bouffée d’air frais ?

 

Franchement, ça a fait du bien. Ça nous a fait du bien dans la construction de notre projet dans son ensemble puisqu’on a démarré la reprise par un stage de cohésion où on n’a pas parlé rugby du tout. Ça a fait du bien parce-que ça a notamment permis de découvrir les recrues qui venaient d’arriver mais aussi, dans l’autre sens, de découvrir les anciens qui ont continué l’aventure. Ensuite, il y a eu ce stage à Saint-Lary qui était tout autre puisqu’entièrement rugby. 

Pour un peu démystifier ces stages de cohésion auprès de nos lecteurs, qu’est-ce qui se passe ? On sait que souvent, la guitare sort au coin du feu mais pas que ?

 

C’est ça mais je ne vais pas tout te raconter non plus (rires). C’est comme un peu partout dans ces constitutions de groupe, on essaye de créer des liens, de la cohésion et de la collaboration ce qui permet aussi de se découvrir. Ce sont des moments de partage et une guitare autour d’un feu en est un exemple comme un autre. Tu peux donner différentes tendances à ton stage de cohésion en fonction de ton groupe donc, ce sont bien sûr des choses que l’on avait préparées en amont avec le staff. C’était plutôt sympa. 

 

Pendant l’intersaison, il y a aussi un moment qui est très important qu’on appelle le mercato. Et toi, durant ce dernier, tu as quand même récupéré pas mal de matériel ? 

 

On a effectivement récupéré du matériel mais ça n’est pas que de mon propre ressort puisque c’est aussi l’une des choses où, à Suresnes, on travaille en équipe. De toute façon, tu verras que dans mes mots reviennent et reviendront très souvent le travail de staff et quand je dis staff, c’est au sens large. Sur cet aspect recrutement, notamment, les présidents prennent part aux discussions mais également à la recherche car ils ont aussi des réseaux. Mathieu Blin est énormément derrière et on le sollicite beaucoup, beaucoup plus tout le staff sportif. Tout le monde s’y est mis et c’est vrai qu’aujourd’hui, on a été recruté pas mal de joueurs. 

Avec une figure de proue qu’est Antonie Claasen ? 

 

J’ai envie de te dire qu’Antonie qui nous rejoint, c’est la cerise sur le gâteau. Tu te poses toujours des questions dans ces moments-là, sur ce genre de mecs qui ont connu le Top 14 et qui a je ne sais pas combien de feuilles de matchs avec en plus l’équipe de France. Franchement, il est arrivé avec de très belles intentions, un bel état d’esprit, il nous apporte son expérience et on est réjoui de pouvoir l’accueillir chez nous. 

 

Comme on dit dans le jargon, tes présidents ont un peu sorti le chéquier pour te faire un beau recrutement. Par contre, ils t’ont mis derrière des objectifs et des ambitions, essayer d’aller accrocher les play-offs. Ce n’est pas un poids supplémentaire pour les coachs et les joueurs ? 

 

Au niveau du chéquier, j’aimerai juste tempérer un petit peu. Je crois qu’aujourd’hui, avec Mathieu Blin qui est la tête de proue et le manager général, il y a une gestion en bon père de famille de ces finances donc, ce n’est pas de la dépense à tout va. 

 

Le robinet n’est pas ouvert plein fer ? 

 

Si je reprends le Midi Olympique où il y a eu une page sur nous et sur la présentation du club, les chiffres annoncés n’étaient pas ceux-là, il avait annoncé un budget qui n’est pas celui-ci. Toujours est-il que les présidents ont des ambitions et que financièrement, ils font ce qu’il faut pour avoir ce recrutement qui, je crois, est aussi un recrutement intelligent de la part de l’ensemble où on a cherché à savoir quels étaient les éléments qui nous manquaient pour apporter de la complémentarité et une plus-value. 

Et selon toi, cet objectif des play-offs est quelque chose que vous avez dans les jambes ? 

 

Ça a effectivement été le sujet et une grosse discussion entre Mathieu, le staff et les présidents. Donc aujourd’hui, si vraiment tous les voyants sont au vert et, j’ai envie de dire, dans l’idéal de l’idéal, l’ambition affichée est que si cette place de qualification s’offre à nous, on la prendra. Ça, on le garde clairement en tête et on va tout faire pour mais, si au vu de ton parcours et de ton passif, tu as une 8e place, tu seras très content aussi. 

 

Il reste deux matchs à Suresnes sur ce bloc avant de faire une petite pause. Quels vont être l’objectif et la feuille de route ? 

 

Tu t’aperçois que cette poule est très disputée. Quand tu vois les résultats de la première journée, je crois qu’il est difficile de faire des pronostics qui tiennent la route et si je jouais à Côté Match en Nationale, je serai perdant (rires). On travaille bien, l’idée est bien sûr d’engranger le maximum de victoires et puis, tant que la dynamique est là, avec le fait d’avoir gagné à Cognac, on se dit que c’est à nous de valider le second ticket contre Dax. Ça serait en toute logique qu’on se donnerait cet objectif donc, à voir. 

 

On a appris que Suresnes / Dax se ferait à Jean Bouin, dans le stade du Stade Français. C’est un honneur mais dont, là-aussi, il va falloir se montrer digne ? 

 

C’est un honneur pour Dax ! Non, je plaisante (rires). C’est un honneur pour tout le monde et nous, nous sommes ravis. Je crois que Mathieu a énormément œuvré dans ce sens-là avec toutes les connexions et les réseaux qu’il a. Franchement, pour Suresnes, se dire qu’on va jouer sur Jean Bouin, pour la majorité de ces joueurs-là, car Claasen lui connaît, c’est énorme. Et je pense que pour Dax, c’est aussi génial de pouvoir jouer dans ce beau stade du rugby français.

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s