#Rugby – Espoirs / R.Lalliard (Albi) : «Être parmi les 12 costauds de cette poule d’accession espoirs.»

Romain Lalliard, le directeur du centre de formation du Sporting Club Albigeois, nous a accordé un entretien pour faire un bilan sur la saison des Espoirs Reichel, mais aussi sur les 4 saisons passées auprès de l’équipe première aux côtés d’Arnaud Méla et Jérémy Wanin. Mais ce grand passionné de formation et de rugby en général nous fixe aussi les perspectives pour le prochain exercice qui verra une nouvelle formule pour le championnat Espoirs, ainsi que la prise de fonction de Valentin Caillau à la tête de l’antichambre de l’équipe fanion. Romain Lalliard est clair dans les objectifs pour cette saison 2021/2022 : atteindre les playoffs et voir des joueurs formé au SCA, à l’instar de Martin Doan, s’exporter au très haut niveau .

 

 

On est à l’intersaison, la croisée des chemins où l’on tire le bilan de la saison passée tout en se projetant sur celle à venir mais on va commencer par les enseignements de la dernière saison du centre de formation. Quel en est le bilan ? Plutôt positif ? 

 

Le bilan est très positif puisque la majorité des garçons reste pour cette année au centre de formation. Il n’y en a que trois qui me quittent, j’espère ne pas faire d’impair, il s’agit de Nico Pedrot qui s’envole pour Pau, Guillaume Vedel que l’on a perdu pour des raisons de santé suite à de trop nombreuses commotions, Steven Elofer, pilier gauche qui arrivait en marge au niveau de l’âge qui part du côté de Niort et il me semble avoir fait le tour à ce niveau-là. Donc, fidélisation des joueurs qui restent chez nous, beaucoup plus de garçons qui sont permanents avec l’équipe première dès cet été et qui seront de plus en plus concernés avec Mathieu et Alexandre et de nouvelles recrues qui vont apporter une valeur ajoutée. 

 

On va parler de l’existant car des joueurs commençaient déjà à taper à la porte de l’équipe 1. On en a vu faire de belles prestations, surtout face à Massy quand ils sont montés en terre parisienne pour se faire un peu la main en Nationale comme Théo Vidal, Titouan Pouzoulic ou encore Alexandre Alibert. Le cap pour eux cette année sera peut-être de les amener de façon durable à cette équipe 1 ? 

 

L’objectif est d’être dans la régularité, notamment en termes de performances. Je pense que beaucoup de jeunes sont capables de réaliser ce genre de performances, comme celle faite contre Massy. Mais, même s’il ne faut pas mettre de côté ce qu’ils ont réalisé. Le réaliser une fois, c’est faisable, souvent même, le réaliser plusieurs fois et être dans cette récurrence, c’est rare et c’est sur cet aspect qu’il faudra travailler, notamment avec les garçons que tu as cités. 

 

https://www.debardautomobiles.com

Comme chaque année, il y a aussi eu des recrues qui sont arrivées au centre de formation. Tu peux nous parler de ce nouveau panel qui va venir étoffer le centre ? 

 

On a recruté Tommy Strappazzon qui est 2e / 3e ligne, un joueur 2000 qui vient d’Agen et qui a une grosse aptitude en termes de combat et de volume et qui, pour le moment, il réalise un bon début de prépa. On a Marlon Fabre qui a été un petit peu bloqué du côté de Castres pour basculer sur le très haut niveau et qui va donc essayer de se faire les dents chez nous en Nationale. 

 

Un peu à l’image de Lucas Vaccaro quand il est arrivé ? Même poste et même provenance ? 

 

Exactement même si c’est un profil un peu différent car Lucas était plutôt 1er centre alors que Marlon a cette qualité de jouer ou 13 ou ailier donc polyvalent. C’est un peu différent mais dans le parcours, c’est à peu près la même chose. Il y a ensuite Enzo Mazzorca qui joue arrière, qui ne peut jouer en espoirs au vu de son âge mais qui, par contre, va essayer très rapidement d’aller chercher le très haut niveau. Mais, ça reste un joueur du centre de formation puisqu’il continue son double projet entre la partie sportive et celle extra-sportive. Le dernier garçon qui nous rejoint et qui n’était pas du club, c’est Yanis Horvat qui nous vient de la Seyne-sur-Mer, un garçon très jeune plus axé sur du développement, un seconde ligne assez prometteur. 

 

Une de tes fiertés doit également être de voir un joueur comme Martin Doan, passé par l’école de rugby et le centre de formation du Sporting Club Albigeois et devenu un des joueurs tauliers de l’équipe 1, partir maintenant à Montpellier ? 

 

Au-delà de ma fierté personnelle, c’est surtout une fierté de club puisqu’il est passé dans les mains de beaucoup de monde. Avant moi au niveau du centre de formation, il était passé avec Julien Guiard, il a rencontré plein d’entraîneurs qui lui ont permis de se développer et d’être sur plusieurs méthodes. A titre personnel, je l’ai eu 4 ans donc oui, je vais prendre un petit peu de son bonheur avec moi.

https://www.aristow.com/fr/

On va aussi parler de la catégorie espoirs avec, une fois de plus, un maintien. Il y a une nouvelle formule de championnat, un nouveau staff, c’est une nouvelle page qui s’écrit ? 

 

Oui, c’est une nouvelle page qui s’écrit avec un petit peu de restes de Flo Fourcade suite au bon travail qu’il a effectué. Beaucoup, beaucoup de fidélisation également, on a essayé de conserver au maximum les valeurs importantes du club et du groupe avec des juniors qui montent mais également pas mal de recrutements cette saison. On a, je pense, axé un recrutement de qualité et notre objectif cette année, après trois ans de plus haut niveau chez les jeunes, c’est vraiment de commencer à montrer la tête et de se qualifier pour les play-offs puisqu’au vu de la réforme, il y a des play-off. Nous sommes 4 poules de 6, il faut être dans les 3 premiers en Janvier pour basculer dans le haut du panier et c’est ce qu’on va essayer de faire cette année. 

 

Un petit bilan sur l’action de Flo Fourcade à la tête de cette équipe espoirs ? 

 

Le bilan est surtout au niveau du relationnel, c’est un grand homme qui sait manager et qui a une grosse qualité de management.  Pour preuve, quand tu gères un groupe pendant deux ou trois ans et que tu n’as aucun départ, ça démontre un état d’esprit véhiculé de qualité.  C’est aussi un mec qui a su donner beaucoup de responsabilités aux joueurs, des joueurs qui ont su évoluer grâce à lui. 

 

Que penses-tu de cette nouvelle formule des espoirs ? 

 

Moi, je la trouve hyper intéressante, surtout pour des clubs comme nous puisqu’en fonction des années, on se retrouve un petit peu sur des formats hybrides. Ça veut dire que, parfois, on se fait casser la bouche fort et qu’on est en difficulté, de temps en temps, on se fait abîmer par les clubs très haut de notre poule et on se retrouve dans le ventre mou où on n’a pas grand-chose à jouer. Là, comme je te le disais, le fait de rétrécir le nombre de clubs dans les poules et d’augmenter par le bas le nombre d’équipes peut nous permettre peut-être de nous qualifier et de commencer à valoriser le travail que l ‘on effectue. 

https://www.debardautomobiles.com

Quelle va être la méthode de Valentin Caillau et quelle sera sa feuille de route ? 

 

Valentin est un garçon plus jeune que Flo, quelqu’un qui travaille dans le métier donc, c’est un passionné et qui vit de ça tous les jours. Sur un aspect technique, c’est quelqu’un de très méticuleux et consciencieux qui sera dans le détail et qui, en tous cas, saura faire évoluer les garçons dans le très bon sens. Différent, peut-être moins de qualités managériales mais au vu de mes nouvelles directives, j’aurai le temps de passer beaucoup de temps avec eux. 

 

Valentin Caillau, ancien Vauréen à la tête des espoirs, Mathieu Bonello, ancien vauréen à la tête de l’équipe première : il y a un vent venu de la cité du Jaquemart qui flotte sur le Sporting Club Albigeois pour l’instant ? 

 

Mathieu, il me semble, est un garçon surtout gaillacois et castrais, très castrais, Valentin était passé par Albi. Lavaur reste une école de rugby qui a toujours été de qualité, un club qui a des valeurs donc, ça ne m’étonne pas que, dans le Tarn, on trouve des compétences comme Mathieu et Valentin. 

 

Depuis quelques années, tu t’occupais aussi de la défense de l’équipe première avec Arnaud Méla, en plus du centre de formation. Quel bilan tireras-tu de cette expérience auprès d’Arnaud Méla et de Jérémy Wanin ? 

 

Un bilan déjà basé sur les rapports humains puisque nous avons noué des relations hyper importantes et hyper franches, réelles, honnêtes. Ce sont des mecs que j’aurai tout le temps au téléphone, souvent, des mecs qui m’ont beaucoup appris de par leur manière de travailler. Maintenant, il faut tourner la page, eux l’ont fait de leurs côtés et moi, je vais le faire du mien avec d’autres missions tout autant motivantes. Je découvre avec des yeux pleins d’envie et de curiosité le travail que fournissent Mathieu et Alexandre puisqu’il est diamétralement différent, pas forcément moins bien mais diamétralement différent et donc, d’autant plus excitant puisque moi, ça m’ouvre vers d’autres perspectives. 

https://www.debardautomobiles.com

Est-ce que tu as réussi à évacuer le regret et la déception de Bourg-en-Bresse car je sais qu’il y a encore quelques semaines, c’était toujours prégnant en toi ? 

 

Oui, j’ai réussi à l’évacuer. Comme je te l’ai dit, ce sont plus des adieux de copinages, des  » fins de colonies  » où tu y as passé trois semaines ou un mois et que tu es en pleurs parce-que tu quittes cette colonie. Petit à petit, ça refait surface et tu te retrouves à avoir de nouveaux objectifs donc oui, la frustration est passée, la sensation que, finalement, le travail fourni pendant 4 ans est très long et que, si on veut franchir un cap, il faut que ça arrive au bout de la 2e ou de la 3e année. La 4e année était peut-être une année de trop pour le staff et pour les joueurs et ce renouveau était indispensable. Je pense que ça fera du bien et au staff qui part vers d’autres horizons et me concernant puisque j’aurai d’autres actions à mener au sein du club et pour les joueurs qui découvrent de nouvelles choses à travers Alex et Mathieu. 

 

On va se projeter à la même période l’année prochaine : tu seras un patron heureux du centre de formation avec quels objectifs atteints et chez les espoirs et avec le centre ? 

 

Je serai un patron du centre de formation heureux si on arrive à passer les play-offs et si, en Janvier, parmi les 24 équipes, nous sommes dans les 6 ou les 12 costauds. Si nous sommes parmi les 12 costauds de cette poule d’accession, je serai heureux parce-que ça sera du bon boulot. Je serai heureux d’avoir permis à Valentin et Mickaël (Abejean) d’évoluer en tant qu’entraîneurs, ce qui est mon rôle. Je serai heureux de voir qu’on a des garçons du centre de formation qui auront beaucoup joué avec Mathieu et Alex et je serai heureux de voir un club content de ce qui se passe. Et à titre personnel, je serai très heureux si j’obtiens mon DES (sourire).

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s