#Rugby – Nationale / F.Fortassin (Tarbes) : «On risque d’assister à un jeu ouvert, à un jeu plaisant et beaucoup de points!»

Lors de cette 23 eme journée de nationale, Dijon et Tarbes, vont s’affronter à Bourillot lors d’une joute sans pression. Nous avons donner la parole au coach des Ours Bigourdans, Fabien Fortassin pour nous donner son sentiment sur cette rencontre, qui est un véritable périple (12h de bus), mais aussi l’occasion pour les Tarbais de lancer leur fin de saison. Le technicien du Stado TPR, remonté pour des considérations calendaires, compte bien donner du fil à retordre aux bourguignons, dans un match qui risque d’être bougrement ouverte. Entretien avec un entraîneur qui souhaite ardemment finir cette saison sur une belle note.

 Dijon Vs Tarbes 23 eme journée de nationale, une rencontre à suivre en direct Web TV sur la page you tube du stade Dijonnais en cliquant sur le lien ci dessus

 

Pour Tarbes, ce voyage à Dijon est vraiment un périple avec quasiment 11h de bus. On peut presque parler d’une grande galère pour monter jusqu’à Dijon ? 

 

Galère, je n’espère pas trop quand même mais oui, c’est le plus long déplacement de la saison. On a déjà fait Bourgoin, Bourg-en-Bresse et même si là, c’est un peu plus long, on reste dans ces critères-là et qu’on fasse 10 ou 11 heures de bus, à l’arrivée, c’est pareil. On savait qu’on allait voyager toute la journée de vendredi, on était au courant donc, on fera avec. 

 

Comment le coach que tu es, le staff qui t’accompagne ainsi que les prépas physiques appréhendent le travail et la semaine d’entraînement par rapport à ce long déplacement ? 

 

Le souci de la préparation du match de Dijon, au-delà de ce long déplacement, c’est le timing des matchs. Malheureusement, nous avons eu notre match à Narbonne qui a été reporté donc, nous avons joué dimanche dernier et de rejouer à Dijon samedi, ça complique les choses. On avait demandé aux Dijonnais de comprendre et de nous déplacer le match le dimanche, ils ont refusé, je trouve que ça n’est pas très fair-play de leur part. Du coup, on a préparé le match en deux jours et c’est ça qui est compliqué. On est revenu de Narbonne dans la nuit de dimanche à lundi, on repart le vendredi matin … mais bon, on va faire avec et nous avons préparé le déplacement en conséquence et j’espère qu’on pourra remercier les Dijonnais avec un petit sourire ironique à la fin. 

 

Le ton du match est déjà un petit peu posé ! 

 

C’est vrai qu’au début, sur le calendrier normal, nous avions demandé à jouer le samedi pour justement rentrer le dimanche de ce long voyage. Le fait du report du match de Narbonne ne nous a pas aidés donc, nous avons vite pris les devants et essayer de demander aux Dijonnais s’ils pouvaient changer et jouer le dimanche puisqu’en plus, ils ont l’habitude de jouer le dimanche. Il nous a été donné un refus catégorique, je ne comprends pas trop pourquoi, je trouve que ça n’est pas très fair-play mais en même temps, c’est comme ça et on va faire avec. 

 

Ce match face à Dijon a une très grosse importance et pour vous et pour le Stade Dijonnais. En cas de victoire, Dijon pourrait sortir de la zone de relégation et pour le Stado Tarbes, ce serait l’occasion de remonter dans la partie haute du tableau ce qui serait quand même bien mérité par rapport à la saison que vous faîtes ? 

 

Oui mais de là à dire que ça a une très grande importance … On connaît le système du championnat, les 4 premières places sont quasiment acquises, en tous cas, pour eux comme pour nous, c’est mort. 

 

Il y a une importance honorifique ? 

 

Bien sûr. Ce qui est compliqué pour nous maintenant, c’est d’aller chercher ces suppléments d’âme, la motivation dans la tête des joueurs justement par rapport au fait que l’on enchaîne les matchs sans gros enjeu sportif si ce n’est, comme tu le dis, honorifique. Les Dijonnais restent sur deux belles prestations à domicile puisqu’ils ont mis 35 et 39 points lors de leurs deux dernières réceptions et on a envie de casser un peu leur dynamisme. Le discours général est vraiment de prendre du plaisir et de finir correctement cette saison. 

 

Si on assimile bien cette équipe de Dijon, il y a quand même des facteurs X qui sont intéressants et de la jeunesse triomphante. On pense à Hartmann, à Marzocca, des jeunes qui sont un peu des dynamiteurs de lignes ? 

 

Oui, ils ont quelques bons petits joueurs mais c’est une belle équipe dans son ensemble. Je trouve qu’il y a un jeu très plaisant à regarder, un jeu complet et depuis le début de la saison, malgré des résultats peu favorables, ils n’ont pas renié leur rugby. Ils sont portés sur un jeu de mouvements, un ballon qu’ils déplacent énormément, c’est une belle équipe qui a des atouts à faire valoir et si on les regarde jouer, on leur facilitera la tâche et on se rendra un match très compliqué. 

 

Avec un coach dijonnais qui est un ancien talonneur, c’est quand même un paradoxe que d’avoir du jeu de mouvement ? 

 

J’ai eu la chance de le connaître et de jouer avec lui au Racing et malgré son poste, c’est un joueur qui aimait déplacer le ballon, qui était porté sur le jeu. Il s’adapte aussi aux joueurs qu’il a, ce n’est pas l’équipe de Nice ou de Bourg-en-Bresse qui ont beaucoup de monstres physiques donc c’est un jeu basé sur la vitesse et le déplacement du ballon avec des joueurs mobiles qui aiment enchaîner les temps de jeu. C’est un peu le même registre d’équipe que la nôtre donc, je pense que l’on risque d’assister à un jeu ouvert, à un jeu plaisant et beaucoup de points. 

 

Pour revenir sur Tarbes, tu nous disais qu’il était compliqué d’avoir des leviers. Pour les joueurs, l’un de ceux-là est de gagner sa place pour l’année prochaine car j’imagine que, dans ta tête et dans celles des dirigeants tarbais, on se projette déjà vers la prochaine saison ?  

 

Oui, doucement, on commence bien sûr à l’envisager. C’est une période où, de toute façon, dans tous les clubs professionnels, qui est la fois délicate et importante pour les joueurs parce-que certains vont se chercher de nouveaux contrats dans d’autres clubs, certains jouent les prolongations, certains veulent passer sur le niveau supérieur. Ce sont des périodes pas évidentes au niveau du management car on a des joueurs dans des états d’esprit différents et là où tout ça est hors des têtes en Septembre / Octobre donc plus facile à gérer, ce sont des choses à prendre en compte quand on arrive en Mars / Avril. Maintenant, c’est toujours la même saison en cours, les joueurs sont des professionnels donc, j’espère qu’ils feront le job nécessaire. Il est clair que nous ne sommes pas encore dans la saison prochaine mais il y a de l’anticipation et il y a forcément des choses à jouer là-dessus. 

 

On va aussi parler du dernier match du Stado Tarbes Pyrénées Rugby face à Narbonne. On a cru que cette rencontre ne se jouerait jamais : la première fois, c’est vous à Tarbes qui aviez attrapé le Covid, la seconde fois, c’était du côté de Narbonne. Ce match a donc dû se faire dans une ambiance particulière, avec un peu de suspicion car, jusqu’au dernier jour, les Narbonnais ne savaient pas s’ils pourraient jouer au pas. Ce contexte Covid est quand même compliqué, on ne sait pas sur quel pied danser ? 

 

C’est vrai qu’il a fallu s’adapter mais c’est l’adaptation est un peu le mot à la mode dans cette période, toutes les semaines, suivant le contexte et en effet, ce n’est pas évident. On a craint à un moment donné que le match soit de nouveau reporté mais en tous cas, je me doutais bien que les Narbonnais feraient tout pour le jouer parce qu’ils n’avaient pas envie de reporter un match et de tomber dans des péréquations. Les Narbonnais jouent vraiment la 4e place, c’est serré, il y a des équipes qui se tiennent à pas grand-chose et on se doutait qu’ils allaient absolument tout faire pour le jouer. Donc nous, dans notre préparation de notre match de la semaine dernière, on ne s’est jamais posé la question de savoir si on allait aller à Narbonne ou pas, on savait très bien que ça allait se faire. 

 

Sur le match en lui-même, est-ce qu’il y avait la place de faire autre chose du côté de Tarbes ? 

 

Non, je ne pense pas, objectivement, nous sommes tombés sur meilleur que nous. On a fait illusion par moments, on a rivalisé mais je pense qu’il y avait trop d’écart entre les deux équipes sur un match avec des conditions comme elles étaient. On n’a pas fait preuve d’assez de maîtrise et on n’a pas assez de certitudes dans nos bases pour pouvoir inquiéter ces Narbonnais qui font des choses très efficaces, très propres et qui, justement, maîtrisent parfaitement leur conquête, leur occupation et leur défense. Peut-être qu’avec un accident, il y avait un point de bonus défensif à récupérer mais il aurait été bien payé. 

 

Dernière analogie entre Tarbes et Narbonne, c’est le fait que la Fédé ne vous ait pas attribué deux points de bonus. On a vu du côté des Narbonnais qu’ils allaient faire appel de cette non-attribution des deux points, est-ce que ce sera la même chose du côté de Tarbes ? Et en avez-vous discuté entre dirigeants et staffs de Narbonne et de Tarbes ? 

 

Les dirigeants et les présidents entre eux, peut-être mais je leur laisse ça comme discussion. Faire appel, je n’en sais rien, je ne suis pas dans le secret des administratifs mais ce qui est sûr, c’est qu’il est rageant d’avoir l’impression de faire le job le plus correctement possible sur le terrain et que, pour je ne sais quelle raison administrative, nos dirigeants  » déconnent  » et nous privent de ces deux points. Même s’ils n’ont pas une grosse importance au niveau du classement, ça a quand même été un petit coup derrière la tête pour les joueurs. 

 

On va se projeter sur le dernier virage de la Nationale et sur ces 4 matchs restants. Quels sont l’objectif et le mot d’ordre pour le Stado Tarbes Pyrénées Rugby pour ces 4 dernières rencontres ? 

 

Comme je l’ai dit tout à l’heure, c’est vraiment de prendre plaisir à chaque match, d’être acteur à chaque match, de jouer au rugby, de finir la saison du mieux possible. Souvent, dans une saison, on se souvient du début et de la fin et si, par malheur, on avait du mal et qu’on finisse sur une série négative, c’est ça qui resterait en tête alors que je pense que, au vu de la saison que l’on fait et du travail que nous avons pu fournir, on ne mériterait pas de terminer sur une image négative. Il nous reste trois déplacements, on a un match de gala contre Albi la semaine prochaine. 

 

Avec la chaîne l’Équipe qui vient vous filmer

 

Oui, en plus mais ça encore, je m’en fiche un peu. C’est surtout finir sur une belle victoire à Trélut, si possible, et essayer de faire quelques résultats à l’extérieur. On a envie de bien finir et de montrer une belle image pour bien finir la saison. 

 

Propos recueillis par Loïc Colombié

 

https://youtu.be/gSCJ75N8IW8

Dijon Vs Tarbes 23 eme journée de nationale, une rencontre à suivre en direct Web TV sur la page you tube du stade Dijonnais en cliquant sur le lien ci dessus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s