#Rugby – Fed1 / Nicolas Chocou (SCA) : « Je suis revanchard »

Arrivé à Albi, il y a une semaine, ce pilier droit de devoir, vient au « Sporting » avec le couteau entre les dents. Focus sur une des nouvelles recrues du SCA.

Nicolas, tu as un peu vadrouillé dans le monde du rugby, tu as joué à Agen, à Narbonne et à Massy. Tu arrives en terre albigeoise, dans la cité épiscopale. On imagine que tu viens avec beaucoup d’ambitions et une envie d’avoir un peu plus de temps de jeu que la saison passée à Massy ? 
Bien sûr. Après, du temps de jeu, j’en ai eu quand même à Massy mais voilà, j’avais envie de retrouver un club avec de la stabilité, on va dire, et de m’éclater. J’ai entendu un peu Maxime Escur en parler, une bande de copains, retrouver cet état d’esprit, l’état d’esprit du sud un petit peu. Moi, je n’ai qu’un seul objectif, c’est essayer de faire remonter Albi en Pro D2. 
Parle nous un peu de toi et de ton parcours. Où as tu commencé le rugby ? Quel était ton début de carrière ? 
Le début de carrière, on va dire qu’il a commencé à Bayonne. C’est là que j’ai fait ma formation. Après, j’ai eu la chance de faire quelques matches en Top 14 avec l’Aviron. De là, je suis parti à Agen où j’ai pu faire quelques matches de Challenge Européen et de Top 14 également. En manque de temps de jeu, je suis parti à Narbonne. Je suis resté deux années avec une quarantaine de matches en Pro D2. Ensuite, quand Narbonne est descendu, Massy m’a appelé et j’ai fait une quinzaine de matches avec Massy l’an passé en Pro D2. 
Tu arrives de l’équipe de Massy qui risque d’être l’un des adversaires d’Albi pour la remontée en Pro D2. Comment tu le juges l’effectif actuel de Massy ? 
Ils ont perdu, je crois, entre 15 et 20 joueurs. Je pense qu’avec le nouvel effectif, il va y avoir de la mixité entre les nouveaux joueurs et les anciens. Après, il faut que ça prenne. Si la mayonnaise ne prend pas, ça va être assez compliqué pour Massy. Je pense qu’Albi a gardé un groupe assez soudé, un effectif de 80% de joueurs qui étaient là l’année passée, c’est ça qu’il faut retenir. Je pense que ça va être une force et un plus terrible pour la remontée. 
Même question qu’à Maxime Escur. Tu connais quelques personnes dans le club, des joueurs que tu as fréquentés ? Tu as quelques attaches ? 
Je connaissais Russlan Boukerou, une connaissance. Je connaissais Benoit Sicart avec qui j’ai évolué un petit peu à Agen. Et après, non, je connaissais beaucoup de joueurs mais … 
Benoit Sicart, il est toujours au club. Tu auras au moins une attache. 
Voilà exactement
Et le « Russ » (Russlan Boukerou) sera pas loin. Ayant pris sa retraite récemment, je pense qu’il viendra souvent traîner sa grande carcasse au Stadium. 
Ah bah, j’espère le voir. 
Ce club d’Albi, un peu comme à Maxime, pour toi, qu’est ce que ça dégage quand on parle du SCA ? Et, autre question, aussi en même temps, j’aime bien faire deux questions en une, le fait qu’Albi ait été un brin volé sur la demi-finale, est ce que ça a participé à ton choix de venir dans ce club ? Est ce que ça t’a donné un affect particulier pour ce club ? 
Le club d’Albi, je le vois comme un club historique. Comme je voyais par exemple Narbonne, comme je vois Béziers, comme je vois Agen, je pense que c’est un club historique, un monument du rugby français. Je pense que c’est le club qui n’a rien à faire en fédérale, qui doit jouer au niveau au dessus. Pour moi, ils se sont clairement fait voler l’année passée. J’espère que, cette année, ce sera la bonne pour Albi. Ce n’est pas ça qui a influé mon choix, cette demi-finale ou pas. Moi, je pense qu’il y a un beau projet avec un bon manager et qu’il y a toutes les armes pour essayer de remonter et en faire une équipe dans la durée au plus haut niveau. 
Et le personnage Arnaud Méla, ça a participé aussi à ta prise de décision ? 
Ah oui, ça a clairement participé à ma prise de décision. Arnaud Méla, c’est un monument du rugby français. Moi, j’ai grandi avec David Roumieu, je sais qu’ils s’aimaient pas trop. C’est une personnalité que j’aime bien, j’ai tout de suite adhéré au projet de jeu. Quand on s’est eu au téléphone, trois jours après, je disais oui. Il m’a convaincu de signer, il a été très convaincant et trois jours après, j’avais donné ma réponse, j’avais validé le projet. 
Pour toi, cette année, quelles vont être les forces en présence qu’il va falloir surveiller du côté d’Albi ? Parce qu’on le sait, cette année, c’est objectif Pro D2 une fois de plus et on espère que la 3e sera la bonne. 
J’espère que la 3e sera la bonne, oui, bien sûr. Après, je pense qu’il y aura Bourg-en-Bresse mais bon, ils ont pas mal de départs aussi, Massy, Albi et peut-être Narbonne aussi parce qu’ils ont beaucoup recruté. Après, je pense que les trois autres équipes partent avec beaucoup de nouveaux joueurs. Albi, ils ont réussi à en conserver un maximum, je pense que ce sera la force du SCA cette année. 
Tu le connais un peu ce club de Narbonne. Qu’est ce que tu en penses de ce recrutement un peu calibré on va dire ? 
Je connais très bien ce club de Narbonne et je sais très bien comment il fonctionne. Si les gars y viennent pour être en vacances, je sais que ça fonctionnera pas. Si ils s’y filent, ça peut être un club dangereux mais avec l’effectif qu’a Albi, il n’y a rien à craindre de personne. Si tout le monde croit en soi, je pense que ça peut le faire. 
Et en terme de poules, on sait que dans deux jours, trois jours maximum, on aura la composition des poules. Nous, dans la presse, on s’amuse tous à faire des projections, on va dire à lire quasiment dans le marc de café. Toi, qu’est ce que tu préférerais ? Une poule plutôt axée vers l’est, vers la Méditerranée et les chaudes ambiances de l’est ou une poule plus régionale centre midi ou comme l’année dernière pour Albi, une poule grand ouest vers la côte basque et la côte landaise ? 
Moi, personnellement, je préférerai vers la côte basque et la côte landaise parce que comme ça, ma famille peut venir à tous les matches. 
J’en étais sûr, je te tendais une perche
Ca, j’aimerai bien parce que j’ai pas mal d’amis qui sont sur le pays basque et mes parents aussi sont sur Biarritz. Donc, j’aimerai beaucoup qu’on tombe sur cette poule. Après, je pense qu’il faut pas regarder ça et peut importe la poule où on sera, le principal sera de finir dans les deux premiers. 
Après, dans quelques minutes, on va avoir le coach de Nafaroa, Pascal Jeannot, qui reviendra avec nous sur la magnifique saison de ce club au fin fond du territoire basque qui respire toute l’identité basque. Qu’est ce que tu en as pensé de cette saison de Nafarroa ? Ca a quand même été héroïque malgré la descente, ils auraient mérité le maintien. 
Bien sûr. Après, je peux pas trop me prononcer parce que je connais pas trop, trop non plus Nafarroa. J’ai vu que chez eux, ils avaient réussi à battre pas mal de gros morceaux quand même. C’est tout à leur honneur. 
250 000€ de budget quand même. C’était le petit poucet de la F1. 
Ca montre que, quand on a des valeurs, on peut réussir de grandes choses. 
Et toi, ces valeurs du fin fond du terroir rugbystique, là où on peut dire qu’elles sont quasiment intactes par rapport aux valeurs d’antan, ça te parle ces vieilles valeurs du rugby ? 
Bien sûr. Après, je pense qu’au rugby, les valeurs sont essentielles. Je pense que c’est ça qui va permettre à un groupe de bien co-exister ensemble et d’aller le plus loin possible. Si il n’y a pas de valeur ou si chacun est individualiste, ça peut pas marcher. Moi, je sais que j’ai toujours entendu parler du bien d’Albi, de ses valeurs. J’ai été très, très bien accueilli. Je déménage aujourd’hui, je suis dans le camion de déménagement. 
Tu as pu côtoyer les sympathiques supporters du SCA et l’armée de bénévoles du comité d’animations ? 
J’ai fait la connaissance de quelques uns mais je pense que début juillet … 
Tu verras, il y a de belles personnes, qui vivent l’aventure jaune et noire à plein cœur, à plein poumons
J’espère bien. Quand ce sont des supporters qui font vibrer un club, les supporters rendent aux joueurs, les joueurs rendent aux supporters. Je pense que c’est vice-versa et d’avoir un public, c’est énorme déjà pour un club et pour une ville. 
Dernière petite question et après, on te laisse finir ton déménagement. En plus, c’est pas une question simple. Comment tu te décrirais en tant que joueur et quel est l’état d’esprit avec lequel tu arrives au Stadium Municipal, j’imagine pour faire lever les foules ? 
Moi, je suis plutôt revanchard et j’aimerai être revanchard avec Albi vu ce qui leur est arrivé l’année passée pour accéder à la Pro D2 et être champion de France. Comme a dit Maxime (Escur) , ce serait le Graal. 
En clair, tu arrives le couteau entre les dents ? 
Exactement. Si je peux apporter un plus cette année, et bien je l’apporterai. 
On va finir sur cette belle note et on te souhaite le meilleur sous les couleurs jaune et noir. 

Merci à vous, et à toutes l’équipe du #MagSport – RadioAlbiges.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s