#Dossier – Rugby (Fed1) / SC Albi : Les jours d’après…

Vendredi, le Sporting Club Albigeois s’est incliné en 1/2 finale retour d’accession au ProD2 (24-12) face au Rouen Normandie Rugby . Lors de ce match houleux, où le SCA a vu les normands remonter les 11 points dont les tarnais disposaient, la polémique s’est portée sur l’Arbitrage de Laurent Cardona, jugé par nombre d’acteurs du rugby hexagonal comme un « scandale » et une opprobre jeté par l’homme en vert sur la fédérale 1. Au cœur de la cité épiscopale, le rugby est roi, et le Sporting club Albigeois est un des joyaux de la couronne. Il est peu dire que l’émoi est à son paroxysme dans la préfecture tarnaise, couplé à un sentiment d’injustice qui a rendu la vindicte cathare incandescente. Mais la virulence de l’émotion albigeoise après cette défaite cruelle, est aussi le reflet d’une situation explosive : Avec cette défaite, le Sporting Club Albigeois, se retrouve en péril économique et la survie du professionnalisme en Albigeois se pose. Nous sommes allés voir, au Stadium Municipal, l’antre jaune et noire comment se passait les jours d’après.

La bataille fut âpre entre le SCA et le RNR et laisse un sentiment d’injustice aux Albigeois. Crédit Pierre Bras

Dès le coup de sifflet final au stade Diochon, les sms et coups de fil ont fusé dans le petit microcosme rugbystique. Présidents de club , entraîneurs, joueurs ont pour beaucoup exprimé leurs stupéfactions face au triste spectacle, que fut ce match décisif pour la montée en ProD2, avec pour metteur en scène : Laurent Cardona. Au MagSport, les téléphones de nos consultants et de l’ensemble de nos membres ont « fumé  » tout autant, tant le ressenti face à une « pitoyable comédie arbitrale » transcendée bien au delà de la patrie de L’abbé Pistre.

Sur les réseaux sociaux, dès vendredi soir une nuée de récrimination et de cris de désespoir se mit en route . Car pour les supporters Albigeois, Laurent Cardona était « En Mission commandé  » pour anéantir leur club. Les théories du complot en tout genre fusèrent avec pour dénominateur commun une rancoeur vivace , envers Laurent Cardona un des arbitres les plus polémiques de l’ovalie.

Une photo virale qu’utilise beaucoup de supporters albigeois pour brocarder Laurent Cardona.

Ce dernier face à la propagation à l’échelle nationale, d’une « fatwa » rugbystique a même temporairement désactivé ses comptes sur les réseaux sociaux, tant les notifications à son encontre ont dû se compter à plusieurs milliers d’unités. Mais dès, le lendemain pendant que la déferlante se poursuivait, beaucoup se demandaient, déjà, quel allait être le futur du club . Joint sur le trajet du retour de Normandie, le premier concerné, Alain Roumegoux, ne cachait pas sa rage envers le directeur du jeu et son inquiétude quant aux conséquences :

« C’est un total scandale, j’ai revu le match dans l’avion du retour , j’ai cru devenir fou. On s’est fait voler une montée et peut-être un bouclier de champion de France. Un arbitrage comme cela, c’est une honte! Ça met deux ans de travail sportif par-terre » Et le président du SCA de rajouter: « C’est rageant car par la faute d’une personne ça met en péril le club , d’autant plus qu’en cas de montée, on avait trouvé un nouveau mécène qui aurait substantiellement augmenté nos possibilités de recrutement.  »

Alain Roumegoux le président du SC Albi .

Pour le président du club tarnais , qui après des remous financiers, dû en partie à une perte de billetterie et de droits tv, suite à la descente en fédérale 1, le sol se dérobe un peu sous ses pieds. Tout comme madame le maire d’Albi , Stéphanie Guiraud-Chaumeil, grandement affectée et meurtrie à l’issue du match. Il est sûr que pour la première magistrate de la cité épiscopale, cette désillusion sportive entraîne une équation à plusieurs inconnues, pour elle et sa majorité. Soutien inconditionnel du club phare de sa ville, jusqu’à faire voter une avance exceptionnelle de 400 000 euros (pour permettre au SCA d’aller au bout de ses rêves et rééquilibrer des comptes qui tendaient vers le rouge), l’édile albigeoise voit face à elle un dossier explosif à quelques mois des élections municipales. Pour la municipalité albigeoise, c’est toute la charpente d’une politique sportive locale qui pourraient s’écrouler. Car l’ex pensionnaire de Top 14, malgré une dynamique populaire moins faste qu’avant, reste avant tout, le cœur de la vie sportive albigeoise.

Car le SCA, après un exercice déficitaire la saison passée (443 000 euros dont 200 000 de pertes exceptionnelles suite au licenciement du duo Milhas/Berot), a serré les dents lors de cette seconde saison en fédérale 1, où les ressources financières et marketing ne sont pas légions. La poursuite de la SASP est en suspens et donc le rugby professionnel en sus. Mais pour l’économie albigeoise, cela va bien au delà d’un registre sportif tant le Sporting , de façon connexe fait vivre de nombreuses familles et rayonner l’image de la ville. Des jardiniers municipaux aux prestataires de services, tout le monde attends avec impatience de savoir si les administrateurs du SCA vont maintenir le modèle en cours (SASP) ou re bercer dans l’amateurisme, en repassant en statut associatif. Pour Alain Roumegoux la donne est simple : « Je ne vous cache pas que mon seul sujet de préoccupation actuellement c’est le sauvetage du Sporting » . Pour le Président du club albigeois rien n’est scellé mais une certaine amertume restait vivace, ce lundi, quand nous l’avons retrouvé sous le chapiteau des supporters, entourés de ses joueurs et des bénévoles du comité d’animation SCA:  » Cardona c’est 120 d’histoire du club qu’il met en péril quelques soient ses justifications. Aujourd’hui (lundi) on va enchaîner les réunions, dont un conseil d’administration exceptionnel et on va tout faire pour sauver la SASP ». L’ancien chef d’entreprise du BTP et Vice Pdt du tribunal de commerce d’avouer « C’est le dossier le plus dur de ma vie que j’ai à gérer ».

Côté sportif, Arnaud Méla lui ne décolère pas, déjà samedi matin il fulminait contre « Une injustice flagrante qui venait voler ses gars, alors qu’ils avaient mis tous les ingrédients pour y arriver » Pour le coach d’origine bigourdane, qui avait annoncé partir en cas de montée, la situation et surtout le contexte, lui font réviser ses vues: « Je peux pas abandonner mes joueurs après un tel scandale, je veux poursuive l’aventure humaine et les amener en ProD2 comme je leur avais promis . Je vais réfléchir à tête reposée et voir si la SASP continue. Mais je me vois mal quitter le navire après un tel simulacre d’arbitrage « . Il est peu dire que le « berger de Lannemezan  » dispose d’une aura indubitable à Albi. Il n’y avait qu’à voir le manager arriver entouré de son capitaine, et de l’ensemble de son staff ce lundi matin dès 9h, pour comprendre qu’il a su créer un esprit de corps autour de son projet sportif.

Alors qu’ils re-débriefent le match à la vidéo dans le bureau de son fidèle adjoint Jeremy Wannin, le noyau dur est vite rejoint par petites grappes de joueurs, qui sont conviés à un moment de partage et de convivialité, dans leur cocon du stadium. On voit tour à tour apparaître dans le bureau ou à la fenêtre: Swan Cormenier, Jerome Dufour, Lucas Vaccaro, Paul Farret, Lomu Tafili, Benoit Sevestre, ou encore Martin Doan. Ils ont encore les traits marqués et l’œil noir et pour certains la vue des images du vendredi est un supplice. On sent une communauté sportive et sociale, qui a besoin de rester ensemble dans une grande thérapie groupe salvatrice.

Les grillades de Reynald Bruned , Président du Comité d’animation des supporters, et le réconfort des supporters ont beau décrocher quelques sourires, les mines sont tendues, car en plus de ce sentiment d’injustice qui va incarner ce groupe à jamais , leur devenir professionnel est incertain. Le président leur a bien demandé 15 jours pour se retourner et trouver des solutions, cela ne les empêche pas d’avoir une appréhension légitime des lendemains. Si Arnaud Méla et le professionnalisme perdure en Albigeois, ils seront 75 à 80% à rester au club. Sinon ? Albi connaîtra une saignée sans précédent et enfoncera le club dans les abîmes.

Pour les supporters, l’inquiétude est palpable et les frustrations se déchaînent en premier lieu sur Laurent Cardona, lui reprochant son arbitrage et cherchant à en comprendre les motivations. Pour certains, c’est le fait que : « son frère a joué chez nous en Espoirs, et est parti du club en mauvais termes » . Quand pour d’autre, ils en voient « une volonté des instances d’avoir un club normand dans l’élite du rugby. » . Surtout que nombre d’entre-eux ayant regardé la finale de ProD2, ils n’ont pu trouver qu’une caisse de résonance, et une forme de validation dans les propos d’avant match, plus que maladroit du Pdt de LNR Paul Goze au micro de Cecile Grès (France Télévision):  » La montée de Rouen ça fait partie de la stratégie de la ligue ….. ». Quant on y rajoute, la phrase tout aussi heureuse, lors du match entre Laurent Cardona et son assistant et enregistré par les micros de l’équipe :  » Tu me fais un point sur le score? Il y a combien d’écart…? « , comprendrez bien qu’il y’a toutes la matière pour alimenter la rancoeur vivace du « peuple jaune et noir ». Pour preuve, quand le sujet arrive enfin sur l’adversaire, le RNR et non l’arbitre un supporter de s’exclamer:  » En Normandie ils parlent de #Rouentada, hé bien moi je parlerai plus #Enculada . Toute façon grâce à l’arbitrage de ce monsieur Cardona, qui a totalement dévalorisé le match et la federale1, il y a deux perdants: Albi et Rouen. Car comme Rouen est monté par lunette des chiotes, tout les clubs de ProD2 seront le leur rappeler, alors qu’en vérité c’est un club qui bosse bien. » Pour certains ils comprennent maintenant mieux les propos de Bernard Laporte à l’encontre de l’arbitre en 2016 , et de rebondir : « Il avait dit que c’était une pipe et qu’il était nul, moi je dirais plutôt que c’est un pitre voire un malautru « .

https://youtu.be/OOM4MN6qnic

Heureusement, pour les supporters albigeois, comme nous le stipulait Francine Paul,vice-présidente du comité d’animation SCA : « Il y a Romain Barthelemy « . Car pour celle qui n’arrive à sécher ses larmes depuis vendredi, et qui est une vrai maman pour les joueurs, les mots de l’ex capitaine Albigeois (actuellement à l’aviron Bayonnais) à l’issue de la Finale de ProD2, furent son rayon de soleil du week-end. Car à l’image d’une multitude de personnalités du rugby , cette demi finale entre le RNR et le SCA , lui est resté sur le gosier : « Je suis content de monter en Top14 avec l’Aviron, mais j’ai aussi une grosse pensée pour mes amis albigeois qui ne méritaient pas ce qui leur est arrivé  » .

Au SC Albi, il y a aussi les administratives , elles s’appellent Gaelle, Carole ou encore Colette et sont mères de famille, pour d’autres Grand Mère et ont comme marqueur commun leur attachement viscéral au club. Il est peu de dire qu’au delà de l’amertume sportive de voir leurs couleurs échouer, les coups de sifflet de Laurent Cardona, revêtent un aspect bien plus personnel pour elles. Car la perspective d’une liquidation engendrerait pour ces piliers administratifs du club, (qui gèrent tant le domaine de la communication , que le fiscal le juridique ou encore la boutique du SCA) , la fin leurs mission au SCA, et la nécessité de rebondir ou de se reconvertir dans la hâte. Ces « Drôles de dames » qui tiennent auprès du directeur général, Jean Jacques Veyrac, le bateau SCA , au « château » (surnom donné au siège social du club par les supporters), vivent depuis vendredi soir, 23h, les heures les plus angoissantes et vitale de leurs parcours professionnels.

Le Pdt de la SASP , Alain Roumegoux, a commencé à rencontrer l’ensemble du personnel, pour fixer le cap, les enjeux et le contexte. Hier soir à 18h30 (lundi), l’ensemble des administrateurs a rencontré le personnel sportif (staff et joueurs) et à dû raccourcir la deadline de 15 jours à une semaine, car les joueurs souhaitent connaître leur devenir avant ce vendredi soir. Alain Roumegoux, qui devait ce mardi rencontrer formellement les supporters et la municipalité volent de rendez vous en rendez vous pour sauver le « soldat SASP ». Malgré qu’il nous avoue avoir le budget, pour débuter la saison et arriver jusqu’à mars, le Président Jaune et noir souhaite reconstruire un budget lui permettant de jouer l’année prochaine, à nouveau les premiers rôles et surtout l’accession en ProD2.

Pour cela Alain Roumegoux et son équipe dirigeante, ses vice-présidents JP Faure et E.Lacombe en tête, s’évertue à faire chauffer le téléphone pour ramener dans le giron albigeois de nouveaux partenaires et donner un bol d’air pécunier au club centenaire. La partie est ardue, l’espace est ténu mais le club a déjà réussi à s’extirper de bien des remous par le passé. Le positionnement officiel de la mairie et le conseil municipal du 12 juin seront aussi primordiaux, pour déterminer si la municipalité maintient son aide exceptionnelle malgré la non-montée. En cas de nouveau soutien fort « Dans les rucks financiers  » une partie du problème serait résolu.

Pour Alain Roumegoux , le SCA et sa SASP, le salut passe sûrement par convaincre, même si il n’y a pas PROD2, ce fameux mécène , a qui, des bruits donne un accent anglo-saxon et une volonté de faire du Stadium un vrai levier financier , un peu sur le modèle des stades de foot modernes. Dans les heures qui viennent, le destin d’une cinquantaine de salariés va se jouer, tout comme celui du rayonnement sportif de la cité classée à l’Unesco.

Pour un coup de sifflet de trop ou de moins du sieur Cardona , comme nous le disait Arnaud Mela hier soir  » c’est 50 personnes qui se retrouve dans la merde » et tout le peuple jaune et noir qui retient son souffle. En attendant les joueurs, eux, noient leur chagrin ….

Le Supplément « La lettre du Président Roumegoux envoyé aux partenaires et abonnés du club  » :

Chers supporters,

 

Notre ambition de remonter en ProD2, celle de toute une ville, la vôtre, s’est brisée vendredi soir en Normandie.

L’ensemble du club, la SASP, l’association, et le comité d’animation étaient prêts pour cet objectif. Le groupe créé autour d’Arnaud Méla a été exemplaire sur cette fin de saison, et notre modèle économique était structuré pour la ProD2 (droits TV, partenariats…).

C’est donc un choc pour la ville, les partenaires et les supporters du SCA.

C’est aussi une injustice au regard des deux matchs dans lesquels les valeurs historiques du SCA ont brillé aux yeux de tous : engagement, abnégation, volonté de vaincre et de ne rien lâcher jusqu’au bout.

Les milliers de messages de soutien que nous recevons depuis vendredi soir dernier le confirment : la passion du rugby à Albi, et pour le SCA, est intacte !

Et elle a rejailli lors du match Aller, le plus abouti depuis deux saisons. Ensemble, supporters, partenaires, élus, nous nous sommes retrouvés dans une ambiance digne de nos années en Top 14 et Pro D2.

Alors, face à cette injustice sportive et grâce à cet engouement retrouvé, nous avons décidé de ne pas en rester là !

Ce sont d’abord les joueurs et leur chef de file, Arnaud Méla, qui se sont réunis ce week-end. Groggys mais pas KO, ils ont pris la décision de rester au club, de rester ensemble, de rester à Albi pour retourner au combat et aller chercher, par la force de leur engagement, ce qu’on leur a volé ce vendredi 24 Mai 2019, à 22 heures, du côté de Rouen.

C’est ensuite le conseil d’administration qui a repris la balle au bond et décidé de tout faire, en 7 jours, pour SAUVER le SCA.

Voilà dans quel état d’esprit nous sommes, joueurs, entraîneurs et administrateurs, ce mardi matin.

Et voilà ce que nous allons faire pour garder à flot la SASP, la société sportive qui pilote le Club Pro : 

 

1/ L’équipe pro

Au regard de la performance de nos joueurs, de nombreux clubs se sont positionnés pour les débaucher. Ils mettent la pression et leur demandent de se positionner rapidement. C’est pourquoi nous leur devons des réponses dans les prochains jours.

 

2/ Les partenaires institutionnels

Ils sont à nos côtés. Ils se sont engagés à nous soutenir, comme ils le font depuis des années. Mais sans l’engagement clair et rapide de nos partenaires économiques et de nos supporters, leur soutien ne suffira pas.

 

3/ Les partenaires 

Sans eux, rien ne sera possible, ils sont aussi l’un des nombreux piliers de l’édifice. 

Vous l’avez compris, nous avons besoin, par respect pour nos joueurs et notre staff, de sécuriser le budget 2019-2020 et de disposer de la meilleure visibilité financière possible pour élaborer le budget de l’an prochain. Depuis maintenant 2 ans, la part du budget partenariat à globalement baissé, ce qui s’explique logiquement avec la descente en Fédérale 1. Il est vital pour le club que cette tendance s’inverse. Nous avons donc sollicité le retour de nos partenaires sur leur engagement pour la saison prochaine et la hauteur de leur participation, afin de prévoir précisément les éléments du budget.

 

4/ Le budget de Fédérale 1

Depuis maintenant 2 ans, la SASP a réduit son budget de façon significative afin de s’adapter à l’équation économique de la Fédérale 1, tout en veillant à garder une équipe compétitive, comme l’ont prouvé ces phases finales. Des efforts supplémentaires devront certainement être consentis, tout en veillant à garder une structure professionnelle performante pour être compétitif en pro D2 dans 2 ans.

 

5/ Les supporters : VOUS !

Nous sommes convaincus que la continuité du club sur la base d’une structure professionnelle passe par la mobilisation de tous. Et c’est justement de cette mobilisation dont nous avons besoin une nouvelle fois. La présence massive des supporters dans les travées du Stadium à l’issue de ces phases finales a témoigné de l’important vivier de passionnés. C’est pourquoi, nous lançons d’ores et déjà, une « pré-campagne » d’abonnements, afin de savoir qui souhaite témoigner de son soutien envers le club via le renouvellement de son/ses abonnement(s) pour la saison prochaine. (Abonnements à partir de 100€). Merci de nous faire part de votre intention en nombre d’abonnements par retour de mail.

 

En conclusion, chers partenaires, chers amis du SCA, l’enjeu est clair : soit nous nous donnons les moyens de remonter en ProD2 en capitalisant sur l’équipe et le groupe qu’a su créer Arnaud MELA, soit la SASP sera dissoute dans 10 jours et le Club restera ancré en Fédérale pour de longues années.

Nous sommes tous mobilisés, nous mettons toutes nos forces dans la bataille car nous voulons montrer au monde du Rugby que les valeurs que véhiculent notre Club, nos joueurs, nos supporters, nos partenaires, notre ville, ont encore toute leur place dans le rugby moderne !

 

Dans la vie d’un club, comme dans celle de chacun d’entre nous, il y a des rendez-vous qu’il ne faut pas manquer. Je crois pouvoir dire que cette semaine est la plus importante dans l’histoire du SCA sur cette dernière décennie. 

 

Nous comptons sur votre soutien.

 

Le Président,

Alain ROUMEGOUX

Plus d’informations dans le magsport , ce mercredi sur Radio Albiges.

Loïc Colombié

Loïc Colombié

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s