#Rugby – Nationale / M.Bonello (Albi) : «À nous de nous retourner les manches et de repartir au charbon!»

Après un second revers au Stadium municipal, samedi dernier (défaite 10-30 face à Soyaux Angoulême J11), le manager du Sporting Club Albigeois s’est présenté en conférence de presse avec la ferme intention tant de tirer les conclusions et que de se projeter vers cette dernière ligne droite avant la trêve. Martelant inlassablement que le 1er bilan ne se ferait qu’au terme de la 13eme journée, tout en revenant sur la désillusion du week-end précédent, Mathieu Bonello n’en perdait pas le but premier de son intervention : le déplacement à Bourgoin. Pris dans le combat et en panne de solidarité face aux ex-pensionnaires de Pro D2 charentais, Albi va devoir sortir le bleu de chauffe dans un stade Rajon, où la conquête et le défi physique sont souvent érigés en pré-requis essentiel pour espérer exister. Face à une équipe Iséroise qui a l’instar des tarnais sera en quête de points et de relancer une dynamique vertueuse : les gars de la cité épiscopale seront en terre hostile. Retrouvez le verbatim d’une conf où le patron du secteur sportif albigeois à alterner entre la frustration encore prégnante d’un camouflet et les espérances d’un sursaut d’orgueil de ses troupes en Berjallie.

Bourgoin Vs Albi une rencontre à suivre en direct des 18h15 sur « Le #MagSport Web TV / Radio »

Crédit photo Jacques Masine

Est-ce que cette défaite face à Soyaux-Angoulême remet en cause vos pratiques avec Alex ? 

 

MB : Non, ça ne remet rien en cause. C’est aussi la construction de notre groupe, on préfèrerait qu’elle ne passe que par des victoires mais il faut savoir rebondir après une défaite, se relever. On a envie de passer à autre chose, on ne va pas se mettre la tête au fond du seau parce qu’on a perdu un match. Comme je l’ai dit, on fera les comptes à la 13e journée et c’est pareil avec les joueurs, jusque-là, je suis très content d’eux. Ils sont passés à côté samedi, on est passé à côté tous ensemble, ça arrive, il n’y pas qu’eux, on est passé à côté tous ensemble et c’est à nous de nous retourner les manches et de repartir au charbon.

 

Est-ce que ça entraîne un changement sur, par exemple, le groupe qui va être mobilisé samedi soir ou est-on toujours dans la continuité ? 

 

MB : Non, on va aussi continuer à mettre des joueurs et à avoir d’autres joueurs. L’équipe avait bougé samedi dernier, elle rebouge ce samedi et bougera encore le samedi d’après où là, on aura une visibilité de 13 matchs donc on repartira en Janvier sur des bases peut-être un peu plus fixes avec un peu moins de turn-over. Mais aujourd’hui, on avait quand même besoin de voir tout le monde et on a encore besoin donc on mettra les joueurs qui ont envie, qui sont prêts, qui ont de l’enthousiasme et c’est ensemble que nous ferons les 2 matchs de cette fin d’année civile.

http://debardautomobiles.com

On a senti beaucoup de colère et de frustration, que ce soit de la part des joueurs ou du staff. Comment avez-vous fait pour un peu l’évacuer en début de semaine ? 

 

MB : Quand tu as perdu, c’est bien d’avoir de la colère et de la frustration, si tu t’en fous et qu’il n’y a que le coach qui est en colère, tu n’avances pas. Ça veut dire qu’on a un groupe de compétiteurs qui n’ont pas accepté la performance que l’on a fait tous ensemble et c’est bien. Comme l’a-t-on évacué ? En parlant, en discutant, en travaillant notre vidéo et dès notre tour vidéo fini, en basculant sur une nouvelle semaine, réenclencher une marche en avant et une dynamique. Pour notre groupe mais aussi notre visibilité, ce match nous a amené beaucoup d’enseignements. 

 

Quels sont les enseignements sur lesquels vous allez vous appuyer par rapport à ce match ? 

 

MB : C’est que, quand on n’est pas à 120%, on n’a pas de marge de manœuvre face à de grosses, grosses équipes et que le rugby commence par le combat. Je crois que la définition du rugby, c’est que c’est un sport collectif de combat et samedi, on a un peu oublié cet ingrédient de notre côté. Ce n’est pas de la mauvaise volonté des joueurs car aujourd’hui, quand tu te prépares, c’est pour en mettre, tu le sais très bien. Ce n’est pas qu’ils n’ont pas voulu donner de leur personne, c’est juste que ce jour-là, ils ont été absents pour différentes raisons et il faut être capable de rebondir. 

https://www.eurinvest.fr/sites/prod/files/pdf/plaquette-WP-albi-web.pdf

Bourgoin, une équipe qui a eu pas mal de casse avec une infirmerie pleine mais Albi a aussi son lot de blessés. Bourgoin, une équipe qui a besoin de points, et Albi, qui a besoin de se relancer. Il y a similitude entre ces deux équipes, c’est un match qui risque de frotter comme on dit ? 

 

MB : C’est un gros match. Ils sont bien revenus, ils font de gros matchs et de grosses performances, ils ont un bel effectif, taillé pour le haut du tableau, on le sait. Nous, on fait notre bonhomme de chemin et il faut aussi être patient avec ce groupe, je n’avais pas annoncé d’ambitions démesurées, je savais pourquoi et je sais pourquoi. On va aller jouer un match mais ça n’est qu’un match de rugby et, si mes souvenirs sont bons, il y a en a encore 14 derrière donc, il en reste à jouer et on en a fait moins qu’il n’en reste à jouer. Ce résultat ne sera pas non plus primordial pour le reste de la saison mais en tous cas, c’est un bon match à l’extérieur contre une très belle équipe et une grosse équipe face à nous. On fait ce championnat de Nationale pour jouer ces gros matchs donc il est sûr que l’on aura un gros rendez-vous samedi. 

 

Et justement, pour rebondir, il vaut mieux aller jouer à l’extérieur et s’enlever la pression du match à domicile ? 

 

MB : Déjà, je pense que ce n’est jamais très, très bon d’enchaîner deux matchs à la maison. On en a enchaîné deux et je trouve qu’on a du mal à se ré-impliquer, même s’il y a eu un week-end de repos entre donc c’est bien d’aller à l’extérieur et les voyages forment la jeunesse. 

https://www.eurinvest.fr/sites/prod/files/pdf/plaquette-WP-albi-web.pdf

Pour continuer dans le même sens, Rajon et la Berjallie en plein hiver, c’est loin d’être simple ? 

 

MB : Bourgoin, c’est un mythe, un club emblématique qui compte dans le rugby français et un stade mythique. J’ai eu la chance d’y jouer en tant que joueur et oui, c’est un stade particulier, en tous cas, ils sont intraitables à domicile depuis quelques week-ends. Ça ne va pas être une partie de plaisir, loin de là mais ça sera à nous d’y aller pour faire un match de rugby. L’objectif est de faire un bon match de rugby, il n’y en a pas d’autre. 

 

Bourgoin, c’est le combat, secteur où l’on a été défaillant face à Soyaux-Angoulême. Là, il va vraiment falloir relever le curseur d’exigence sur ce niveau-là ? 

 

MB : Oui, bien sûr mais, comme je le dis, la première vertu de notre sport, c’est de combattre. Donc, qu’on joue à la maison ou qu’on aille à l’extérieur, c’est un argument qu’il faudra mettre et peut-être encore plus là-haut mais je dis qu’il faut que l’on combatte sur tous les matchs de rugby. On est passé à côté samedi, il faut l’accepter et ne pas chercher ni trouver d’excuses, c’est nous qui n’avons pas été bons ensemble, staff comme joueurs, c’est ensemble que l’on n’a pas été bon, point barre.

Est-ce qu’on peut faire un petit point infirmerie car on a notamment vu Benji Caminati qui est sorti. C’est une commotion ? 

 

MB : Non, il a eu un pète aux cervicales. On a quelques petits bobos dans cet hiver, pas mal d’incertains pour qui on prendra la décision en milieu ou en fin de semaine de savoir si on les prend dans le voyage ou pas. C’est le lot de toutes les équipes à cette période de la saison et, comme je le dis depuis le départ, nous sommes un groupe. Ça permettra à d’autres joueurs de jouer et ça ne me pose pas de problème, j’ai carrément confiance en ce groupe. 

http://roux-carrosserie.fr

En parlant de Benjamin Caminati, il a quand même été bougrement ciblé par cette équipe de Soyaux-Angoulême ?

 

MB : C’est quelqu’un qui est généreux et qui a des valeurs, quelqu’un que j’aime beaucoup, qui donne beaucoup de sa personne, qui mouille le maillot tous les week-ends et pour ça, c’est quelqu’un que je respecte beaucoup. Je respecte tous les joueurs de l’effectif mais Benji, c’est quelqu’un avec de grosses valeurs et combattant, on parlait de combat tout à l’heure et c’est quelqu’un qui lui l’a. Et donc, forcément, quand tu combats face à une autre équipe, les joueurs essayent de te cibler mais en tous cas, il ne s’est pas défilé, il a montré qu’il avait du caractère. Je le félicite de la performance qu’il a faite parce-que c’était très courageux de sa part mais le rugby, c’est ça, il faut avoir du courage, de l’impact et de l’agressivité. Lui, il l’a et c’est un plaisir pour moi d’avoir un joueur comme ça à entraîner. 

 

Peut-être que si Albi avait été un peu plus dans le match et dans le combat, il y aurait aussi eu plus de solidarité autour de Benji ? 

 

MB : C’est exactement ça, je pense que si on avait été tous été présents dans le combat, ça ne se serait pas passé. Là, on l’a vu parce qu’on a été moins présent dans le combat donc j’ai envie de dire qu’il a bougé les choses et qu’il ne s’est pas laissé faire. C’est à nous maintenant de montrer notre solidarité car les joueurs sont solidaires entre eux et, comme je l’ai dit tout à l’heure, ils n’ont pas cherché à faire un non-match. Ils auraient aimé faire autrement mais c’est arrivé ce jour-là, c’est comme ça, il faut que l’on soit tous solidaires et moi, en tous cas, je suis solidaire de Benji parce-que je ne pense pas qu’il ait manqué de respect à qui que ce soit mais qu’on lui en a plus manqué qu’autre chose. Il est sûr que je demande beaucoup de solidarité dans l’équipe et dans les matchs et comme je l’ai dit à chaud, on méritait peut-être la bronca et de se faire huer parce qu’on ne donnait rien mais par contre, je ne le cautionne pas. Je veux dire qu’on le méritait mais que je ne le cautionne pas car c’est ensemble qu’on doit y arriver, on ne fait pas que des choses bien dans la vie, personne ne fait que des choses bien mais par contre, dès que je suis arrivé, dès le premier jour, j’avais parlé du mot ensemble. Vous savez, quand on est 1er, second ou 3e et que ça gagne, tout le monde il est beau il est gentil, tout le monde est parfait mais par contre, une équipe a besoin de ses supporters et de son public quand ça ne va pas et comme l’a dit Simon, on fera les comptes à la fin. Donc, je dis  » oui, on le méritait  » mais il aurait fallu le garder dans la poche et on aurait fait les comptes au mois de Mai mais ce n’est pas grave, on fera quand même les comptes à la fin.  En tous cas, je sais une chose, c’est que les joueurs essaient de donner le meilleur d’eux-mêmes, pour différentes raisons, comme je l’évoquais tout à l’heure, ils n’ont pas fait ce match-là mais encore une fois, ça ne remet pas du tout notre histoire en question et on saura s’en rappeler. 

http://les-freres-lecointre.fr

On va dire que c’était juste une petite rature dans le livre ? 

 

MB : Oui, on va dire que c’est une mauvaise fin de chapitre où tu aimerais qu’il y ait une page de plus, tu passes à un autre chapitre sans trop savoir la fin du précédent, ça manque un peu. Donc, en tous cas, on va s’en servir, on va ouvrir un autre chapitre, il reste deux matchs avant la fin d’année et nous, on l’a déjà évacué. Depuis lundi après-midi, les joueurs sont passés à autre chose, on est passé à autre chose, c’est devant qu’il faut regarder mais attention, il ne faut pas avoir la mémoire courte. Depuis 10 matchs, les joueurs ont donné, on a eu beaucoup de changements, beaucoup de choses ont changé, tout le monde disait qu’on était dans une super dynamique donc, encore une fois, on ne va pas tout remettre en question. Les joueurs donnent le meilleur d’eux-mêmes, ils se sont plantés samedi, c’est comme ça. 

 

En même temps, c’est vrai que l’équipe est passée à côté du match mais on a vu une équipe de Soyaux-Angoulême particulièrement agressive dans le bon sens du terme, en début de match en tous cas. C’est la première fois que l’on voit au Stadium une équipe aussi performante à Albi et qui fait un gros match ? 

 

MB : Exactement, tout est résumé là. Ils ont fait un gros match, il ne faut pas leur enlever, c’est une très belle équipe, bravo à eux. Il faut savoir reconnaître les choses, ils ont été meilleurs que nous, ils nous ont mangé sur beaucoup de secteurs, ils ont été bons et c’est vrai que c’est l’une des meilleures équipes que nous avons reçue à Albi, si ce n’est la meilleure. Ils sont sur une grosse dynamique, ils n’ont pas gagné Valence-Romans il y a trois semaines pour rien, on l’a vite oublié mais ça veut dire qu’ils sont sur une dynamique positive avec un gros effectif taillé pour la Pro D2 et ça se ressent. Encore une fois, la moindre des choses à dire, c’est qu’on a été battu par meilleur. 

http://debardautomobiles.com

Pour samedi, agressivité et solidarité peuvent être deux mots clé pour forger le déplacement ? 

 

MB : Solidarité surtout. Moi, ce que j’aime dans une équipe, c’est qu’on se batte les uns pour les autres et qu’on aide les copains. On en a discuté avec l’équipe et on a besoin de montrer qu’on a une âme, on a travaillé sur l’âme en début de saison et on l’a, je le vois aux comportements, les joueurs s’entendent bien entre eux et il suffit juste qu’ils le montrent sur le terrain mais je n’ai pas de doute, je sais qu’ils vont s’accrocher. Je sais que c’est juste un mauvais match, on l’assume et quand on l’assume, tu peux facilement passer à autre chose mais quand tu ne l’assumes pas et que tu te trouves des excuses, tu n’avances pas. Donc, les fautifs, c’est nous mais on fera le compte dans les prochains matchs. 

 

Pour mettre un peu d’humour, on t’a vu sortir le bonnet samedi. Il va neiger à Bourgoin, tu as préparé les moufles ? 

 

MB : C’est sûr qu’il commence à faire froid, il faut que je demande au club qu’il me fournisse les après-skis et le reste. C’est un rugby d’hiver, un rugby qui ne me dérange pas mais je sais que ce sont des conditions pas faciles pour tout le monde et je sais qu’à Bourgoin, il ne fera peut-être pas beau ou qu’il y aura un temps difficile. Mais on fait du rugby par tous les temps donc il ne faut pas le voir comme un point négatif, au contraire, il faut apprécier ces moments-là et ça permet de se resserrer, de faire aussi du lien entre nous tous pour passer ces gros matchs.

Propos recueillis par Loïc Colombié

Bourgoin Vs Albi une rencontre à suivre en direct des 18h15 sur « Le #MagSport Web TV / Radio »

Bourgoin Vs Albi une rencontre à suivre en direct des 18h15 sur « Le #MagSport Web TV / Radio »

Article en partenariat avec :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s