#Rugby – Nationale / La FFR autorise 4 « vrais-faux jokers médicaux » par club.

Comme nous vous l’annoncions en exclusivité il y a 4 semaines de cela, la Fédération Française de Rugby a réuni en visio-conférence les clubs de Nationale (Division 3), le mardi 16 novembre 2021. L’objet principal de la réunion était d’ouvrir le débat et mettre au vote la proposition d’autoriser les clubs à disposer de jokers médicaux comme en Top 14 et Pro D2.

Crédit photo Jacqueline Gagnon et J.R Gagnon / VRDR Officiel

La Nationale qui a vu sa première saison se dérouler quasi intégralement l’année dernière, prend de l’épaisseur et monte en intensité à chaque rencontre avec son lot de chocs de plus en plus violents et de blessures afférentes. Bourgoin en est la quintessence avec une infirmerie qui ne désemplit pas au gré des journées qui s’égrainent. Face à ce constat, et du fait de la non existence de jokers médicaux en Nationale (contrairement aux croyances des supporters et des réseaux sociaux) , la FFR a donc décidé de se pencher sur ce sujet épineux tant juridiquement qu’en termes d’éthique.

https://www.debardautomobiles.com

Comme souvent en Nationale, les débats furent riches et endiablés mais une majorité s’agrégeat vite autour de la possibilité d’étoffer les effectifs, cependant un point de fracture se fit sentir sur la méthodologie. Serge Simon (Vice Pdt Délégué FFR)et Patrick Buisson (Vice-Pdt FFR rugby amateur) conscients des difficultés juridiques et contractuelles de créer un véritable statut du joker médical, orientèrent rapidement les présidents de Nationale vers une proposition hybride. En clair, pas d’open bar permanent comme la saison passée, où nombre de clubs sous couvert sémantique de jokers médicaux avaient grandement renforcé leurs efffectifs en piochant à leur guise dans les échelons amateur à l’arrêt ou dans les rebuts des divisions supérieures, mais la possibilité de recruter 4 joueurs de plus, quelque soit la nature de leur arrivée jusqu’au 31 mars 2022.

https://www.eurinvest.fr/sites/prod/files/pdf/plaquette-WP-albi-web.pdf

Cette proposition ratifiée par 9 clubs sur 13 présents a déclenché l’ire de 3 clubs (Albi, Massy et Nice) et les interrogations du RC Suresnes. Les premiers votant contre et le club des Hauts de Seine s’abstenant. En effet, pour le président tarnais Alain Roumegoux, prenant la parole durant les débats, cette proposition ne collait pas du tout avec le but initial : combler les défaillances d’effectifs en cas de blessures successives. Pour les Azuréens, les Occitans et les Franciliens, ce mercato de seconde main sans considération médicale rompt l’équité sportive et réglementaire du championnat, car certains clubs à gros budget pourraient avoir la tentation de recruter 4 joueurs supplémentaires quelque soit le motif et non sous couvert médical. En outre, certains présidents qui se sont évertués à compléter au triple galop leurs effectifs avant le 30 septembre 2021 (date de clôture des mutations en Nationale), auraient sûrement patienté et mûri leurs négociations, s’ils avaient eu vent de ces 4 extra-balls.

https://www.eurinvest.fr/sites/prod/files/pdf/plaquette-WP-albi-web.pdf

Pour Mathieu Bonello, le manager du SC Albi, la chose est apparentée à un changement de la règle du jeu en cours de partie. Tout en respectant la décision, il complète sa pensée de la manière suivante : «C’est comme si on supprimait le 50-22 en cours de saison, des clubs qui ont perdu sur cette règle se sentiraient lésés s’il y avait changement. La c’est pareil, on s’est évertué à boucler nos recrutements au 30 septembre pour nous dire 1 mois et demi plus tard qu’on avait le temps… incompréhensible ! Pourquoi ne pas avoir attendu l’intersaison pour la mettre en place ? » . A Massy, même son de cloche de la part du président Guionnet qui y voit un frein à l’éclosion de la formation française : « On respecte bien entendu nous aussi la décision fédérale qui a été prise à la majorité des clubs, mais on la regrette. D’abord, 4 joueurs sur une équipe de 15 ou 23, ça peut modifier le championnat en profondeur. Ce qui a justifié peut-être cette réforme, c’est la longueur de la liste des joueurs chômeurs. Mais je crains que cela soit plus les joueurs étrangers qui en profitent. C’est une occasion ratée de faire monter des jeunes joueurs français et formés en France en équipe première. »

https://www.debardautomobiles.com

Contacté par nos soins, le directeur général du RC Suresnes Mathieu Blin, dont le club s’est abstenu lors du vote, nous argumentait son choix : «Rien ne chagrine Suresnes car le sujet est partagé par beaucoup de clubs de Nationale, Suresnes compris. La compétition se développe et je vois beaucoup de sujets déjà discutés en Top14 et ProD2 il y a 10 ans. C’est super que tous les clubs soient motivés.» . Et de rajouter : « Concernant le sujet de pouvoir recruter, notre abstention est symbolique et je l’ai expliqué en réunion. C’était pour que l’on soit vigilant à ne pas être sur une surenchère de joueurs. Le club utilisera cette règle puisque nous sommes à la recherche d’un joueur de première ligne. Modifier la règle des jokers était plus complexe car inscrite dans les règlements généraux. ».

https://www.roux-carrosserie.fr

D’autres clubs ayant voté pour la réforme, par nécessité de recruter (du fait de l’ampleur de leur infirmerie) ne cachaient pas certaines interrogations comme ce président qui nous parlait sous couvert d’anonymat : « J’ai peur de certains effets pervers de cette évolution». Mais pour d’autres, comme Bourgoin, dont le besoin de panser les blessures se faisait criant, cette réforme arrive à point nommé. Le président du CSBJ Henri-Guillaume Gueydan, de nous préciser : « La réforme est intéressante surtout pour un club comme nous qui n’a pas été épargné par les pépins physiques et les départs inattendus (problème cardiaque de Jerry Sexton, retour au pays de Shane Kirkwood). Après pourquoi quatre joueurs supplémentaires et pas deux ? Je n’en sais rien mais dans tous les cas, cette « réforme » arrive à point nommé. Avec notre infirmerie qui déborde, nous étions en train de demander une dérogation à la FFR dont la réponse est souvent aléatoire. Aujourd’hui, avec cet aménagement, nous allons véritablement pouvoir palier la malchance qui nous poursuit depuis le début de saison. »

https://www.les-freres-lecointre.fr

Depuis le 19 novembre donc, la réforme a été validée par le bureau fédéral de la FFR et certains clubs ne se sont pas fait attendre comme VRDR (Valence Romans) qui a recruté l’ex beaunois et biterrois Yvann Lalevée pour palier la blessure de leur talonneur Guilhem Bourgois. Le club de la Drôme l’annonçant comme un joker médical, ce qui du point de vue moral est totalement justifié mais du point de vue juridique est tout aussi faux car vous l’aurez compris : le statut de joker médical au sens propre n’existe toujours pas en Nationale. Dijon a emboîté le pas en rapatriant un de ses ex centres parti pour cause de pandémie en 2020, Harlon Klaasen. Du côté de la Côte d’Or, on qualifie l’arrivée du 3/4 polyvalent de « renfort » ce qui peut sembler un tantinet plus raccord avec le qualificatif adéquat.

https://www.debardautomobiles.com

En tout état de cause, cette réforme nécessaire et salutaire tant la Nationale grandit à pas de géant mais souvent qualifiée de « rustine », permet a certains clubs de voir l’avenir plus sereinement. Mais elle devra très certainement être revue en profondeur lors de la prochaine intersaison. Rappelons-le, la demande initiale étant de calquer la réglementation des jokers médicaux sur les pratiques du Top 14 et de la Pro D2. On en est loin actuellement mais les anciens à l’image de Jacques Moncla, disparu, ce week-end auraient sûrement dit le dicton suivant : «Un tient tu l’as, vaut mieux que deux tu l’auras ! ».

En contrepartie, les présidents de l’échelon au dessous (la fédérale 1), ont unanimement applaudi la sanctification des divisions inférieures, car ces 4 « vrais-faux jokers médicaux » ne peuvent être piochés que dans des échelons supérieures, une façon de ne pas déshabiller Paul (ou Mâcon) pour habiller Jacques ( ou Chambéry). Malgré cela, certains présidents de fédérale 1 ayant l’ambition de monter en Nationale 2, se posaient la question suivante : est-ce que les réglementations (Nationale-Nationale2) quel quelles soient, seront-elles harmonisées la saison prochaine? Une question lors du séminaire des clubs de fédérale1 du 18 décembre qui ne manquera pas d’être posée par le collège de présidents de France et de Navarre montant à Marcoussis.

https://www.debardautomobiles.com

Lors de cette visio conférence du 16 novembre 2021, deux sujets furent aussi mis sur la table : la sonorisation des arbitres et la plateforme OTT permettant la diffusion des matchs. Pour le premier, dont le coût de 700 euros par club sera pris en charge par la FFR, l’unanimité fut au rendez-vous et les présidents du 3eme échelon français saluaient une réforme qui va fluidifier l’arbitrage et donc le jeu. Quant à la plateforme OTT devant remplacer le diffuseur TV faisant cruellement défaut à la Nationale, une majorité de clubs commence à avoir la patience qui s’étiole et à lever les yeux au ciel , face à une proposition qu’ils décrivent souvent comme mal fagotée. Et un dirigeant du Sud Ouest de nous éclairer de son opinion tranchée : « C’est totalement hors sol, voire complètement déconnecté du microcosme économique des clubs de Nationale, et surtout concocté par des administratifs fédéraux qui connaissent mieux le 16eme arrondissement ou la U Arena que le stade Dugradus d’Aubenas ou encore le bastion Tarbais de Trélut! J’enjoins la Fédération à les envoyer en pèlerinage dans les clubs, pour qu’ils touchent du doigt la réalité du rugby fédéral ». Ambiance.

https://www.debardautomobiles.com

En clair, la Nationale se développe pour cette seconde saison de son existence, avec la volonté des décideurs et des acteurs d’ajustements pour coller au plus près des besoins de ce championnat qui est une fort belle réussite sportive. Mais le chemin pour trouver les bons réglages est encore loin, un peu à l’instar d’un Max Verstapen ou d’un Lewis Hamilton en début d’essais libres. Quand on connaît un peu la Formule 1et les résultats finaux des deux coureurs précités, on ne s’inquiétera pas pour l’avenir de la Nationale : après le tâtonnement des réglages viendra irrémédiablement le faste des victoires et des louanges.

Article rédigé par Loïc Colombié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s