#SportStory – Cyclisme / Lavaur accueillera le Tour de France 2020 pour la troisième fois.

ASO a dévoilé le parcours du Tour de France 2020. L’épreuve majeure du cyclisme mondial, honore de sa présence le département du Tarn pour la quatrième année consécutive.  

2019 restera gravée dans toutes les mémoires des aficionados de la « Petite Reine » avec une présence marquante du peloton dans la cité épiscopale.
En 2020, c’est la ville de Lavaur qui accueillera la grande boucle au terme d’une étape dite de transition qui conduira les coureurs de Millau à Lavaur sur 168 km  en passant par les routes escarpées et cassent pattes de l’Aveyron et du Tarn.
Le #magsport profite à cette occasion pour  revenir sur les deux dernières arrivées du Tour de France à Lavaur en 2001 et en 2011. Mais Lavaur est aussi une cité cycliste qui produit des champions, et organise des épreuves. Petit retour rapide sur l’activité cycliste dans la Capitale de la Cocagne, classée 2 ème ville la plus sportive de France en 2014 par le journal l’Equipe et première ville pour le sport et le handicap.
Un cyclisme vauréen en haut de l’affiche.
Le cyclisme vauréen, actuel est  représenté par 3 garçons de talents.
Quentin Rossini  21 ans membre de l’équipe charentaise Océane Top16. (DN2) et ancien sociétaire du GSC Blagnac.
Adrien Thomas 25 ans membre de l’Occitane Cyclisme Formation (DN2) est toujours  licencié au VC Lavaur.
Benjamin Thomas 24 ans professionnel au sein de l’équipe Groupama-FDJ qui cumule les titres sur piste, 2 titres mondiaux, 4 titres européens, 4 titres nationaux, sur piste dans différentes spécialités comme la course aux points, l’omnium, l’américaine ou la poursuite.
En 2019, il obtiendra  la consécration avec le  titre national du contre la montre sur route en devançant Stéphane Rossetto (Cofidis) et le marseillais Julien Antomarchi (Roubaix Lille Métropole). 
Il a aussi remporté une étape sur les Quatre jours de Dunkerque alors qu’il portait  le maillot de l’équipe de l’Armée de Terre en 2017  et sur  le Tour de Wallonie en 2018.
Les frères Benjamin et Adrien Thomas sous le maillot de l’Occitanie vainqueur de la Coupe de France de l’Américaine en 2018.

D’autres coureurs ont marqué le cyclisme vauréen, on peut citer pèle-mêle Serge Jeanjean, Thierry Hernandez, Jean Zen… ou encore Dominique Sanders né à Lavaur en 1957.
La ville de Lavaur est aussi connue pour avoir été une place forte dans l’organisation de courses cycliste. 
La Ronde du Jacquemard ou  les Boucles  du Vaurais furent des épreuves très prisées des coureurs amateurs. 

Le palmarès des Boucles du Vaurais

13/04/1998 : Laurent MONCASSIN – Laurent MARTY – Hervé DUCLOS-LASSALLE

21/03/1999 : Cédric COUTOULY – Jean ZEN – Nicolas PORTAL

02/04/2000 : Mathieu LAMOTHE – Laurent MARTY – Jean ZEN

01/04/2001 : Guillaume PORTAL – Mickaël CAILLETA – Fabrice GOUPILLEAU

31/03/2002 : Thomas MARCHETTI – Cédric MARTY – Yann SERVAT

22/03/2003 : Frédéric MARTY  – Romain CARRIERE – Olivier RABAUD

07/03/2004 : Thomas MARCHETTI – Tony PADOVAN – Fabien REY

20/03/2005 : David LAMPLE – Sébastien PILLON – Luke Mc CARTHY

19/03/2006 : Scott LYTTLE (NZL) Thomas PEYROTON – Sébastien PILLON

25/03/2007 : Romain SMET – Fabien REY – Yoann BAGOT

L’albigeois Cédric Coutouly vainqueur de la Ronde du Vaurais en 1999, en plein effort  sous les couleurs de l’équipe professionnelle Agritubel.
Mais on ne peut évoquer le cyclisme vauréen sans oublier l’apport et le soutien des familles Thomas et Pucharcos. Gérard Thomas (père d’Adrien et Benjamin), coureur et président au milieu des années 1980, portait le club de Lavaur à bout de bras. Entrepreneur, constructeur, bâtisseur, il sera la cheville ouvrière du club cycliste avec l’appui financier de la famille Pucharcos à la tête de l’entreprise Fus’europ.
Gérard Thomas sera un des pères fondateur du Tour du Tarn cadet en compagnie du Saint-Juérien ‘André Miquel ou du mazamétain Robert Vidal. Lavaur reste encore une ville étape de cette épreuve et révèle souvent un champion… Celestin Wattele tout récent Champion de France de l’élimination a remporté au sprint en 2018 l’étape qui arrivait dans la cité dirigée par Bernard Carayon.
2001 : Le rêve inachevé de Nicolas Jalabert.

En ce matin, du 24 jullet 2001, la France n’a d’yeux que pour Laurent Jalabert,  la nouvelle coqueluche du public. Richard Virenque suspendu, il fallait bien que les supporters tricolores  s’identifient à un champion. Ils en auront pour leur argent !
Laurent Jalabert a quitté l’omnipotent Manolo Saiz et la tunique jaune de la ONCE, qui devient rose pour courir le Tour…Le divorce est consommé entre Jaja et Manolo. Aussi, en ce début d’année 2001, Laurent Jalabert rejoint son ancien adversaire Bjarne Riis manager de l’équipe CSC-Tiscali. Il est libre, il est enfin lui-même. 
Mais la saison 2001 commence mal. Dans son domicile helvète,  il fait une chute, il  se fracture trois vertèbres, se retrouve éloigné des courses  qu’il affectionne du début de saison. Il est sur pied juste à temps pour le départ du Tour de France. Ses adversaires ont déjà éliminé le mazamétain, et en plus les observateurs remarquent qu’il pédale légèrement de travers à cause de l’accident hivernal. Inutile de se méfier, Il fera de la figuration. C’est mal connaitre le « Panda »… En entrant dans la féria du Tour de France 2001, l’ancien ibérique d’adoption sortira de son Tour 2001 tel un torero des arènes de Pampelonne avec les 2 oreilles et la queue .. le 11 juillet, il gagne à Verdun … il coupe une oreille! 
Trois jours après, pour le 14 juillet Laurent Jalabert roule vers Colmar pour cueillir sa deuxième victoire d’étape,  au vice et au métier en prenant le large dans une descente, Ivan Basso ne peut le suivre tombera et se fracturera la clavicule. Laurent Jalabert rejoint Charles Pélisser, Jacques Anquetil, Bernard Thévenet avec cette deuxième victoire le jour de la fête nationale…. il coupe une deuxième oreille !
Les Pyrénées consacreront le baroudeur infatigable il attaque, s’échappe, roule 429 km en tête en 3 jours, glane les points du maillot à pois. Il est porté par le public des pyrénéens qui « boulègue »  les français réconciliés avec Jaja et les espagnols déjà nostalgiques de ses exploits sur le sol de Cervantès…Au sortir des Pyrénées, ses raids font de lui le leader incontesté du maillot à pois rouge, qui consacre le meilleur grimpeur. 
Il rejoindra dans l’histoire Eddy Merckx et Bernard Hinault les seuls avant lui à avoir gagné le maillot vert et le maillot à pois…. Il vient de couper la queue !
Aussi, au départ de cette 15 ème étape qui mène le peloton de Pau à  Lavaur, dans son Tarn natal, tous les observateurs se posent la question :  que va-t-il encore nous réserver ce Laurent Jalabert décomplexé ? 
La fatigue accumulée les 3 jours précédents et malgré un jour de repos, et les 234 km à parcourir auront raisons de son envie de bien faire et de son courage à toute épreuve !
Mais un Jalabert peut en cacher un autre … Une échappée de 30 coureurs se forme dans laquelle on retrouve les français Sylvain Chavanel et … NIcolas Jalabert.
Ce dernier a déjà connu la victoire sur le Tour. 
L’année précédente sous  la tunique rose de la Once entre Nantes et  Saint-Nazaire, il est membre de l’équipe qui remporte le CLM par équipe, cette victoire collective offrait  à Laurent le maillot jaune pour deux jours.
La plaine du Lauragais approche à grand pas,  Nicolas Jalabert, l’œil malicieux, le coup de pédale puissant, pense pouvoir au moins un instant effacer le prénom de Laurent et entrer lui aussi dans la légende du Tour.en remportant son étape en pays de Cocagne. Mais un italien du nom de Marco Pinotti (Lampre) fait exploser le groupe, seul le belge Rik Verbrugghe (Lotto) parvient à le rejoindre… Ils foncent vers l’arrivée.  Rik Verbrugghe en cette année 2001, est sur un nuage, il a remporté la Flèche Wallone et le Critérium International…Lavaur lui tend les bras. Il triomphe au sprint devant l’italien. 
Le jeune et prometteur Sylvain Chavanel (La Boulangère) prend la 4 ème place et Nicolas Jalabert valeureux termine 6 ème.

1. Rik Verbrugghe (Bel) en 5h16’21 »

2. Marco Pinotti (Ita)

3. Alessandro Petacchi (Ita) à 6″

4. Sylvain Chavanel (Fra)

5. Nico Mattan (Bel)

6. Nicolas Jalabert (Fra)

7. Michaël Boogerd (Hol)

8. Franck Bouyer (Fra)

9. Marco Serpellini (Ita)

10. Daniele Nardello (Ita)  

2011 : Mark Cavendish, marque des points et passe au vert.

Les 10 ème et 11 ème étapes de l’édition 2011 du Tour de France sont réservées au département du Tarn et seront la chasse gardées des sprinters. 
Une façon de rendre un hommage particulier, aux spécialistes tarnais de la discipline, Jacques Esclassan, Dominique Sanders Christian Chaubet et Laurent Jalabert.
Le 12 juillet les coureurs arrivent à Carmaux et  André Greipel , « le gorille de Rostock » pour les intimes vient de jouer un mauvais tour à son ancien partenaire Mark Cavendish avec lequel une certaine inimitié perdure. En effet, les deux hommes portaient  le maillot de l’écurie HTC- Columbia en 2010.  Avant l’avènement du « Cav », les responsabilités étaient partagées. Or, c’est  bien connu, les sprinters sont des égoïstes…Mark Cavendish a mis la pression sur les épaules de ses dirigeants pour faire écarter André Greipel
des courses majeures, un bon moyen aussi d’éliminer un adversaire potentiel.
André Greipel sera poussé vers la porte de sortie de l’écurie sponsorisée par la marque de smartphone venus de Malaisie, et il pendra la direction de l’écurie belge l’équipe Lotto Oméga-¨Pharma.
La cité de Jaurès  consacrera André Greipel … Grâce au concours de son équipier  Philippe Gilbert,  qui lui aussi comme Cavendish vise le maillot vert. Le Champion de Belgique attaque dans la dernière côte pour aller chercher des points, Il poursuit son effort,  il n’est repris qu’à 5 Km de l’arrivée. Le sprint sera lancé de loin… « Gorilla » dans son style surpuissant devance Mark Cavendis et le prive ainsi, d’un troisième succès d’étape sur cette édition 2011.
André Greipel lors du Tour de France 2019, sous les couleurs de l’équipe française Arkéa-Samsic.
10 ème étape : Aurillac-Carmaux 158 km

1. André Greipel en 3h31’21 »

2. Mark Cavendish à 0″

3. Jose Joaquin Rojas à 0″

4. Thor Hushovd à 0″

5. Romain Feillu à 0″

6. Daniel Oss à 0″

7. Sébastien Hinault à 0″
8. Borut Bozic à 0″

9. Geraint Thomas à 0″

10. Samuel Dumoulin à 0″  

Le lendemain, en ce 13 juillet, André Fabre, premier magistrat de Blaye les Mines,  attend de pied ferme les coureurs pour donner le départ de l’étape qui conduira les coureurs de Blaye à Lavaur dans une étape 100% tarnaise.
Ses amis Christian Prudhomme, Bernard Hinault  et Daniel Mangeas savent que pour ce passionné de cyclisme l’instant est important. Le Tour de France offre une vitrine sans pareil à la cité minière. Trois ans auparavant,, Blaye les Mines accueillait l’arrivée de la première étape du Tour de l’Avenir, dans laquelle c’était imposé l’albigeois Stéphane Poulhiès… au sprint.
André Fabre Maire de Blaye les Mines présente le maillot jaune. (crédit photo DDM)

Sur la ligne de départ André Greipel vainqueur la veille est aux anges, Mark Cavendish rumine sa défaite contre son ennemi juré, et Thomas Voeckler porte une tunique jaune qui fait de lui un nouveau héros national. Sa popularité naissante, et son talent amèneront l’homme de Bernaudeau a se surpasser pour finir au pied du podium au terme de cette édition 2011.
L’étape fait 167 km. Les coureurs traversent le département sur des routes escarpées et sous un soleil de plomb. Une échappées se forme comme toujours, prend une avance substantielle comme toujours, et se fait rejoindre comme souvent dans le final maîtrisé par les équipes de sprinters…
La victoire en terre vauréenne se jouera entre spécialiste de l’emballage final… Et à ce jeu bien rodé,  le King de l’Ile de Man bien amené par ses poissons pilotes de la HTC, Mattheuw Goss, Lars Bak, Danny Pate, Bernhard Eisel sous le capitanat de Mark Renshaw rendra la monnaie de la pièce à André Greipel. Le « Cav » passe au vert à Lavaur, avant de rejoindre la gruppetto dès le lendemain pour  trois jours de souffrance pyrénéennes.
Mark Cavendish tel un Phénix renaîtra de ses cendres à Montpelleir le 17 juillet pour son 4 ème succès et finira en apothéose sur les Champs-Elysées le 24 juillet.
Mark Cavendish à Lavaur devance André Greipel à droite. ( Crédit photo Europe1)

11 ème étape : Blaye-les-Mines Lavaur

167,5 km

1. Mark Cavendish en 3h46’07 »

2. Andre Greipel à 0″

3. Tyler Farrar à 0″

4. Denis Galimzyanov à 0″

5. Edvald Boasson Hagen à 0″

6. Romain Feillu à 0″

7. Jose Joaquin Rojas à 0″

8. Sébastien Turgot à 0″

9. Francisco Ventoso à 0″

10. William Bonnet à 0″

Le Borgne.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s