#Football – US Albi / Les dessous de la démission choc de Laurent Lejeune!

Dimanche 10 mars au petit matin la nouvelle est tombée, comme un électrochoc dans le petit milieu du foot amateur Occitan: Laurent Lejeune le Président de l’US Albi (R1) jette l’éponge après plus de 4 ans de combat pour maintenir à flot un club qui sombre peu à peu dans les abysses. Explication sur une situation explosive:

Laurent Lejeune vient de poser sa démission / Crédit photo US Albi

Arrivé en mai 2014 à la tête d’un club qui venait de faire ses adieux à la CFA2 (Actuel National3), cet homme de convictions à tenter vaille qui vaille durant sa mandature de faire rebondir une entité en proie à de récurrents soucis financier. Le premier dossier chaud du néo président de l’US en 2014 fut l’arbitrage municipal concernant la subvention allouée au club phare de l’Albigeois en terme de foot masculin. Le ton était donné et cet écueil sera son sparadrap que le président traînera comme un boulet tout au long de ses quasis 5 ans à la tête de l’USA. À son arrivée, il avait trouvé une association au budget de 220 000 euros, présentant un déficit de 100 000 euros, un véritable défi. 

Après cette coupe sombre, héritée de l’ère Bonnecarére par la nouvelle majorité Guiraud-Chaumeil, (75 000 euros de subvention puis 50 000 au lieu de 150 000 habituel acceptée contraint et forcé) le président de la structure associative albigeoise connaîtra une 1re grosse alerte en mai 2017. À l’époque, Laurent Lejeune était parti en croisade contre la municipalité Guiraud-Chaumeil, de la ville cathare, pour tirer la sonnette d’alarme concernant le péril financier du club aux couleurs bleues. Grace à un plan médiatique et un bras de fer musclé, l’homme fort de l’USA avait réussi à faire débloquer une subvention municipale exceptionnelle pour la formation de l’ordre de 25 000 euros (et ce, malgré les frasques extra-sportives d’un de ses éducateurs à la veille du Conseil municipal statuant sur le sort de l’entité, tus par la presse locale, dont le #MagSport, par compassion.).    

Une poire pour la soif qui permettra tant bien que mal à l’US Albi de joindre les deux bouts. Avec la refonte des catégories, (le DH rayonnant sur l’ex région Midi-Pyrénées devenant R1 avec une circonférence sur l’ensemble de la nouvelle région Occitanie), Laurent Lejeune voyait cette saison 2018/2019 comme un véritable challenge financier. Les frais de déplacement ayant explosé avec des déplacements jusqu’à la frontière catalane ou encore à Carcassonne quand auparavant le déplacement le plus lointain était l’Aveyron ou la périphérie toulousaine, le club se savait sur la corde raide. La voilure fut réduite une fois de plus, pour l’association résidente du Stade Rigaud. Le coach Franco Vignola, vieux baroudeur du foot régional fut remplacé par un jeune coach débutant, au nom clinquant, Greg Lacombe et beaucoup moins onéreux, tandis que le recrutement fût plus modeste et l’équipe bâtît sur les ressources vives de l’USA: le vivier de la formation albigeoise. 

Gregory Lacombe ancien jouer de Monaco, Montpellier et Ajaccio est le coach de l’US Albi depuis septembre 2018

Mais malgré ses efforts pour réduire les dépenses de fonctionnement Laurent Lejeune au grès de la saison vu très rapidement que le mois de mars, serait charnière pour son club. Il n’est pas peu dire que la charnière a craquer, puisque seulement 5 joueurs étaient à l’entraînement (d’après nos sources les joueurs manquant ayant quitté ou boudés le navire pour cause de non-paiement de leurs défraiements). Malgré le rayon de soleil d’une équipe féminine qui fît un beau parcours en coupe de France et qui peut ambitionner de monter en R1: l’ambiance était souvent à la torpeur dans les travées de Rigaud. 

Les valeureuses féminines de l’US Albi seul rayon de soleil d’une US Albi en pleine torpeur / Crédit phot FQOTPY

Mais même, durant cette parenthèse enchantée qu’ a été l’épopée féminine en coupe, , le futur ex président de l’US Albi, avait dégainé son colt médiatique à l’encontre de Stéphanie Guiraud Chaumeil (maire d’Albi) et Michel Franques son adjoint au sport. Pour preuve au micro du #MagSport-Radio Albiges du 30 novembre 2018, il avait lancé tel Guillaume Tell décochant une flèche :  » En tant que personne je n’ai pas besoin du soutien de la Mairie. Mais je suis extrêmement déçu pour les filles qui sont fières de porter le maillot d’Albi! Je ne demande pas au 1er élu de venir au match, la Mairie est composée de plusieurs conseillers municipaux, mais Mme le Maire d’albi ne sait pas déléguer. Le problème est pas entre l’US Albi et la mairie mais bel et bien entre Mme le Maire et moi!On est pas obligé de s’entendre sur tout les sujets. En l’occurrence sur le sujet du sport et des subventions qui nous concernent: on est en total désaccord! « . Et de rajouter chez nos confrères de Footpy.fr: «  Nous avons déjà pas mal de difficultés avec la municipalité. Cette dernière espère une union entre les clubs de la ville notamment l’US Albi, et l’ASPTT Albi. La création de notre équipe féminine n’a pas plu. L’ASPTT semblait avoir davantage vocation pour les féminines. Nous sommes pris entre deux étaux. D’un côté, la FFF oblige les clubs à avoir une équipe féminine afin de développer le foot féminin mais de l’autre, la municipalité estime qu’il y en avait déjà une sur Albi  » . Tout en soulignant  » Je trouve ça aberrant que nous, club amateur, nous tirions la langue et qu’à côté des investissements de la FFF ne profitent pas à un club de football, mais à un club de rugby, le SCA« 

La Maire d’Albi Stéphanie Guiraud Chaumeil n’a pas toujours eu des relations simples avec Laurent Lejeune/Crédit photo France3

Samedi 9 mars 2019 alors que l’US Albi recevait Béziers, tout les maux qui se susurrait en catimini dans la cité épiscopale, son ressorti au grand jour. Aux abords du stade les caciques du club, peu enclin à suivre le match, et plus porté à palabrer sur le devenir du club, parler à visage découvert du péril financier qui guette l’USA. Nombreux était ceux qui parlait du serpent de mer, en pays albigeois, la fusion avec l’ASPTT Albi locomotive départementale en terme de foot féminin et ennemi héréditaire de l’US. Les plus cyniques parlaient même d’absorption tellement, la situation est périlleuse. Mais le sujet de la « Fusion » avait toujours dans le #Magsport – RadioAlbiges du 30 novembre 2018 était abordé de façon claire et peu-être prémonitoire par le Pdt Lejeune :  » Je ne suis pas un partisan de ses fusions, ou il faut faire un grand groupe! Beaucoup de clubs en reviennent car en définitive ça finit sur une absorption.« . Et d’étayer son propos:  » Pour avoir une fusion on doit avoir une vision sur 10 ans! Il faut une vision sportive, politique et financière! Aujourd’hui ces éléments ne sont pas assez développés »

Mais à l’issue d’une énième défaite des hommes de Greg Lacombe, plongeant le club dans le marasme sportif et financier, Laurent Lejeune à décidé d’annoncer à son staff et ses joueurs qu’il jetait l’éponge. Il laissait l’espace libre à une nouvelle équipe qui se veut le courage de relever la véritable mission commando qu’est le sauvetage de l’US Albi. Contacté, ce lundi, le président démissionnaire a commencé à nous livrer son courroux, envers nos confrères de la dépêche du midi, dont il estime que le journaliste
dans son papier annonçant sa démission à raconter « n’importe quoi et des âneries sans savoir, car ne lui parlant plus depuis des mois« . Déjà, il y a de cela 9 mois LL comme le surnomment certains de ses joueurs, nous avait fait part de ses états d’âme de voir le journal qui « informe vite et bien » ne s’intéressait à l’USA, seulement quand il défrayait la rubrique fait divers et que trop peu sur le sujet sportif. Mais ce malaise avec « le » média local par excellence était peu-être un signe latent d’une certaine fébrilité présidentielle, où de l’incompréhension entre deux corps qui en temps apaisés, se nourrissent l’un de l’autre.

Quand on lui demande, les raisons de sa démission, monsieur Lejeune indique tout d’abord une fatigue de se battre pour son club, sans un soutien de la mairie en adéquation avec ses ambitions. Pour celui qui a tenté de sauver pendant 4 ans un pan du sport collectif albigeois, « l’US Albi a moins de moyens que Saint-Juery qui joue en R3« . Il transparaît dans les propos du Président Albigeois, que la donne est bloqué entre une mairie qui attend de voir comme tourne le dossier « USA » ultra-sensible à exactement 1 an des municipales, et une position de son conseil d’administration qui estime ne pas avoir les moyens nécessaires au vu de son statut. 

Michel Franques Adjoint au sport de la ville d’Albi risque d’avoir un nouveau dossier épineux à gérer / Crédit photo Média pitchouns

Quant à ceux, qui justifient cette démission, par la volonté de Laurent Lejeune de se lancer en politique dans le cadre des municipales de 2020. Le Président démissionnaire réfute tout en bloc :  » Certains m’ont prêté ce genre d’ambition, mais elles sont totalement fausses. Tout d’abord, je ne me lancerai jamais dans une telle aventure sans l’assentiment de mon épouse et de ma famille et je ne l’ai pas« . Très prolixe sur le sujet, le toujours président de l’US Albi jusqu’à l’assemblée générale extraordinaire du 29 mars, voire jusqu’au 30 juin (au cas où aucune nouvelle équipe n’arrive à se constituer); De rajouter « Jamais je n’abandonnerai l’US Albi« , et n’hésite pas à se dévoiler sur le sujet des municipales : «  Ceux qui me connaissent savent que ça fait 20 ans que je travaille dans une profession libérale. Et surtout que je ne suis pas homme à être derrière quelqu’un, mais plutôt à être le leader. Je ne sais pas faire être derrière quelqu’un, ou je même la barque, ou je ne fais pas.« . Et ponctuant concernant cette rumeur vivace : « Michel Franques et la mairie qui m’ont souvent tenu rigueur de ces pseudos ambitions politiques, devraient tout d’abord se poser la question, de savoir si j’ai l’ambition et la capacité de monter une liste ! La seule personne qui m’a réellement proposé d’intégrer une liste c’est Frédéric Cabrolier, mais malgré la sympathie que j’ai pour l’homme, mes valeurs m’interdissent de participer à quoi que ce soit avec son parti (le Rassemblement National, ex Front national). » 

Frédéric Cabrolier Conseiller municipal RN (ex FN) d’Albi c’est fait l’avocat de l’US Albi pour le meilleur et surtout pour le pire. / Crédit photo le Tarn Libre

Un Frédéric Cabrolier (Elu albigeois longtemps proche du club, du fait que son fils en soit licencié) qui en opposant sans cesse en conseil municipal l’ASPTT ou le SCA, à l’US Albi, à des fins électorales, à sûrement était le Néron de Laurent Lejeune. Évacué la « rumeur municipale 2020« , Laurent Lejeune tient à stipuler qu’il a volontairement laissé un laps de temps long avant l’assemblée générale (le 29 mars 2019) pour : « Laisser le temps à une nouvelle équipe d’étudier les papiers et la situation du club« . Quand on lui demande si sa décision est irrévocable, le patron de l’USA tient à préciser qu’il est prêt à revenir sur sa décision uniquement  » Si enfin la Mairie nous donne les moyens de fonctionner décemment « . Il voue même: que maintenant qu’il est départi de son devoir de réserve présidentiel, il a pu discuter de « façon constructive avec Michel Franques et à bâtons rompus » et de compléter que l’adjoint au sport à peu-être le crédit : »d’avoir héritée d’une situation viciée de ses prédécesseurs à la mairie« .  Pour conclure, Laurent Lejeune n’exclu pas un forfait général en R1 (ex DH) ce qui entraînerai de facto, une diaspora sans commune mesure vers les autres clubs locaux. Mais en précisant que le club préserverai ,bien évidement , son école de foot qui est un des moteurs de la formation en albigeois.

Le président Lejeune va maintenant pouvoir s’adonner à ses passions dont le sport restera partie prenante.

En définitive, le futur s’inscrit en pointillé à l’US Albi, et ce club, faisant parti du patrimoine sportif de la préfecture tarnaise, traverse sûrement une de ses crises les plus violentes et mortifères de sa longue et belle histoire. Quant à celui qui a conduit les destinées du club, il avoue que s’il va au bout de sa démarche, il profitera de son temps libre, pour s’occuper de sa famille et ses enfants, qui portent bien sur les couleurs … De l’US Albi. 

Loïc Colombié

2 commentaires sur “#Football – US Albi / Les dessous de la démission choc de Laurent Lejeune!

  1. Bonjour
    Je me permets d apporter un démenti sur le passage qui me concerne en m attribuant un rôle néfaste quant à la situation actuelle de l us Albi.
    Si comme vous le dites je suis souvent intervenu au sujet du SCA c est uniquement par soucis d équité au niveau des subventions octroyées au SCA qui me paraissent disproportionnées vis à vis d autres sections. Je n ai jamais opposé un club à un autre et je considère que tous les sports ont leur place dans le paysage albigeois. Me prêter un rôle de « Néron » est me faire jouer un rôle qui n est ni à ma mesure ni dans mes volontés. Ce n est donc pas moi qui ai une responsabilité dans la descente financière et sportive declubs mythiques albigeois albigeois comme l usspa où l us Albi. Et puis que l on parle de mes valeurs qui seraient incompatibles je laisse les albigeois qui me connaissent en juger .
    Bon courage à l us Albi

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s